Algérie, une nation bâtie sur la haine

6
Hmed Amastan
Hmed Amastan

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

En Algérie, dès notre tendre enfance, on nous apprend à l’école que nous avions de la chance de naître musulmans et de savoir parler en arabe, la langue du paradis. En dehors de l’islam, toutes les autres religions et croyances sont fausses et leurs adeptes périront en enfer. Pauvres chrétiens, pauvres juifs, même si on les appelle les gens du livre, leurs prophètes respectifs n’avaient pas eu droit au même service après-vente que le Nabi musulman !

On nous a appris à haïr tout, y compris nous-même puisque nous devrions rejeter notre propre culture Amazigh et la remplacer par celle de Abu-Jahl. On nous a interdit durant plusieurs années de parler notre langue, de l’étudier et de lui redonner la place qui lui revient comme langue nationale et officielle. Le jour où nous avons commencé à dénoncer leur supercherie, on nous a traités de racistes, de régionalistes, d’ennemis de la nation manipulés par la fameuse main étrangère.

Certes, les évènements de 1988 avaient suscité beaucoup d’espoirs. Nous avons eu droit à un véritable débat démocratique et une liberté d’expression éphémères, car les islamistes, jouant les trouble-fête à la rescousse de la junte militaire, transformèrent cette dynamique populaire en une révolution mort-née.

Les islamistes voulaient utiliser la démocratie comme un moyen qui leur permettrait d’accéder au pouvoir afin d’instaurer une théocratie : une nouvelle tyrannie basée sur des sourates et des Hadith. Le service « La-yadjouz » (des interdits), une fois mis en place, musellerait toute forme d’opposition comme l’avait fait le pouvoir nazi en son temps. Ajoutant à cela, leur prosélytisme, leur esprit sectaire et leur attitude patibulaire entraîneraient certainement des guerres avec les pays voisins ainsi qu’avec d’autres nations. L’Algérie aurait pu être la Syrie ou la Libye actuelle avant l’heure.

La confrontation entre le truand portant des rangers et le schizophrène habillé en kamis fit des dizaines, voire des centaines de milliers de victimes. Durant cette période macabre, des citoyens lambda ne se conformant pas aux directives des barbus, des journalistes de renom, de grands écrivains et des intellectuels furent lâchement assassinés quand d’autres prirent le chemin de l’exil.

Le militaire a fini par gagner la guerre contre l’islamiste tout en continuant à reconstituer les intégristes dans les écoles de la République transformées en zaouïas version hard. Il sait que son existence est liée à celle de l’islamiste. Aucune enquête n’a été diligentée afin de comprendre ce qui s’était passé durant la décennie noire et quels étaient les responsables de toute cette tragédie.

Vingt-ans plus tard, après un soulèvement populaire, le militaire met en avant le péril intégriste pour dissuader cette dynamique populaire ; l’islamiste se réfugie dans le déni pour porter le chapeau au premier concernant les responsables de la guerre civile des années 90, dans le but de détourner, à son tour, ce mouvement en sa faveur. Alors qu’ils devraient être traduits tous les deux devant une juridiction compétente pour répondre de leurs crimes abjects et abominables.

Mais, en vingt ans, les deux protagonistes ont réussi à diviser la population et à façonner une partie de la société à leurs images. L’endoctrinement, l’abrutissement, l’appât du gain, la vanité, la misère morale ainsi que matérielle ont impacté profondément et négativement la société algérienne. En conséquence la machine devant entraîner la société vers la démocratie et la modernité a rouillé et des grains de sable ont envahi son engrenage.

Après tant d’épreuves, une partie des nouveaux hommes politiques occupant le devant de la scène actuelle nous parlent encore de principes religieux dans une société où la morale et le civisme ont été piétinés par la culture religieuse. Le civisme et le respect, on ne les retrouve pas dans les rues d’Alger ou du Caire, mais plutôt chez les kouffars, dans les métropoles occidentales où la religion n’est pas enseignée dans les écoles. Il est urgent d’en tirer des conclusions.

Même en Kabylie, on remarque la naissance de nouveaux leaders politiques développant des discours ambigus s’éloignant dangereusement des principes de leurs prédécesseurs. Sont-ils le fruit de l’école fondamentale ? Est-ce normal qu’un activiste politique kabyle fasse ses discours en langue arabe et en Kabylie et évite de porter l’emblème Amazigh ? Sachant que l’arabe représente le bourreau de la langue kabyle depuis la pseudo-indépendance de l’Algérie. Un homme politique kabyle éclairé et responsable est censé respecter le principe de la réciprocité : Il ne s’exprimera en arabe que le jour où ses semblables arabophones s’exprimeront en kabyle.

On doit combattre énergiquement ces énergumènes tels que celui qui a agressé Saadi à Marseille ou bien celui qui a voulu ces jours-ci s’en prendre physiquement à notre grand militant de la cause berbère, Ferhat Mhenni. Ces incultes sont des produits de la secte arabo-islamiste fabriqués et entretenus par le pouvoir maffieux en place. Sous l’emprise de cette secte, ils ont renié leur identité en la substituant par celle d’un envahisseur sanguinaire ayant massacré et réduit en esclavage une partie de leurs ancêtres. Il est temps de parler de l’envahissement de l’Afrique du Nord par les armées arabes au même titre que les Turcs et les Français. Le colonialisme est un crime contre l’humanité, n’est-ce pas ?

Ces bipèdes haineux préfèrent l’emblème palestinien à l’emblème berbère, pérorant à tout bout de champ vouloir libérer la Palestine alors qu’eux même sont des serfs au sein d’un système perfide. Connaissent-ils l’histoire de la Palestine ? Savent-ils qu’une partie des terres de Médine où leur prophète repose actuellement appartenait aux juifs ? Sont-ils au courant que Sidna-Daoud (David), Sidna-Souleyman (Salomon) sont de rois juifs ainsi que tous les prophètes jusqu’au Christ ? Diraient-ils que Dieu leur a envoyé de sales prophètes hormis Mohammed ? Ces gens marchent sur la tête et vivent dans l’absurdité extrême.

Ce ne sont pas les Kabyles qui sont responsables de la déroute des armées des pays dits arabes devant un petit pays qu’est Israël. En tant que kabyle, je ne me sens aucunement concerné par ce conflit de la même manière qu’un Saoudien ne se sentirait pas concerné par un conflit entre un Chaoui et un Targui. On nous parle de terre sainte, personnellement, je n’en vois qu’une terre de malheurs au regard de tous les massacres ayant été perpétrés sur celle-ci à travers l’histoire. Dans ma culture, on ne fait pas usage d’armes sur une terre sainte et on ne tue pas.

Au lieu de s’attaquer à Ferhat, que ces illuminés aillent combattre en Palestine. Ils auront en face d’eux l’armée la plus redoutable au monde qui n’en fera d’eux qu’une bouchée. Mais, au fond, ils n’ont pas le courage de le faire, ce ne sont que des lâches, des minables, des incapables, préférant déverser leur haine débordante sur de braves gens pacifistes qui leur avaient montré pourtant la voie à suivre pour se libérer de la servitude et de la folie où on les a noyés.

M. AMAGHNAS

Photographie : Hmed Amastan

6 Commentaires

  1. Les arabes, le paradis ils l’ont toujours cherché chez les autres, car l’herbe est toujours plus verte dans le pré du voisin. Et ce qu’ils considèrent être un paradis pour eux, sera potentiellement un enfer pour les autres. Leur société est toujours basée sur le principe de la religion qui régente toute la vie, qu’elle soit politique, économique, juridique et civile, avec pour système le khalifa à la tête duquel règne un tyran tout puissant et son entourage familial, qui se sont appropriés toutes les richesses, tous les privilèges, tous les pouvoirs et tous les droits, et qui concentrent à eux-seuls toutes les décisions. C’est purement et simplement un système de passe-droit basé sur le principe de la filiation familiale. Votre filiation détermine votre rang hiérarchique et social, et conditionne toute votre vie, les cartes sont joués dès votre naissance. Partout où ils exercent leur domination et leur influence c’est un désastre et une régression sociétale, tant sur le plan du développement, que politique, économique, et social.

  2. Posez les bonnes questions, aucune société soumise à l’islam n’a engendré la lumière!!!….
    Regardez autour de vous, vous ne verrez que le chaos, la laideur, la misère et la guerre!… Il n’est pas étonnant d’alors de voire des milliers d’humains vivre comme des primitifs sans aucun progrès intellectuel et social, pire encore ces peuplades ne cherchent même pas à renverser les cours de l’histoire, dès qu’il y’a des guerres, ils cherchent à
    fuir chez les gens qu’ils fustigent auparavant ????…Je pense que tous ceux qui se sont laisser ramener à l’abattoir de Mahomet donc l’islam sont et seront condamnés à errer dans l’obscurité et demeurer des l’axe de la régression, à rêver de la démocratie, de la liberté sont jamais la vivre.

  3. Cette photo place Stalingrad est très belle. Dommage que Le drapeaux Amazigh n’est pas l’authentique. Qu’on l’ai changé par pure estétisme. Chaque couleurs de drapeau à une signification nous ne pouvons donc pas enlever les couleurs d’un drapeau juste pour le rendre plus beau sinon Le drapeau de la France ne serais pas uniquement bleu, blanc, rouge nous y aurons ajouter du vert.

  4. Entièrement d’accord j’ai toujours dit et affirmé que le problème palestinien ou la guerre de pays arabes n’étaient pas notre problème mais le leurs et nous ne sommes nullement concerné.
    Quand à l’islam prôner par les dirigeants de tous les pays arabes et musulmans il n’a engendré que désolations chaos et misère, et ça continuera tant que l Arabie saoudite utilisera l’argent des(pigeons)pardons des pèlerins qui continuent de les approvisionner
    Le tout avec la bénédiction des USA qui ferme les yeux sur leurs crimes dont le plus récent est le journaliste kashoggi qui n’est que la face visible de l’iceberg

  5. Azul M Amaghnas, merci pour votre belle analyse, votre plume éclair et réveille les esprits endormis et dopés par une longue politique dévastatrice à sens unique ( la voie de la corruption, de la dictature, de l’obscurantisme et j’en passe …. ) . Dommage certains de nos kabyles ( KDS ) continuent de jouer le jeu de ces malfrats haineux et sanguinaires , au nom du ventre plein, ils ( kds ) se gargouillent et se comportent comme des politicars de seconde zone en niant et en reniant leurs origines et lanaya de leurs ancêtres .
    Il est dans l’urgence d’écarter et d’éloigner ces énergumaines de nos chers villages, une tomate pourrie peut endommager toute la cagette ? il suffit de regarder la gestion catastrophique de nos certaines communes par certains maires fantoches aplaventoristes et mercantilistes pour comprendre le projet de destruction morale, culturelle et économique de nos villages kabyles, le temps est venu de nous prendre nous même en main .

  6. la conquête arabes de l’Afrique du Nord en l’occurrence la Numidie est faite par le sabre dans les larmes et beaucoup de sangs des Amazighes aujourd’hui on l’appellerai un genocide de tous les temps !!
    A ce propos je vous invite à lire de la Karina à l’occupation Turcs par Gaid Mouloud dont il décrit le déroulement de la conquête de l’Afrique du Nord par les arabes dont la cruauté dépasse l’entendement !
    Aussi il y’a les femmes de l’Islam de Marek HALTER inspirer des habites de Aïcha la seconde femme de Mahomet qui avait arraché à ses parents soit ami intime qui est Boubekeur et la épousait à l’âge de 8ans lui 45 ans.
    Vous verrez comment il avait conquis Yatribe village Juifs pour le rebaptisé Médina ! Et beaucoup d’autres surprises ???

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici