Home Kabyles dans le monde Kabyles de France Ne comptez pas sur la diaspora kabyle !

Ne comptez pas sur la diaspora kabyle !

5
Ne comptez pas sur la diaspora kabyle !
Photographie Samir Hamma

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Par honnêteté vis-à-vis des miens, je suis tenu de dire certaines vérités, selon ma vision personnelle, évidemment. N’oublions pas que dans ce bas monde, nul ne détient une vérité absolue, car celle-ci est mouvante. La supposée vérité d’aujourd’hui ne sera plus celle d’un futur proche ou lointain.

Pour commencer mon propos, c’est banal ; je n’invente rien de nouveau qui changerait la face du monde. Pour moi, la pensée qui explicite le mieux toutes les actions politiques actuelles ou passées, c’est la fameuse phrase lumineuse et prémonitoire de feu Abane Ramdane : La primauté  de l’intérieur sur celle de l’extérieur, la primauté du civil sur le militaire.

Cette façon de voir et de prévoir lui a  coûté la vie, chacun le sait.

En ce qui me concerne, je tiens à mettre en garde toutes les citoyennes ou tous les citoyens qui vivent en Kabylie qu’il serait illusoire de croire que la diaspora kabyle  vivant à l’étranger va arriver à obtenir l’indépendance de la Kabylie.

Pour plusieurs raisons :
– Un, ils sont loin des réalités de ce qui se passe sur le terrain…
– Deux, je suis témoin que les militants kabyles vivant à l’étranger sont rongés par des jalousies stériles…
– Trois, chacun veut devenir président et l’on constate que depuis 1989 à aujourd’hui, celui qui préside un parti politique s’accroche à son poste jusqu’à sa mort comme les précédents du FLN et ceux des pays arabo-musulmans.

Il n’est pas nécessaire de les citer, chacun les connaît.

Dans la même veine, la farce de tous les chanteurs, intellectuels, qui se disent engagés et font semblant. En réalité, ils se remplissent les poches grâce à la naïveté du peuple kabyle.

À ma connaissance, aucun pays au monde ne doit sa libération aux artistes. On n’obtient pas la liberté avec une mandoline. Une arnaque du même acabit que celle du pouvoir colonial d’Alger. Ils ne sont que des moralisateurs d’opérettes, vivent chichement et ont bien du mal à gérer leur vie personnelle. Comment seraient-ils capables de gérer un pays !

L’espoir de l’indépendance de la Kabylie ne peut venir que de sa jeunesse, particulièrement les étudiants qui vivent au quotidien en face de corps constitués miliaires qui les agressent sans aucun prétexte.

Lors de ma conférence en novembre 2018 à l’Université d’Hasnaoua, devant les étudiants militants, j’ai été clair à ce sujet, leur disant :

– Vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes. Nos émigrés, en majorité, il y bien longtemps qu’ils ont tourné le dos à leurs racines kabyles et pour leurs enfants c’est encore pire. Ils sont carrément Français, ne se gênent pas de montrer leur hostilité à l’idée de l’indépendance de la Kabylie, pays de leurs parents. Les terres héritées de leurs familles sont en friche…

Je brosse un tableau sombre, mais il n’en demeure pas moins que j’ai entière confiance dans cette jeunesse kabyle qui, un jour ou l’autre, arrivera à arracher l’indépendance d’une manière ou d’une autre.

J’estime que toutes les générations qui ont dépassé la cinquantaine sont périmées, on ne peut pas compter dessus. Ils ont, hélas, exactement la même vision sociétale que leurs propres colonisateurs. Il y a un proverbe kabyle qui dit :
– Le chat adore celui qui l’étrangle…

Une grande méfiance doit prévaloir envers les girouettes et les tourneurs de vestes, tous ceux qui ont une responsabilité politique dans les partis de la prétendue opposition, tous complices du pouvoir mafieux et criminel d’Alger.

À présent, ils osent montrer leurs sales visages en essayant de marcher avec le peuple, mais celui-ci n’est pas dupe. Ils risquent tous de se faire lyncher et ce n’est qu’un début.

Les responsables des partis politiques qui ont cautionné le pouvoir colonial d’Alger doivent rendre des comptes.

Shamy Chemini
Artiste écrivain

1er juillet 2019

5 Commentaires

  1. Shamy, J’aime bien le ‘Y’ dans votre prenom; Ca fait « Anglo-Claxon »! C’est votre avis, je le respecte, mais au lieu de mettre TOUT le monde dans le meme sac, respectez la diversité des opinions …..des autres! Elle impopte bcp pour l’edificication de notre civilisation. D’apres Moliere: On a toujours besoin d’un plus petit que soit. Le lion a besoin du rat pour se liberer et la Kabylie a besoin du plus « petit » des kabyles, et aussi faible soit-il,… pour enfin se liberer. merci!

  2. Pourtant dans un commentaire recent,tu nous as éxpliqué pourquoi tu étais corps et âme avec ferhat mhenni.
    Chacun de nous donne raison à chaque fois à lui meme.
    Ce n’est pas de cette façon que nous avancerons.

  3. Je suis entièrement d’accord avec ce constat lucide et pleins de vérités de Shamy. Comme leurs frères de France et d’ailleurs j’observe le même comportement chez les Kabyles d’Alger. Ils ont épousé les mêmes réflexes que les arabes se font islamiser d’une manière aussi naïve que puérile. Se détournent des valeurs de notre peuple et se comportent comme des arabes en terrain conquis. Ils s’accoutrent comme eux en kamis et barbe, parlent comme eux et mettent en avant leur religion avant tout autre chose. Je ne dis pas qu’ils sont majoritaires mais ils sont de plus en plus nombreux. D’ailleurs les Kabyles d’Alger sont les plus farouches adversaires de l’indépendance de la Kabylie. A ne rien comprendre. Idir et tant d’autres qu’ont ils fait pour la Kabylie a part chanter et louer les valeurs kabyles… Seul Oulahlou et deux ou trois autres défend et avec courage notre combat.

  4. Le destin des kabyles et de la Kabylie avait déjà commencé basculé au milieu du 16ème siècle en 1555 lorsque les kabyles avaient décidé de s’allier aux Turcs ottomans et leur pacha Salah Rais pour chasser les espagnols de Bugia (Bgayet) qui les avaient pourtant débarrassé des Hafsides (amiral Pedro Navarro en 1810) . Le roi François 1er s’était allié au sultan turc-ottoman Selim 1er d’Istanbul (ex-Constantinople) uniquement dans le but de lutter contre l’hégémonie de la grande Espagne de l’empreur Charles Quint (Carlos Quinto). Bgayet fût ainsi livrée au pillage des pirates turcs ottomans pendant plus d’un siècle jusqu’à ce que les anglais décident de la bombarder au 17ème siècle en 1663. Ces d’ailleurs les turcs ottomans qui ont entrepris d’islamiser les kabyles. La suite vous la connaissez aussi bien que moi : conquéte de Bgayet en 1830, massacres de petite kabylie sous le règne de Napoléon III de 1850 à 1857, puis insurrection de grande kabylie en 1872. Instauration des bureaux arabes par la France coloniale pour arabiser les kabyles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici