Societe

Sonia Ait-Ahmed : "Les Kabyles n'aiment pas aider les faibles ils aiment seulement se cacher derrière les forts"

Sonia Ait-Ahmed

Je suis désesperée et je voulais dire à toutes les personnailtes kabyles (artistes, musiciens, ecrivains, historiens ou politiciens) de ne compter sur personne sur leur lit de mort car ils ne trouveront personne.

Les Kabyles n'aiment pas aider les faibles ils aiment seulement se cacher derriere les forts et sortir leur drapeau pour rendre hommage aux morts.

Kabyles : Le problème est en notre peuple

Djafar Khenane

Ce sont les humains qui créent les civilisations. Si un pays vit dans une médiocrité, c’est que son peuple est médiocre. Chaque peuple mérite son gouvernement. Les Kabyles pensent que le changement tombera comme par magie du ciel. Le changement, il ne peut être que le fruit de nos mains. Les pays arabes pensent que tout leur malheur vient des sionistes, notre peuple, quant à lui, pense bêtement que tous ses malheurs viennent de Bouteuf. Lol. Oui, c’est bouteuf qui vous oblige à jeter des ordures partout.

L'indépendance de la Kabylie est irréversible

En tant que ministre de la Culture et de la langue kabyle du MAK, j’accuse le pouvoir colonial criminel d’Alger d’avoir saboté sciemment tout ce qui concerne la Kabylie depuis 1962 à nos jours. Avant de développer mon sujet, je tiens à faire une mise au point.

Dans ma famille et dans le reste de la Kabylie, durant la guerre de libération du pays, il y eut des milliers de morts, dignes fils de la Kabylie. En 1958, moi-même, les Harkis m’ont torturé à l’âge de treize ans.

Kabyle pas arabe, fier de mes origines

Les Kabyles sont constamment assimilés aux Arabes, ramenés à une algérianité qu'on leur inflige. La majorité des Kabyles baignent dans le patriotisme algérien où seuls l'islam et l'arabe sont constitutifs de la citoyenneté algérienne. Beaucoup de franco-kabyles sont Kabyles sans pour autant être Algériens, l'Etat algérien ne peut les séparer de leur terre d'origine, de leur pays à reconstruire. La guerre d'Algérie pour laquelle les Kabyles ont payé le plus lourd tribut est utilisée comme un facteur d'unicité en faveur du régime dictatorial.

Étiquettes