Mieux que les EPHAD : la destruction de langues et des cultures des peuples

0
Mieux que les EPHAD : la destruction de langues et des cultures des peuples

Dans mon enfance, les nationalistes bretons étaient considérés comme des traîtres. La France, pays nationaliste furieux, pire : furibond – avait réussi cet exploit de donner de ces gens là cette vision hyperpéjorative : que tous les nationalistes Bretons étaient des criminels, dignes de la peine de mort.

Tous étaient contaminés : je l’ai été, comme les autres.

La France était enseignée aux élèves des écoles comme une déesse, comme une religion, selon la formule de Jules Michelet . Le même a écrit : « La Bretagne est une colonie, plus que la Guadeloupe ». 

Un autre génie de la littérature française :  « Il faut instaurer des primes particulières pour les Bretons, comme pour les chevaux ». (Rassurez vous : ce n’est pas Mélenchon qui a écrit cette phrase immortelle).

Aujourd’hui, il suffit de contempler côte à côte les visages de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault , pour être saisi de malaise, et pour comprendre à quel point les jeunes Français et les jeunes Bretons ont été abusés.

On sait maintenant que les massacres de Nantes et de Loire Atlantique ont servi de modèle à Lénine, à Staline. A Daesh surtout : têtes coupées, enfants tronçonnés en morceaux, personnes vivantes jetées dans des fours – préfigurant les fours crématoires -,

Devenue vieille et chiassieuse, la France, qui pourrait encore être un grand pays – qui devrait l’être, car il y a autant de braves gens en France qu’ailleurs -,  fait caca dans sa culotte, et fait pipi dans son caleçon. Devenue gâteuse, elle continue à se prendre pour le professeur de morale du monde. Mais tout cela est révolu. Les Français, angoissés, se demandent, en regardant avec consternation sa classe politique : « Comment a t-on pu tomber si bas ? »

L’aveu du génocide brito-vendéen se prépare. Bretons, ne vous laissez pas prendre par cette pantalonnade : DEMANDEZ DES COMPTES AU PAYS DES DROITS DE L’HOMME !

Luc FERRY vient de reconnaître le génocide brito-vendéen. Il arrive bien tard : que voulez vous, on n’a que l’intelligence qu’on a. Messieurs Hollande, Ayrault, Valls, bien d’autres encore sont en possession du Livre Bleu …

Les jeunes Bretons désignent maintenant le bon abbé Grégoire – panthéonisé sous le règne de François Mitterrand, cet autre génie, par son nom : « L’ASSASSIN DES LANGUES ». On parle même, dans l’ex-Bretagne bretonnante, de le dé-panthéoniser. Qui aura l’honneur de prononcer l’homélie d’usage ? Plusieurs noms sont déjà fredonnés dans les chaumières : on en pleure de joie !

Louis Mélennec