Un vent mortifère souffle sur notre Kabylie…

Un vent mortifère souffle sur notre Kabylie…

Notre pays la Kabylie

Un, deux, trois, les Kabyles, il y a longtemps qu’ils ont compris cela !

Monsieur Karim Tabou : cessez de vous agiter, vous n’êtes qu’une girouette qui suit le mauvais vent. Vous êtes mal placé une fois de plus ; d’un drapeau tout court vous faites tout un pâté. Vous n’êtes pas assez mature, encore moins sincère, vous n’êtes qu’un oiseau de mauvais augure.

En ce qui me concerne, j’ai été torturé par l’armée française en 1958 à l’âge de quatorze ans et suite aux séquelles de la guerre, j’ai été opéré trente-deux fois. Je me suis battu pour la Kabylie, je suis et mourrai Kabyle, par conséquent mon drapeau ne peut-être que kabyle !

Seulement ce n’est pas le drapeau qui fait le maquisard ; vous n’avez ni l’âge ni le courage pour cela.

Selon mes informations vous êtes en train de négocier avec les islamistes. Cette réunion de Sant’Egidio est la plus grosse erreur commise par votre parti politique.

Monsieur Tabou, cessez de critiquer les vôtres. Quant à Ferhat Mehenni, vous ne lui arrivez pas à la cheville pour rester poli ! N’avez-vous pas honte ? Malgré votre jeune âge, vous n’arrivez pas à être en symbiose avec votre génération. Votre seul rêve est de régner sur l’Algérie, chose impossible pour de multiples raisons :
- Un, l’Algérie est une fabrication française et à moins que vous soyez du parti de la France…
- Deux, vous n’avez ni les compétences ni l’envergure pour cela.

Je vous conseille de vous réconcilier avec les vôtres, ce qui fera de vous un citoyen normal. Vous n’aurez jamais le leadership dans ce pays ce que vous ne semblez pas avoir compris.

Vous êtes Kabyle et si vous l’ignorez c’est chose grave !

Les islamistes avec qui vous négociez ont les mains pleines de sang ; vous défendez des criminels indéfendables.

Depuis l’apparition des religions monothéistes, les êtres humains n’ont trouvé ni le bonheur ni la paix. Dans ce monde islamique sectaire même un pauvre chien n’est pas le bienvenu dans les maisons de vos complices.

Je ne dirai rien de plus, je ne suis pas là pour remédier à votre ignorance, mais sachez tout de même que tous ceux qui sont devenus musulmans le sont devenus à coups de sabre. Des milliers de jeunes filles kabyles étaient enlevées pour remplir les harems des califes de Bagdad et de Damas, car elles ont la peau blanche… Ces sauterelles de Hilali n’étaient pas
des gentlemen, ils tuaient et détruisaient tout sur leurs passages.

Est-ce que je m’adresse à un ignorant sans culture ni dignité ?

Mon cher Tabou, je vous défie de nous trouver des liens de sang avec ces hordes barbares du Moyen-Orient. Retournez à l’école, mais pas celle des arabo-islamistes, dans une école qui ouvre les yeux de l’être humain. Vous êtes un pur produit du système de l’école fondamentale et je me demande bien pourquoi vous parlez français dès qu’un sujet devient légèrement plus élevé. On dit qu’un chien qui aboie ne mord pas et selon votre vision vous irez au paradis. Auparavant, croyez-moi, vous allez vivre l’enfer sur terre !

Je déplore cette lutte fratricide qui ne peut que servir les ennemis de la Kabylie, ennemis héréditaires depuis sept siècles.
Je crois que je m’adresse à un islamiste pur jus et tout dialogue est impossible, car vous travaillez pour la mort alors que nous travaillons pour la vie. Un univers nous sépare.

Pour vous, il pourrait ne pas être trop tard, car vous êtes jeune, mais je crains que votre pensée date de la période des barbares qui tuent, violent, pillent, soumettent l’être humain à l’esclavage et où la femme, sans aucun droit, est condamnée à rester à la maison comme un objet, en plus voilée !

Vous devriez savoir, si vous vous dites Kabyle, que nous n’avons rien à voir avec ce peuple colonisateur. D’ailleurs, aujourd’hui, vous êtes bel et bien colonisé au même titre que le nord de l’Afrique.
Apparemment, nos enfants assassinés par les gendarmes ne vous touchent pas.
Vous n’êtes qu’un piètre personnage auquel j’ai déjà accordé trop d’importance…

Shamy Chemini
Ministre de la Culture du GPK Anavad
26 mars 2019

French