Le groupe des éradicateurs sanguinaires des années 90 s’est reconstitué en Algérie

0

La nuit du 03 Août 2021, juste après le limogeage du Général GOUASMIA et qui sera remplacé par, la dernière pièce de l’échiquier de TOUFIK et NEZZAR , le général Yahia Ali Oulhadj à la tête de la gendarmerie nationale, une réunion de crise a été organisée au domicile du général NEZZAR, pour la mise en œuvre du plan « TOUATI ».

Le groupe des éradicateurs sanguinaires des années 90 s’est reconstitué.

Le général Mohamed Mediène dit Tewfik, le général Khaled Nezzar, général Abdelaziz Medjahed, le général Djebbar M’henna, le général Achour Ouadahi, le général Yahia Ali Oulhadj et le général Saïd Chengriha.

Une fois l’équipe au complet , la machine des services du général ACHOUR, se met en route pour mettre en œuvre les scénarios classiques des années 90, mais cette fois c’est la Kabylie qui est visée.

Ce plan « TOUATI » est constitué de 4 étapes

1- INCENDIE GÉNÉRALISÉE EN KABYLIE . Jamais la Kabylie, n’a vécu une catastrophe de cette dimension: – des incendies dispersés dans toutes les localités de la Kabylie – refus des autorités de demander de l’aide internationale pendant 4 jours jusqu’à être imposée par MACRON . – une compagne médiatique de grande ampleur , dont le ministre de l’intérieur affirme que des criminels sont à l’origine de ces incendies, lors de sa visite sur le terrain – préparer l’opinion publique en Kabylie d’un danger imminent. – isoler la Kabylie sous la bannière du MAK.

2- DJAMEL BENSMAILCe jeune de Khemis Miliana, militant actif, qui était sous la surveillance des services depuis des mois, était la cible idéale pour cette opération organisée par le sinistre général Djebbar M’henna , originaire de Larbaâ Nath Irathen, et en plus, il était présent dans la localité avec un colonel et son équipe de la DGSI 48 H avant le drame ( confirmé par Algeriepart le 12 Août 2021) et cela avec les agents pointeurs pour contrôler DJAMEL et pour canaliser la foule lors du lynchage.

3- KHEMIS MELIANAl’équipe du général Achour de la DGSI à Khemis Miliana , le DOUBAB et les influenceurs de la FITNA ont commencé à se manifester immédiatement après les faits. Nous avons tous noté une mobilisation sans précédent des mouches électroniques qui ont commencé à lancer des appels à la FITNA et la guerre anti – Kabyle. Le but de cette équipe composée d’une aille de la DGSI, était de lancer une attaque d’envergure sur plusieurs familles kabyles dans la localité de MELIANA , d’une manière atroce , avec l’aide des sous traitants à tendance islamiste des services, pour ensuite accuser la Bannière « terroriste fictive » RACHAD, comme le confirme le discours de TEBBOUNE du 12 Août 2021.

4- L’affrontement généralisé, entre le MAK et RACHAD La DGSI a consacré , depuis plusieurs mois, tous ses efforts à partir de ses relais en Algérie , à Londres et partout dans les médias avec leurs professeurs et experts et mêmes à étrangers pour préparer l’opinion publique nationale et internationale sur « la fiction terroriste » MAK et RACHAD, l’arrestation récente, du jeune gendarme Mohamed Abdallah en Espagne en est un exemple, sous le vocable terroriste, alors que tous les services européens savent que ce n’est qu’une manipulation des généraux d’Alger. Ce concept d’affrontement qui sort droit des laboratoires de la DGSI , entre les entités « terroristes », MAK et RACHAD, dans un premier temps et puis entre Kabyles et arabes ensuite, qui reste la seule et unique solution pour les généraux d’Alger de se maintenir au pouvoir, en justifiant l’état d’urgence avec la mobilisation massive de l’armée algérienne sous le terme : « une opération de maintien de l’ordre » qui devient légitime et incontestée, pour tous les militaires sur le terrain.

L’ÉCHEC DE CETTE OPÉRATION

Trois raisons ont permis de faire échouer cette opération.

1- les réseaux sociaux, les photos, les vidéos, et surtout une mobilisation sans précédent de millions d’algériens qui ont analysé les images, recoupé les informations , et ont réussi à identifier les visages et des incohérences dans le scénario du régime.

2- une mobilisation extraordinaire pour appeler au calme des militants en Algérie et à étranger , une fraternisation et une union unanime pour condamner ce crime atroce. Les algériens de 2021 ne sont plus les mêmes algériens des années 90. Les Algériens d’aujourd’hui sont sociologiquement pacifiques et refusent toute violence.

3 – le père de Djamel, le grand monsieur Noureddine BENSMAIL , qui a été un l’élément déterminant dans l’échec du plan des généraux. Selon la source Anonyme, le père de la victime a reçu des informations cruciales, quelques heures après la mort de son fils. Il aurait eu la visite secrète d’un haut gradé militaire honorable , qui lui aurait expliqué tout les tenants et aboutissants de cette opération. Le père a compris qu’il était le seul à pouvoir déjouer ce plan machiavélique.

Les déclarations du père sur les réseaux sociaux ont permis de calmer et de contrôler totalement les mouches électroniques qui se sont retrouvées sans aucun argument à défendre. Grâce à la sérénité et la sagesse du père du défunt « Djamel BENSMAIL » , ce brave père a réussi à éviter un scénario digne des années 90, avec les mêmes acteurs encore actifs aujourd’hui. Aujourd’hui, et après cette débâcle des hommes du général ACHOUR et de la DGSN, une chose est certaine, des têtes au plus haut sommet de l’état, vont sûrement tomber.

Source : rapport transmis par un haut gradé militaire, un honorable qui reste anonyme.