Le 41ème Printemps Amazigh dans un contexte contraignant

0
Photographie Yacine Aqvayli

Cette année encore, les Amazighs célèbreront Tafsut Imazighen, le printemps Amazigh dans un contexte contraignant, marqué par la pandémie du coronavirus, largement exploité par les gouvernements comme prétexte pour réprimer les libertés fondamentales, notamment la liberté de réunion, d’opinion, de manifestation et d’expression.

En ce jour de commémoration de la résistance des Amazighs à toutes les formes de racisme et d’oppression, le Congrès Mondial Amazigh (CMA) salue et rend hommage à tous les Amazighs, de Siwa aux Canaries, connus ou anonymes, qui ont œuvré d’une manière spectaculaire ou discrète, individuelle ou collective, à faire vivre l’amazighité sous toutes ses formes et à défendre et promouvoir ses droits.

Aujourd’hui notre pensée va naturellement à toutes les victimes de la tyrannie et parmi elles, ceux qui sont derrière les hautes murailles des prisons, Kabyles et At-Mzab en Algérie et Rifains au Maroc, arbitrairement arrêtés et injustement condamnés et emprisonnés. Nous appelons de notre voix la plus forte et la plus ferme, les autorités algériennes et marocaines à les libérer sans délai. Nous exprimons aussi notre compassion et notre solidarité avec nos frères et sœurs Kel-Tamasheq (Touaregs) de la région de l’Azawagh au Niger qui subissent des attaques criminelles permanentes de la part de groupes armés affiliés à Daesh. Les armées gouvernementales et étrangères présentes dans cette région ont encore une fois démontré leur incapacité à protéger les populations. Nous sommes persuadés que la sécurité dans ce territoire ne peut être garantie sans la participation effective des communautés autochtones.

Dans un monde fondé sur les intérêts et non sur les valeurs humaines, les Amazighs doivent se mobiliser et unir leurs volontés et leurs énergies pour faire front ensemble. Leur survie collective ne repose que sur eux-mêmes et sur leur détermination à vivre dans la liberté et la dignité.

Nous appelons les forces vives amazighes à se recentrer sur l’essentiel, la protection de l’amazighité dans les pays de Tamazgha car elle est dangereusement menacée. La langue, la culture, les traditions, les terres, les territoires et les ressources naturelles des Amazighs, sont chaque jour un peu plus arrachés par la force aux autochtones Amazighs. Ces politiques de prédation et d’éradication de l’amazighité doivent être combattues par tous les moyens légitimes, c’est une nécessité vitale.

Le Congrès Mondial Amazigh continuera d’agir dans le sens de la protection et du renforcement des droits et des capacités des forces vives amazighes afin de restaurer la souveraineté des Amazighs sur tout ce qui les concerne.

Dans ce sens, le CMA appelle les institutions et organisations amazighes à déclarer le 20 avril, « journée internationale de la résistance et de la liberté des Amazighs ».

Par leurs luttes et leurs sacrifices, nos ainés ont tracé le chemin pour la justice, la dignité et la liberté, construisons l’avenir en restant sur le même chemin.

Paris, 7/04/2971 – 19/04/2021

Le Bureau du CMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici