Génocide contre le peuple kabyle : dépôt de plainte à la CPI contre le régime algérien

1

GÉNOCIDE CONTRE LE PEUPLE KABYLE : DÉPÔT DE PLAINTE A LA CPI CONTRE LE RÉGIME ALGÉRIEN

ⴰⵏⴰⵠⴰⴷ ⴰⵇⵠⴰⵢⵍⵉ ⵓⵄⴺⵉⵍANAVAD AQVAYLI UΣḌIL

GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE

ⴰⴼⵔⴰⵏⵉⵎⴰⵏ ⵉ ⵜⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵉⵇⵠⴰⵢⵍⵉⵢⴻⵏ

AFRANIMAN I TMURT N IQVAYLIYEN MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE PRÉSIDENCE

DÉPÔT DE PLAINTE AUPRÈS DE SON HONNEUR, MONSIEUR KARIM KHAN PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE CONTRE LE PRÉSIDENT ALGÉRIEN ABDELMADJID TEBBOUNE ET LE GÉNÉRAL SAÏD CHENGRIHA POUR GÉNOCIDE CONTRE LE PEUPLE KABYLE

Plaise à Votre Honneur,

Au nom de l’Anavad (Gouvernement Provisoire Kabyle en exil) et du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), je viens déposer plainte auprès de Votre Honneur contre les deux représentants officiels du pouvoir algérien, le président ABDELMADJID TEBBOUNE (né le 17 novembre 1945 à Mecheria, Naama, Algérie) et le Général Saïd CHENGRIHA (né le 1ᵉʳ août 1945 à El Kantara,, Biskra, Algérie) pour l’organisation et la mise en œuvre d’un génocide kabyle qui est en train d’être exécuté par des moyens inédits. Ils consistent en l’instrumentalisation de la pandémie de la Covid et des incendies meurtriers à des fins d’extermination ethnique.

Les faits :

1.- Du 18 au 20 août 2019, s’était tenu un congrès à Mostaganem (côte Ouest de l’Algérie) pour décider d’engager une entreprise génocidaire contre le peuple kabyle, appelée « OPERATION ZERO KABYLE ». La sécurité de cette rencontre était assurée par la gendarmerie nationale, relevant du Ministère de la Défense dont le chef suprême était le Général Ahmed Gaïd Salah, décédé officiellement d’une crise cardiaque le 23 décembre 2019, dix jours après avoir installé M. Tebboune à la présidence de la République.

2.- Le 28 novembre 2019, un étudiant kabyle, Walid Nekkiche fut arrêté à Alger et accusé de préparer un attentat contre les marches du vendredi. A son procès le détenu a avoué avoir été torturé et violé lors de ses interrogatoires par les services algériens pour lui faire avouer appartenir au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, un mouvement purement pacifique qui réclame démocratiquement l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple kabyle.Malgré l’absence de preuves contre lui, il est quand-même condamné à 14 mois de prison qu’il venait de purger, début février 2021.

3.- Le 31 mars 2021, le Ministère de la Défense annonce avoir arrêté huit personnes préparant des attentats contre les marches populaires des vendredis par lesquelles les Algériens manifestaient contre le régime en place depuis le 16/02/2019 ayant entraîné la chute de Bouteflika.

4.- Le 20 avril 2021, d’imposantes marches de la Kabylie en faveur du droit à l’autodétermination du peuple kabyle ont eu lieu, à Vgayet (Béjaïa), Tizi-Wezzu (Tizi-Ouzou), Tuvirett (Bouira), en France et en Amérique du Nord.

5.- Le 25 avril dernier, le Ministère de la Défense annonce avoir arrêté huit personnes appartenant au MAK préparant des attentats contre des marches. Démenti officiel de la part du MAK qui a mis au défi les autorités algériennes d’apporter la moindre preuve de ce qu’elles avancent. Aussitôt, elles exhibent, sur l’ensemble des chaines de télévision du pays, un repris de justice connu pour être un simple délinquant qui séjourne davantage en prison qu’en liberté. Un individu qui n’a jamais fréquenté un milieu politique et auquel on fait dire qu’il vendait des armes aux militants du MAK.Toute l’Algérie en a ri tant aucun de ses dires n’était crédible. Le 02 mai, le directeur général de l’établissement publique de Télévision (EPTV) chargé de produire et diffusé cette parodie de témoignage a été limogé.

Toutefois, ayant anticipé les intentions des stratèges de coups tordus des autorités, le MAK déclare que « si des attentats terroristes venaient à être commis, dans les jours ou les mois à venir, jamais ils ne seraient l’oeuvre de ses membres mais des services algériens !»

6.- Le 18 mai 2021, le Haut Conseil à la Sécurité algérien, alors qu’il n’est qu’une instance consultative, décide de classer le MAK en tant qu’organisation terroriste. Nous avons saisi le Secrétaire Général de l’ONU, l’Union Européenne et l’Union Africaine pour leur demander diligenter une enquête internationale pour savoir qui de nous ou du pouvoir algérien est terroriste.

7.- Le 03 juin, Said Bensedira, un ancien élément des Services algériens, actuellement résidant au Royaume Uni, annonce que des officines au sommet de l’Etat préparaient une opération pour l’été consistant à brûler la Kabylie. Personne n’y avait alors prêté attention.

8.- Le 10 juin 2021, une Ordonnance présidentielle modifie l’article 87 bis du Code Pénal pour criminaliser le droit à l’autodétermination désormais assimilé à du « terrorisme », et ce au mépris aussi bien des pactes internationaux, de la Charte des Nations Unies et de l’article 32 de la constitution algérienne.

9.- A partir du 20 juin, de nombreuses arrestations sont opérées dans les milieux politiques kabyles pour « appartenance à « organisation terroriste » alors qu’ils n’ont jamais eu le moindre geste, la moindre déclaration pouvant être interprété en tant que tel.

10.- Les marches de protestation ont été interdites partout sauf en Kabylie où bientôt, les effets dévastateurs de la Covid-19, vont commencer à tuer par dizaines par jour. Les hôpitaux kabyles sont saturés et sous équipés en matériel d’oxygénation, en lits médicalisés et en produits médicaments en tous genres. L’approvisionnement en oxygène de ces hôpitaux est bloqué au motif qu’ils n’avaient pas de conventions avec les fournisseurs.

11.- Devant la démission de l’État à assumer ses obligations sanitaires en Kabylie, les citoyens kabyles décident alors de se prendre en charge et organisent de nombreuses collectes pour venir en aide aux malades et doter tous ses hôpitaux des équipements adéquats.

12.- Coup d’arrêt brutal à cet élan citoyen : l’ambassadeur d’Algérie en France bloque ces équipements en annonçant qu’ils doivent tous être remis au ministère algérien de la santé qui va les répartir sur l’ensemble des établissements hospitaliers de l’Algérie. Le matériel médical est ainsi bloqué aux douanes et les patients de la Covid meurent par centaines ces dernières semaines en Kabylie.

13.- Le 09 août 2021, des hélicoptères survolent la région de Tizi-Ouzou et aussitôt sur leurs passages d’immenses incendies ravagent les alentours des villages qui prennent feu très vite et les Kabyles piégés essaient de sauver leurs vies en abandonnant tous leurs biens aux flammes. Des dizaines de morts et l’Algérie refuse toujours d’appeler à l’aide internationale alors qu’elle n’a pas les moyens de venir à bout de ces gigantesques incendies.

14.- Entre-temps on oublie ceux qui meurent de la Covid et dont le nombre va très vite augmenter avec des patients aux poumons abîmés et à l’air manquant d’oxygène du fait des incendies et des températures infernales de 48 à 50°c.Les villageois évacués de chez eux, risquent, en allant dans des centres d’accueil aménagés par de généreux bénévoles, de contracter à leur tour la Covid-19.

Votre Honneur,Ces nouvelles méthodes génocidaires sont en train d’exterminer le peuple kabyle.

Je viens auprès de Votre Autorité pour déposer plainte contre les deux représentants officiels du pouvoir algérien que sont Abdelmadjid TEBBOUNE, président de la République algérienne et le Général Saïd CHENGRIHA, Vice-Ministre de la Défense et Chef d’Etat Major de l’armée algérienne.

Paris, France, le 11 août 2021

Signé : Monsieur Ferhat MEHENNI

Président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Président du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK)

1 COMMENTAIRE

  1. Un grand soutient au gens qui se battent Pour nos droits, vous Etes l’espoir qu’il nous reste au milieu de cette folie !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici