Nouvelle République

0

Entre Espoir Citoyen «Hirak», Manipulations et pouvoirs.

Depuis l’avènement de l’indépendance territoriale (celle du peuple reste à réaliser), il nous est sorti un thème appelé juridique, politique et administratif non pas pour le devenir de l’Algérie, mais pour justifier la main mise sur ce dernier par des prédateurs. A chaque fois, il est fait appel à un texte de lois qu’ils appellent «constitution ou loi fondamentale».

Par son nombre, nous avons battu le record mondial.

Face à leurs échecs, à demi reconnu sournoisement, et suite à une prétendue élection pour accéder à la magistrature suprême prétendument en harmonie avec le peuple et la révolution citoyenne du sourire « HIRAK » du 22.02.2019 (1), le pouvoir récidive dans ses démarches machiavéliques en utilisant une kyrielle de slogans populistes dont il a la maîtrise.

Cette fois ci il nous est sorti celui d’un consensus le plus large possible entre toute
la composante de la société algérienne, de son état et de ses institutions toutes confondues pour une nouvelle république et une refonte de la constitution dont les contours, ont été préparés par les tenants du pouvoir réel.

Est-ce un leurre de plus ?

Hors le thème révision constitutionnelle ‘’consensuelle’’ utilisé n’a pas de sens juridique donné car cela suppose des arrières pensées politiques qui veulent dire qu’il n’y a pas d’unité du détenteur de la souveraineté et qu’il y a un pacte entre plusieurs détenteurs. Ce qui sous entend que l’Algérie est dans une situation où son peuple et son état sont dans un processus de décomposition face à des seigneurs de guerre qui imposent leurs dictats et ce n’est pas ce qui est le cas chez nous où l’unité nationale prime avant tout, malgré les contraintes imposées injustement par le pouvoir. Aussi, il faut oublier ce thème car si nous partons du principe que le pouvoir constituant en Algérie c’est le peuple, il y a donc un seul détenteur du pouvoir matérialisé par ce qu’on appelle la constitution qui représente les normes politiques juridiques et sociales qui s’imposent aux gouvernants et aux gouvernés.

Une constitution, outil cardinal dans la vie d’une nation, suppose au préalable un compromis politique des acteurs sociaux. Ils doivent s’entendre sur un minimum démocratique et républicain, dégager un consensus sur le contenu de la loi cadre qui sera tranché par le détenteur de la souveraineté nationale, c’est-à-dire le peuple. Là-dessus, il ne peut y avoir de tergiversation puisque c’est l’émanation d’un pacte de tous les acteurs avalisés par le seul souverain : le Peuple.

Une révision constitutionnelle n’est pas un acte administratif consistant à noircir les pages blanches avec une série de textes d’articles de lois, sans portée pratique, révisables ou, amendables au gré des tenants des pouvoirs réels qui se succèdes, depuis 1963, mais une œuvre réfléchie traduisant les réalités acceptables du pays. Elle n’a de sens en l’absence d’un substrat civilisationnel, d’une politique constitutionnel que si elle accompagne tout l’ensemble du contenu de la loi fondamentale. C’est au préalable un ensemble de pratiques qui signifie qu’il y a une volonté:

  • d’instituer une véritable gouvernance basée sur l’esprit combattant de la déclaration du 1er novembre 1954, de la plate forme de la Soummam définissant le projet de gouvernance de l’Algérie indépendante et de réelles consultations citoyennes, pluralistes et disputées honnêtement dans la transparence,
  • d’apaiser le climat politique et social,
  • de restituer la religion à son caractère universel,
  • de redonner au parlement son pouvoir législatif, la réelle possibilité de contrôle des politiques du pays et du gouvernement,
  • d’affirmation de l’identité algérienne composée d’arabité et d’amazighité (ou vice versa), sans prédominance aucune, qui n’est pas née du néant ou venue d’ailleurs via de fallacieux motifs, ne s’est pas recroquevillée sur elle même, elle s’intègre dans l’universalité, la modernité, rejette les préjugés et les archaïsmes,
  • donner de la considération aux partis politiques,
  • de rendre le climat plus vivable en y instaurant le calme,
  • d’officialisation et de rendre obligatoire l’enseignement de tamazight comme l’a été l’arabe est un fait naturel et irréfutable du patrimoine original et immémorial pour le devenir de l’Algérie, il ne doit souffrir d’aucune contestation, ni d’omission car elle n’est pas née ou venue d’ailleurs à l’exemple des autres qui se sont enfermées sur elles mêmes : ignorer cela, c’est bafouer le droit et cautionner les périls que cela génère,
  • de rendre effective la séparation des pouvoirs politiques, législatifs, judiciaires, exécutifs et religieux,
  • de rendre effective l’application de la déclaration universelle sur les droits de l’Homme ainsi que les pactes, chartes et conventions internationaux et africains,
  • de mettre en pratique et promouvoir l’égalité citoyenne sans distinction de sexe, religion, langue, social, économique, identitaire, régional, de culte, de conscience et de croyance ou de non croyance, d’organisation et manifestations pacifiques,
  • de mettre fin aux tracasseries administratives et au système bureaucratique, à la concentration des pouvoirs, à l’achat de la paix sociale à des fins politiques, aux divers influences,
  • de rendre la liberté d’action effective aux partis politiques et aux associations citoyennes ne rejetant pas la libre pensée, la liberté de conscience et la tolérance, c’est ce qui s’appelle le vivre ensemble dans la cité différence, la pluralité et l’acceptation de l’autre),
  • de rendre la cité plus vivable en y instaurant le calme.

Ce n’est qu’ainsi qu’il peut y avoir révision ou refonte constitutionnelle efficiente pour une nouvelle république, comme il est dit. Agir autrement n’est que turpitude, qu’autisme, cécité et fuite en avant nuisible pour le pays assis sur un volcan en voie d’éruption à tout moment.

Membre Fondateur de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme.

Madjid Ait Mohamed

(1) Ce mouvement est né le 14 février 2019 à Kherrata (Bejaïa)