Kabylie – Portail de la Kabylie

Plongez dans la richesse de la culture kabyle grâce à notre portail de ressources numériques sur la Kabylie et les Kabyles.

Découvrez l’histoire, la musique, l’art, la langue, la cuisine et bien plus encore de cette région fascinante. Notre portail est votre passerelle pour explorer la Kabylie à travers des contenus numériques variés et de qualité.

L’origine du mot kabyle

Le nom kabyle vient du mot taqvilt. En 400 avant J.-C. Hérodote mentionne pour la première fois le terme Cabales (livre IV – Melpomène, CLXXII). Il est important de noter que ce mot n’a pas d’origine arabe et qu’il ne s’agit pas d’un terme tribal.

La capitale ancienne Takvilt, celle des Mas Kval, possèdait une forteresse Kelâa (forteresse) et lefayer (sentinelle). Akbou a été été fondée au 6ème siècle av. J.-C. par les Numides,  au carrefour de plusieurs routes importantes. Des fouilles archéologiques ont mis au jour des vestiges d’une forteresse et d’autres structures anciennes à Akbou.

Il est possible que la cité antique ait été située à un endroit différent de celui d’Akbou.

Le nom Kvayel ou Kbayel, est le masculin pluriel du mot Kvil ou Qvil qui signifie naguère, antérieur, ancien. Les Kabyles sont les gardiens des traditions anciennes amazighes nord-africaines.

Les Kabyles possèdent d’autres noms autochtones anciens pour se désigner tels que Izwawen (Tamurt Azwa, Akapelka).

Dans l’Antiquité, les Kabyles étaient structurés en confédérations que les Romains désignaient sous les noms de Quinquegentiens et Bavares. L’historien Ammien Marcellin a révélé les différentes tribus Quinquegentiennes, les identifiant comme les Tendenses (Ifnaien), les Mississenses (Imssissen), les Isaflenses (Iflissen), les Lesalenses (Aït Irathen) et les Jubaleni (Izoughliyen Tizi n’Tiffelt).

Sélection d’articles et contributions

Tasuqilt 3.0 : une ode à la renaissance de taqbaylit/taqvaylit

Tasulqilt

Au cœur de la révolution numérique, une application émerge comme un phare de la résurgence de Taqbaylit : Tasuqilt 3.0 (Traducteur). Créée par une équipe…

Indépendance de la Kabylie – Être ou ne pas être

Indépendance de la Kabylie – Être ou ne pas être

Oyez, oyez peuple Kabyle notre indépendance est un impératif historique. Le monde entier est témoin du déni, de la répression, de l’isolement mais surtout des…

Kabyle pas arabe, fier de mes origines

Drapeau amazigh -Amazigh flag

Les Kabyles sont constamment assimilés aux Arabes, ramenés à une algérianité qu’on leur inflige. La majorité des Kabyles baigne dans le patriotisme algérien où seuls…

Histoire des Kabyles de France

Illustation Kabylie 1882

Jusqu’au début du 20ème siècle la présence kabyle en France était très restreinte. Les premiers mouvements migratoires résultent des dépossessions des terres par la colonisation,…

Kabylie

Abecedaire, articles liés

Chronologie de la Kabylie

Origine kabyle – Qui sont les Kabyles ?

Culture : la Kabylie, un pays de bravoure et de poètes

  • Artisanat et métiers d’art
  • Arts plastiques
  • Arts numériques
  • Cinéma et audiovisuel
  • Culture traditionnelle, contes
  • Danse kabyle et performances
  • Tafsut Montréal Chants et danses de Kabylie
  • Littérature kabyle
  • Littérature kabyle francophone
  • Musique kabyle
  • Photographie
  • Théâtre

Dataviz données sur la Kabylie

Economie et entreprises

Journaux, presse écrite

  • Depêche de Kabylie (ligne éditoriale pro-gouvernementale algérienne)
  • Kabyle.com, média indépendant, premier site kabyle au monde
  • Tamurt.info (Mouvement kabyliste URK)
  • Siwel.info (Mouvement kabyliste MAK)

Langue kabyle

Lutte contre l’arabisation

Nature – espèces endémiques

Politique – Indépendance

Société

Solidarité

Sport

Tourisme et monuments

  • Cascade de Kefrida
  • Parc National de Taza
  • Parc National de Gouraya
  • Parc National du Djurdjura

Il est dommage de constater qu’il n’y a aucune initiative pour valoriser le riche patrimoine touristique de la Kabylie à travers un site web dédié pour chacun des parcs naturels et sites du patrimoine kabyle.

Questions – réponses

Toutes les questions réponses

La Kabylie était une nation indépendance jusqu’en 1857

L’histoire de la lutte kabyle pour retrouver l’indépendance est riche et marquée par des moments de résistance héroïque. La bataille d’Icheriden le 24 juin 1857, où les Kabyles ont affronté les forces colonisatrices françaises, symbolise cette lutte pour la liberté. Fadhma Nsoumer, une figure emblématique de cette époque, a dirigé la résistance avec détermination jusqu’à sa déportation dans le désert en 1857.

En 1871, l’insurrection de Mokrani a été un autre moment clé de cette lutte. Les Kabyles ont continué à défier l’occupation française malgré les répressions brutales et les déportations des principaux chefs kabyles. Les Kabyles ont été forcés de quitter leur terre et ont été dispersés à travers le monde, certains envoyés dans les bagnes de Cayenne en Guyane française.

L’intention des colonisateurs français de déporter massivement les Kabyles à Madagascar témoigne de leur volonté de briser la résistance kabyle en les éloignant de leur terre et de leur culture. Cependant, malgré ces tentatives de suppression, l’esprit de résistance kabyle a perduré à travers les générations, nourri par la volonté de préserver l’identité et la liberté.

En 1963, le FLN colonise la Kabylie

En 1963, l’État algérien, influencé par l’idéologie du Parti Baas Syrien fondé en 1948, a envahi la Kabylie. Cette invasion a été menée par l’appareil militaro-politique du FLN, parti au pouvoir en Algérie, dans le but de renforcer son contrôle sur la Kabylie.

Au sein de cet État nouvellement créé, les Kabyles ont occupé de nombreux postes de responsabilité. Cependant, au fil du temps, le FLN a éliminé progressivement les Kabyles de ses rangs, craignant leur opposition à la ligne politique socialiste et arabiste du parti. Cette méfiance envers les Kabyles a conduit à une série de purges au sein du FLN, visant à éliminer toute influence kabyle au sein du parti.

Le 20 avril 1980, une conférence portant sur les Poèmes Anciens Kabyles, animée par Mouloud Mammeri à l’Université de Tizi-Ouzou, a été violemment réprimée, entraînant l’arrestation de 24 militants durant le « Printemps Berbère« . Par la suite, Mouloud Mammeri, éminent universitaire kabyle, a mystérieusement disparu dans des circonstances douteuses le 26 février 1989.

Le chanteur et militant Lounès Matoub est assassiné le 25 juin 1998 sur la route d’Ath Doula. Son assassinat ne sera jamais élucidé.

En 2001, trois jours avant les commémorations du Printemps Kabyle, un drame bouleversant s’est produit : Massinissa Guermah, un jeune lycéen de 18 ans originaire d’Amizour, a été tragiquement abattu par une rafale d’arme automatique, tirée par un gendarme, dans les enceintes de la gendarmerie, au sein d’un commissariat à Ath Doula. Ce terrible événement a été l’un des déclencheurs du soulèvement de la population lors du Printemps Noir de Kabylie, connu également sous le nom de Tafsut Taverkant. Les conséquences de ce soulèvement furent dévastatrices, avec des milliers de blessés et mutilés, et un bilan tragique dépassant les 300 morts.

En 2019, des néo-baasistes algériens ont organisé une réunion à Mostaganem, une région réputée pour son arabisme prononcé. Cette réunion, baptisée « 0KP » ou Kabyl Project, était composée exclusivement de promoteurs économiques arabistes proches des dirigeants du FLN, connus pour leur hostilité envers les Kabyles. L’armée a assuré la protection de cette réunion, mettant en lumière le soutien du régime en place à cette initiative anti-kabyle.

En 2021, Djamel Bensmaïl, un jeune homme venu apporter son aide à la population kabyle pour lutter contre les incendies de forêt criminels, a été tragiquement tué à l’intérieur d’une fourgonnette de police, poignardé à mort et lynché par des agents de l’État algérien. Ce terrible incident a entraîné la condamnation à mort de 38 personnes innocentes à l’issue d’un procès injuste et partial.

Le 20 avril 2024, la Kabylie déclare son indépendance

L’indépendance de la Kabylie a été proclamée le samedi 20 avril 2024 à New York, par Ferhat Mehenni, président du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et du Gouvernement provisoire kabyle (Anavad). Il s’agit d’une première étape vers une indépendance effective.