Home Actualités Kabylie « Un peuple qui ne revendique pas ses origines est soumis à l’esclavage »

« Un peuple qui ne revendique pas ses origines est soumis à l’esclavage »

0

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Kabyle.com Tizi-Ouzou – Les étudiants des trois universités de la Kabylie, en l’occurrence UMMTO (université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou), Abderrahmane Mira de V’gayat et Colonel Moh Oul Hadj de Thuvrit ont envahi les rues des trois grande métroples de Kabylie pour dénoncer le rejet par les indus « législateurs » de Chakara (sacs d’argents) de la majorité parlementaire du régime despotique élus avec Zéro voix de l’amendement pour la promotion de la langue Tamazight.

Cette prouesse orchestrée par les néocolonialistes sacripants de la république des Caïds  a suscité la grogne sans précédent des centaines de milliers d’étudiants, lycéens, collégiens  militants de la cause identitaires  et autres citoyens de la société civile.    

En effet, les trois métropoles de la Kabylie ont été vibré dans une impressionnante  cadence depuis lundi dernier par des manifestations de rue en signe de protestation initiées par les comités des universitaires de la Kabylie contre le rejet  délibéré des faux parlementaires,  intégristes Hilaliens, arabos islamo baathistes, valets du pouvoir aux abois et détracteurs acharnés de la langue  Tamazight.

En violation de l’article de la loi de finance de 2018, ils ont refusé avec mépris et animosité  de voter les moyens nécessaires à la promotion et développement linguistique de Tamazight langue nationale et officielle reconnue  par la constitution Algérienne.  

Cette mobilisation historique, a été baptisée « Tout peuple qui ne revendique pas son identité, est soumis  à l’esclavage ».

Des milliers  d’Amazigh se  sont déplacés   des quatre coins  du pays, Maroc, Sahel et de France en signe de solidarité et de soutiens  pour épauler leur compatriotes de la Kabylie, tout en scandant , haut et fort des slogans hostiles au pouvoir «  Mazalagh Dimazighen ( on est toujours des Amazighs), Lasliw  d- amazigh ( mes origine sont Amazighes , (Réviser  l’histoire l’Algérie  n’est pas arabe) , pouvoir assassin , corrompus, tyrannique, nous refusons l’idiologie macabre arabo islamo batthiste, nous sommes un peuple libre, laïc, progressiste, moderne et républicain ».   

Les trois chefs lieux des Wilayas de la Kabylie, ont abondé de monde. Les services de répressions ont déployé tous leurs efforts  pour gâcher cette  mobilisation citoyenne de liesse  et joyeuse, la résistance, dévouement, et l’union  des manifestants ont  découragé  les barbouzes, mercenaires  et  les meutes enragées mandatés par les forces du mal   pour mater la population  comme à l’accoutumée. 

Tous les axes routiers qui menaient  vers les  villes de Tizi-Ouzou et Bgayet étaient quadrillés par un dispositif  ahurissant de policiers, gendarmes , militaires et snipers en état d’alerte maximal . Aussi, des barrages  figés  ont été installés sur les routes nationales RN 12, 15 pour empêcher l’afflux des manifestants venant d’Alger , Boumerdes,   des villages , localités et autres contrées de l’intérieur  afin de rejoindre les trois grands départements de la Kabylie ( Tizi-Ouzou , Bejaia et Bouira). Nonobstant, des milliers d’étudiants des universités d’Alger et Boumerdes  ont bradé la peur et le danger  pour  rallier les  chefs lieux de la Kabylie  à pied en parcourant des kilomètres.

Le déploiement répressif et les appels dissuasifs des Kabyles de services grooms du régime pour saborder  cette  grande action de protestation,  initié  par les jeunes universitaires n’a pas fonctionné , la population a salué le courage de ces derniers  qui n’ont ménagé aucun effort pour répondre  favorablement à l’appel de leurs  Frères de la Kabylie.  Il est à signaler, que les manifestations se sont déroulées dans une ambiance impeccable  et une organisation  parfaite, excepté à la wilaya de Bouira où des affrontements violents, ont éclaté  entre les forces répressives et les manifestants au campus universitaire Colonel Moh Oul Hadj. Plusieurs étudiants ont été transportés à l’hôpital Mohamed Boudiaf, leur état de  santé est jugé grave, selon une source médicale.

Aussi, on dénombre  des dizaines d’arrestations dans la soirée de lundi à mardi. Ces derniers croupissent toujours  à la maison d’arrêt de la ville de Bouira. Par ailleurs, on a appris auprè  des membres de  comités des trois centres universitaires  de la Kabylie, que d’autres manifestations  de grandes envergures   auront lieux  prochainement  à V’gayat, Tizi-Ouzou, Thouvirt  et même à Alger. 

Il est à souligner,  que de nombreux intellectuels, enseignants, partis d’oppositions, artistes, les membres du  MAK (Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie), syndicalistes autonomes, cadres, associations féminines, ligue des droits de l’homme, travailleurs  et autres citoyens anonymes ont activement participé à ces manifestations en guise de soutien à la communauté estudiantine.

Balak A. pour Kabyle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici