Plusieurs lycées paralysés en Kabylie

Plusieurs lycées paralysés en Kabylie

Dans la wilaya de Vgayet, plusieurs lycées ont été bloqués par des élèves la semaine dernière.

A Tazmalt, précisément au lycée Mohamed Boudiaf, les élèves s'insurgent et font grève pour soutenir les élèves exclus non réintégrés. Malgré leur entrevue avec le proviseur de cet établissement, les élèves ont décidé de poursuivre leur mouvement de grève paralysant ainsi les cours au sein de ce lycée. «Au lycée 1000 martyrs d’Ath M'likeche, 37 élèves ont été repris pour refaire l'année, et chez nous, que 02. Pourquoi refuse-t-on de donner une chance à ces élèves?», s’interrogent les lycéens qui ont décide, jeudi, de poursuivre leur mouvement de grève.

A Boudjellil, le lycée s'est également retrouvé paralysé par une grève des élèves. Ces derniers revendiquent l’amélioration des conditions au sein de leur lycée (cantine…).Là aussi, les cours se trouvent perturbés au grand dam des lycéens.

Sur le coté est de la wilaya de Vgayet, la route nationale numéro 9fut même fermée à la circulation par des élèves ! En effet, la route nationale RN 9 reliant Vgayet à Sétif est fermée à la circulation au niveau de Merouaha (commune de Kherrata) par les élèves de cette localité. Une action de protestation menée contre l’absence de transport scolaire. «Ce problème de transport scolaire et tous les problèmes ayant un lien avec les établissements scolaires, devraient être réglés par des adultes, dès le départ en vacances des élèves, dans le cadre d'une préparation sérieuse de la future rentrée scolaire par une commission où toutes les parties seraient représentées, APC, Chefs d'établissements et représentants des parents d'élèves, localement, au niveau de chaque APC, qui se chargera d'étudier et de solutionner tous les problèmes soulevés», dira un parent d’élève dépité par cet état de fait. D'un autre coté, de nombreuses écoles souffrent le martyre, s'agissant de la gestion des cantines scolaires : «Les services d'hygiène doivent faire un travail de contrôle régulier.

Ce qui serait plus intéressant dans ces cantines, c'est d'améliorer la composition des repas», nous a déclaré un parent d’élève. Cela dit, les parents d’élèves, quant à eux, veulent que tous ces conflits prennent fin et que leurs enfants continuent dans la sérénité leur année scolaire, notamment les élèves en classe terminale qui, pour certains, voient déjà leur cursus perturbé à cause de ces grèves.

Rachid. Z.

Source
Dépêche de Kabylie
Rubrique