Scandale en Kabylie: des travailleurs publics contraints de louer le régime algérien sous la menace

Le gouvernement provisoire kabyle en exil dénonce les pratiques coloniales et oppressives infligées aux travailleurs kabyles du secteur public, qui ont été forcés de produire des déclarations élogieuses à l’égard du président algérien Tebboune et de ses actes criminels. Cette orchestration médiatique vise à légitimer le régime par la contrainte et à briser l’esprit de résistance kabyle.

Lettre ouverte de Mounir BOUTEGRABET

Nous dénonçons avec la plus grande fermeté les pratiques coloniales et oppressives infligées aux travailleurs kabyles en Kabylie, employés du secteur public.

En un acte de manipulation grossière, ces travailleurs ont été rassemblés par centaines, soumis à des séances de filmage collectif et individuel, et forcés de produire des déclarations élogieuses à l’égard de Tebboune et de ses actes criminels.

Ces enregistrements, prévus pour une diffusion massive sur les médias officiels algériens lors de la visite de Tebboune à Tizi-Wezzu qui pourrait avoir lieu en ce mois de juin, illustrent une fois de plus les méthodes répressives et autoritaires d’un régime en quête de légitimation par la contrainte.

Cette orchestration médiatique n’est pas simplement une atteinte aux libertés individuelles ; elle s’inscrit dans une tradition coloniale de déshumanisation et d’asservissement, où l’individu est réduit à un outil de propagande.

En obligeant ces travailleurs à faire des déclarations contre leur gré, le régime perpétue une forme moderne d’esclavage mental, où la dignité humaine est sacrifiée sur l’autel de la domination politique. Ces travailleurs, humiliés et contraints, ont courageusement pris les devants pour nous alerter de cette infamie. Leur démarche est un cri du cœur, un appel désespéré à la solidarité et à la compréhension de leurs frères et sœurs kabyles. Ils ne souhaitent pas être blâmés pour des paroles qui ne reflètent en rien leurs convictions profondes.

Ils ont été forcés de louer un homme et un système qu’ils abhorrent, dans une parodie de soutien orchestrée sous la menace et l’intimidation. Cette situation révèle l’essence même de l’oppression coloniale : la volonté de briser l’esprit de résistance et d’assujettir les âmes. En déniant à ces travailleurs le droit de s’exprimer librement, le régime colonial algérien cherche à éteindre toute flamme de liberté et à imposer un silence complice. Mais ces hommes et ces femmes, par leur acte de dénonciation, réaffirment leur engagement inébranlable pour l’indépendance de la Kabylie.

Ils se dressent, malgré les risques, comme des symboles de résistance et de dignité. Il est crucial de noter que la Kabylie ne votera pas pour Tebboune, et ne participera pas du tout à cette mascarade électorale. Ce refus catégorique de participer aux élections truquées est une manifestation claire de la volonté populaire kabyle de se libérer de l’oppression et de l’autoritarisme imposés par le régime. Nous appelons la communauté internationale, les défenseurs des droits de l’homme, et toutes les consciences éprises de justice, à condamner ces pratiques ignobles et à soutenir la lutte légitime des Kabyles pour leur liberté et leur autodétermination.

Il est temps de mettre fin à cette parodie de justice, à ce simulacre de démocratie, et de reconnaître le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Dans cet esprit, nous nous tenons aux côtés de nos frères et sœurs kabyles, dans leur quête inébranlable de liberté, de dignité et de justice.

Vive la Kabylie libre et indépendante ! Exil, le 12/07/2024

Mounir BOUTEGRABET, Ministre de l’Intérieur au gouvernement provisoire kabyle en exil.

Rédaction Kabyle.com
Rédaction Kabyle.com
Articles: 625

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.