Le Kabyle au point de vue ethnologique se distingue particulièrement de l’Arabe

0

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

La Kabylie pittoresque – N°2 – 10 Mars 1887

A NOS LECTEURS

En créant notre Album Journal la « KABYLIE PITTORESQUE », nous avons pensé être agréables à nos amis d’Algérie ainsi qu’à tous ceux qui, de près ou loin, s’intéressent à notre pays; nous faisons donc appel à toute leur indulgence si, dans les débuts, notre publication ne réalise pas tout le développement que nous nous proposons ne lui donner.

Le zèle ne nous manque pas, tout nous secondera: les encouragements de nos concitoyens et l’espérance d’acquérir les sympathies du public. . .

Tout d’abord il fallait naître, la “KABYLIE PITTORESQUE” grandira en marchant.

Tizi-Ouzou, 10 Mars 1887.
Léon PAX.

1. — Origine et caractère particulier du Berbère ou Kabyle.

L’origine de la race Berbère ou Kabyle a toujours été pour tous les écrivains qui ont essayé d’étudier un vaste champ de conjectures et de contradictions. D’après les uns ils descendraient en ligne directe des Vandales qui s’étaient établis au 5è Siècle dans les provinces Barbaresques du Nord de l’Afrique ;les Empereurs Byzantins les dominèrent jusqu’au 7è Siècle, époque où leur pays fut envahi par les Sarrazins.

Des Dynasties Arabes y régnèrent ensuite jusqu’au moment où les Turcs vinrent y établir leur pouvoir et enfin plus tard la France. Gibbon le célèbre historien voit dans ce nom de Berbère, une corruption de là qualification de Barbaroi que les Grecs donnaient aux peuples dont l’idiome différait du leur et ce nom, adopté par les Romains, leur aurait été emprunté par les conquérants Arabes.

Numides ou Carthaginois pour ceux-ci, antérieurs aux arabes pour ceux-là nous ne sommes pas encore fixés d’une manière certaine sur une origine qui parait être perdue dans la nuit des temps.

Voici comment s’exprime le Général Hanoteau dans son excellent ouvrage : La Kabylie et les coutumes Kabyles.

« On donne en Algérie le nom de Kabyles aux populations de race Berbère qui habitent les montagnes du littoral de la « Méditerranée. Les Beni-Menaçer, au Sud de Cherchell, les Mouzaïa, Beni-Misçera., Beni-Azoun dont les territoires bordent la Mitidja sont des Kabyles aussi bien que les montagnards du Djurjura ou des environs de Collo.

« Malgré la communauté d’origine de ces populations, leur état politique et social est loin d’être identique. Toutes ont subi profondément mais à des degrés différents, l’influence arabe, ou plutôt l’influence de l’Islamisme représenté plus particulièrement par la race Arabe, qui l’a importé et propage à la suite de la conquête.

Les unes soumises depuis longtemps aux gouvernements musulmans’ qui se sont succédés, ont perdu jusqu’au souvenir de leur origine ; elles se disent et se croient de bonne foi Arabes, ne parlent que l’Arabe, obéissent à des chefs nommés par l’autorité politique du pays et se soumettent « sans arrière-pensée aux prescriptions de la loi musulmane. « D’autres tout en acceptant le Code musulmane t l’autorité des chefs nommés sans leur concours ont conservé en partie « les habitudes démocratiques particulière à leur race. »

Tout ce que nous pouvons dire, c’est que le Kabyle au point de vue ethnologique se distingue particulièrement de l’Arabe, par la différence du langage qui se divise en autant de dialectes que de tribus. Le costume, la physionomie, les mœurs et une industrie supérieure, autant de causes qui contribuent à en faire une race à part. Le Kabyle habite la montagne et déteste l’habitant de la plaine, l’arabe dont la vie sociale diffère sous tous les rapports. Celui-ci campe, et transporte sa tente d’un lieu à un autre, le Kabyle au contraire, habite des maisons et des villages.

(A suivre.)

L. P.

la kabylie pittoresque 01 Kabyle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici