Rapport Stora : le rôle des Amazighs largement minimisé

3
Elysée

Le Congrès Mondial Amazigh adresse une lettre au Président de la République française Emmanuel Macron en date du 22 janvier pour dénoncer le manque de neutralité et le minimalisme de Benjamin Stora sur la question des Amazighs. Missionné par l’Etat, l’historien présente un rapport qui minimalise et occulte la moitié des citoyens citoyens français et immigrés d’origine nord-africaine en France. Une série de mesures sont proposées pour que les Amazighs de France soient mieux valorisés et davantage écoutés jusqu’aux sommets de l’Etat.


A votre demande, l’historien Benjamin Stora, vient de vous remettre un rapport sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ». Dans votre lettre de mission vous écriviez en juillet 2020: « Je souhaite m’inscrire dans une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien ».

Après lecture du rapport de M. Stora et en tant qu’organisation de protection et de promotion des droits des Amazighs (Berbères), nous souhaitons attirer votre attention sur un certain nombre de points qui nous paraissent essentiels.

Tout d’abord il nous parait très important de rappeler que les Franco-Amazighs (ou Franco-Berbères) représentent environ la moitié des citoyens français et immigrés d’origine nord-africaine en France. Cette communauté présente en France depuis près d’un siècle, reste attachée à sa culture d’origine tout en étant complètement en phase avec les valeurs républicaines, dont la laïcité.

Notre première remarque porte sur l’objectif de la « réconciliation » entre les peuples français et algérien, suite à la colonisation et à la guerre d’Algérie. Nous affirmons que s’il y a désaccord ou conflit, ils ont lieu entre les Etats et non entre les peuples et cela n’est aucunement dû à la période coloniale ou à la guerre.

Ce passé a certes connu des traumatismes, mais pour les générations post-1962, il fait partie de l’histoire et n’est pas ou n’est plus traumatisant. L’Allemagne et la France ont connu probablement pire, mais aujourd’hui ce sont deux amies inséparables, alors pourquoi pas l’Algérie ? D’ailleurs en Algérie, il n’y a pas de haine anti-Français. Aucun Français en visite en Algérie n’a témoigné d’un acte raciste ou vexatoire dans ce pays.

Même les chefs d’Etat français qui se rendent en Algérie, sont fortement applaudis par la population, beaucoup plus applaudis que les chefs d’Etat algériens qui sont pourtant chez eux. De plus, les gouvernements algériens sans exception, ont toujours instrumentalisé la guerre d’indépendance de l’Algérie et la colonisation pour essayer de cacher leur gouvernance autoritaire et corrompue et leur absence de projet. Et par conséquent, pour les Algériens, le vrai problème, c’est le gouvernement de leur pays.

En revanche, ce que les Algériens et particulièrement les Amazighs souhaiteraient, c’est que la France n’apporte plus son soutien inconditionnel au régime militaire anti-démocratique algérien qui opprime les Amazighs, qui viole gravement les droits de l’homme et les libertés fondamentales ; qu’elle soutienne les porteurs d’un projet de développement progressiste et laïque, qu’elle ne ferme pas ses frontières de façon aussi hermétique et que chez elle, elle ne soit pas aussi laxiste et généreuse envers les islamistes.

De même en France, bien qu’instrumentalisé par les islamistes, ce n’est pas le passé colonial de la France qui pose problème aux jeunes générations issues de l’immigration nord-africaine. Le flou identitaire, la relégation sociale, le racisme sont notamment de vrais motifs de mécontentement.

Pour preuve, les discours et les actes symboliques de « repentance » consentis ces dernières années par la France à l’égard de l’Algérie, ont eu lieu dans l’indifférence la plus totale.

Ensuite, il nous parait essentiel de porter à votre connaissance que l’image d’une Algérie unique et uniforme, avec un seul peuple « arabe et musulman » ne correspond en rien à la réalité, ni celle d’hier, ni celle d’aujourd’hui, ni celle de demain. Les Amazighs d’Algérie, dont les Kabyles, les Chawis, les At-Mzab… ne sont pas des Arabes, ni tous des musulmans. Ils constituent le peuple (ou les peuples) autochtone de ce pays qui se distingue par son histoire, ses croyances, sa culture et sa langue propres et qui a toujours joué un rôle décisif notamment dans les moments clés de l’histoire.

A force de luttes, les Amazighs ont obtenu la reconnaissance de la co-officialité de leur langue à côté de la langue arabe en Algérie et au Maroc et d’autres reconnaissances de leur identité sont à venir. Il est donc temps que la France cesse de traiter les pays d’Afrique du nord comme des pays « arabes ».

A cet égard, le rapport de Benjamin Stora minimise largement le rôle des Amazighs (des Kabyles et des Chawis en particulier) dans l’histoire récente de l’Algérie (par exemple dans la création du mouvement national et dans la guerre pour l’indépendance) et cela est regrettable. En réalité, l’Aurès (pays des Chawis dans l’est de l’Algérie) et la Kabylie ont été les fers de lance de la résistance à la colonisation française et à toutes les colonisations et en conséquence, ce sont leurs peuples qui ont enduré les plus grandes
souffrances.

Enfin, en lien avec les recommandations contenues dans le rapport de Benjamin Stora, voici nos positions et nos propositions :

  • Nous soutenons l’idée d’un « Traité de réconciliation et d’amitié avec l’Algérie à l’occasion du soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie en 2022 », mais à condition que les Amazighs de France et d’Algérie soient partie prenante de la rédaction de ce Traité.
  • Nous souhaitons équilibrer la recommandation de « la construction d’une stèle, à Amboise, montrant le portrait de l’Emir Abdelkader, au moment du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie en 2022 » par la construction d’une stèle dédiée à Fadma N Sumer, première femme cheffe de guerre kabyle, contre l’armée française ou de Slimane Azem, immigré kabyle, grand poète mort et enterré en France, arbitrairement banni de son pays par le gouvernement algérien.
  • Nous soutenons « la création d’un fonds permettant la traduction du français vers l’arabe, et de l’arabe vers le français, d’œuvres littéraires, et à caractère historique », à condition qu’il en soit de même pour la langue amazighe, c’est-à-dire des traductions du français vers tamazight et de tamazight vers le français.
  • Nous demandons également au gouvernement français à ce que les enseignements de la langue amazighe et de l’histoire de l’Algérie et de l’Afrique du nord dans les écoles françaises soient mis en œuvre en respectant la rigueur scientifique, sans aucune interférence idéologique ou diplomatique.
  • L’enseignement de l’histoire devra nécessairement évoquer le peuple autochtone Amazigh nord-africain, depuis la plus haute antiquité à nos jours, en passant par les rois numides qui ont résisté à l’empire Romain, Saint-Augustin icône du catholicisme, la reine Dihya (Kahena) qui a combattu les invasions arabes… jusqu’à Zinedine Zidane.

C’est cette histoire-là qui aidera les jeunes issus de l’immigration nord-africaine à retrouver les « repères identitaires » qui leur font défaut et à combattre l’idéologie islamiste.

Enfin, dans la mesure où vous avez reçu à plusieurs reprises les représentants du culte musulman en France, nous vous demandons Monsieur le Président, de bien vouloir recevoir une délégation de représentants de la communauté amazighe de France.

Cette rencontre nous parait hautement nécessaire, car elle nous permettra de vous apporter un autre éclairage fort utile afin de mieux appréhender la réalité complexe notamment sur les sujets abordés dans cette lettre.

3 Commentaires

  1. Le peuple algérien à partir de quand a-t-il été créé, et par qui a-t-il été créé ? Suivez mon regard, En tant que français d’origine kabyle, authentique berbère de Numidie de la confédération des Bavares, je sais qu’il n’y a jamais eu un peuple algérien, mais des peuples. Le peuple algérien arabo-musulman est une invention et disons-le franchement une véritable escroquerie post-coloniale.

  2. Enfin pour une fois un historien français a fait allusion au peuple Berbères sans donner de détails hélas ! Mais les intellos Kabyles y a t il quelqu’un, par exemple un universitaire Kabyles sauvent qui pavoisent à Berbère TV pour contacter Monsieur STORA avant l’appariation de son rapport ? Je pense si la chose est avéré on l’aurait su …
    N’oublions pas Benjamin STORA a été désigné par le gouvernement Français pour écrire et résumer dans un rapport de 180 pages la guerre d’Algérie, dont celui-ci a aménagé la chèvre et le choux. ( On le trouve sur google). Par exemple : Il a parlé de Kahina sans détailler comment elle était morte? Donc on peu comprendre qu’il ne voulait pas avoir une Fatoa sur le dos comme Soliman Rojdi. Par conséquent dans le rapport Monsieur Stora avait déjà rencontré les responsables des partis politiques Kabyles en l’occurrence Monsieur SAADI et les autres dont à mon avis s’il y a échange il doit être mis en marge, ” C’est dans le rapport”
    Maintenant qui ce qui empêche d’écrire un contre rapport par nos vaillant intellos Kabyles, et j’en suis persuadais en s’adressant à n’importe quelle télévision Française avec un nouveau rapport pour contre carré le rapport de Monsieur STORA il sera diffusé le faite les médias Français est friand de commenter les contradictions des autres!!! (Il faut seulement avoir ce qu’il faut là ou il faut)” de l’audace encore de l’audace”
    Archimède disait, donner moi un bâton je soulèverai le monde …

  3. Moi ce qui me dérange ce sont tous ces kabylos-amazighs qui s’inscrivent dans l’histoire coloniale inventant des arabes avec des imazighens substituants même leur langue maternelle.
    Ce n’est pas un hasard s’il y a autant de langues( dites arabes) imaginaires que de peuple et de pays. Aucun intellectuel ne défend les mensonges coloniaux qui au contraire ils suivent comme des moutons par ignorance ou intérets. Sinon comment est-ce possible que TAMAZIGHT soit supplanté est rendue de l’arabe alors que tout est amazigh espace et langue compris?
    L’islam n’a rien d’arabe et encore moins les langues dites arabes…une vraie supercherie coloniale. Il est très facile de démontrer que ce qu’on appelle injustement l’arabe littéraire sa grammaire a été établie par zwazas de la Kabylie. Penser qu’une civilisation d’une tribu d’un désert rocailleux inconnu avant le moyen-âge puisse mener des guerres lointaines en traversant les mers et conquérir des montagnes ,des mers espaces des imazighens millénaires est irrationnel.Lâcheté ou ignorance…les dits linguistes,historiens ,intellectuels,anthropologues etc..sont des vauriens pour moi . A quand une vraie lecture de la vraie histoire ou juif ,qui n’a rien à voir avec judaïsme des atlantes et arabes; ne sont qu’imposture..Continuez les bobards historiques …sans broncher!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici