Université de Tubiret : rassemblement contre les violences faites aux femmes

Université de Tubiret : rassemblement contre les violences faites aux femmes

Université de Tubiret : rassemblement contre les violences faites aux femmes

Le collectif des étudiantes libres de Bouira (Tuviret) appelle l'ensemble des étudiants et étudiantes à se mobiliser pour un grand rassemblement, ce mardi 27 novembre 2018 à 10 heure, à l'Université Mohand Oulhadj de Bouira. Cette action rentre dans le cadre de la célébration de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. L'ordre culturel patriarcat, la mainmise de la religion dans la société, l'ordre politique et économique qui subordonne la femme et d'autres causes qui sont derrière la dégradation de la situation de la femme en Algérie et en Kabylie. Ce collectif, né l'année dernière, porte la voix de ces jeunes étudiantes, rebelles et récalcitrantes qui veulent un changement de leur situation et qui se revendiquent d'un féminisme de classe anti-bourgeois.

Et voici la déclaration du collectif des étudiantes libres de Bouira:

Basta la violence_!

Depuis 1981, le 25 novembre est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Ces dernières sont pas victimes chaque année de violences,cette violence tue une femme tous les trois jours et toutes les sept minutes une femme est violée. Dans cette société basée sur les rapports de domination et d'oppression, une journée de lutte ne suffit évidemment pas à abolir ces violences sexistes, mais elle permet au moins de les dénoncer.
Cette année le collectif des étudiantes libres organise un rassemblement au sein de l'université le mardi à partir de 10h pour dénoncer toute sorte de violences et d'harcèlements faites aux étudiantes, D'après les statistiques qu'on a effectué 71% des étudiantes ont été victimes dont 39% de la part des agents. En présence de tant des lois qui protègent les femmes et qui punissent les agresseurs 95.5% des étudiantes n'osent pas les dénoncer De peur de porter atteinte à leurs honneur.
Au nom de toutes les étudiantes, qui ont assez souffert de cette discrimination, on revendique les points suivants:
_ un atmosphère de sécurité et de protection pour le bien être des étudiantes.
_ l'obligation de soutenir les victimes de violences en facilitant l'implantation des mesures nécessaires.
_l'application effective des lois existantes et la mise en place des sanctions pour garantir leur application.
_ le droit des victimes de recevoir l'information complète, quant aux ressources disponibles peu importe si elles décident de porter plainte auprès de la police ou pas.
le féminisme n'a jamais tué, le machisme tue tous les jours.

Svp soyez nombreux et nombreuses. Partagez en max !

AMAR BENHAMOUCHE

French