Home Algérie amazighe L’Algérie et son racisme structurel arabe

L’Algérie et son racisme structurel arabe

2
L’Algérie et son racisme structurel arabe

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Depuis des années et à ce jour, l’Algérie officielle s’accapare de la Kabylie, de ses richesses, blâme toute velléité d’indépendance. C’est vers l’année 1926 que l’Algérie a choisi et décidé d’être arabe et musulmane. La Kabylie en danger de disparition, reste toujours annexée  à l’Algérie qui demeure aveuglée par l’unité nationale chargée du nationalisme arabo-musulman. La Kabylie a sacrifié les meilleurs de ces enfants pour que cette Algérie soit heureuse et prospère pour rien !

En effet ce « hirek » a été inventé de toute pièces. Ce mouvement qui n’a ni queue ni tête ne présente aucun programme, aucun leader. Il copie d’autres mouvements avec juste deux slogans (un s’est le système dégage et l’autre kahwa khawa).

Ce hirek, n’a pas la faveur de la Kabylie. Les Kabyles en tant que peuple ont leur propres passions, leurs propres projets, des convictions, une identité et une culture bien différenciées, ils caressent le rêve d’une Indépendance libératrice.

Le but ultime de se régime est de réprimer tout ce qui touche à la Kabylie, sous le joug de l’unité nationale !

Comme par hasard, les manifestants qui ont montré leurs attachements à l’Algérie avec des drapeaux amazighs ont tout de suite été arrêtés, placés sous mandat de dépôt. Qui peut croire encore à une pseudo fraternité  » khawa khawa » dont le terme est hérité du wahabisme islamiste ?

Ce régime est très rusé. Son deuxième slogan est là pour faire croire qu’il existe une nouvelle génération kabyle, qu’il n’y a aucune différence, que nous sommes identiques, en définitive faire croire que nous sommes à la fois des Algériens et Arabes !

Depuis des années ce régime a utilisé toutes tactiques possibles pour faire de nous des arabes.

Vous n’avez qu’à jeter un coup d’œil dans les programme scolaires et sur tous les papiers officiels, et sans parler de ces médias, qui nous rabâchent du matin jusqu’à soir nous somme arabes! Le régime a envoyé ses valets nous insulter à travers ses médias et aussi sur les réseaux sociaux. Une député parle de nous exterminer, simplement parce qu’on veut être nous-même. Elle bénéficie de tous les soutiens des décideurs !

Ce régime, soit-disant veut même interdire le drapeau de Tamazgha, son symbole plusieurs fois millénaire, dans toutes les manifestations. Le vrai message qui se cache derrière est là pour mettre en garde tout(es) les militant(es) qui s’aviseraient cette fois de brandir le drapeau de la Kabylie. A vrai dire, c’est du chantage !

La Kabylie tôt au tard, sortira vainqueur, c’est une question du temps. La nature a des beaux exemples. Nos amis français disent : après la pluie, c’est le beau temps, dans notre langue kabyle , nous disons : « malgré la nuit, fut-elle longue, le jour apparaîtra ».

Mokrane NEDDAF 

2 Commentaires

  1. Moi quand je regarde France 24 le vendredi, je ne vois que des foules d’algeriens qui agitent des drapeaux algériens (photocopie du drapeau turc), qui brandissent des affiches en arabe, et qui crient des slogans en arabe.

  2. Je pense qu’il y a une chaine de transmission qui n’avait pas fonctionné entre les générations de 1949, 1963, 1980 et 2001. Quand je parle avec des moins de quarante ans et j’emploie le mot « iziker » qui veut dire un mot synonyme de « arabe », la personne me demande c’est quoi ce mot. Comment ce fait-il que ce mot est ignoré des jeunes générations? La réponse est simple: il y a pas eu de transmission de la part des ainés. Le régime lui fait tout pour arabiser nos enfants et même nos vieux parents avec sa langue importée d Arabie sous prétexte qu’elle véhicule une religion. Mais comme que les les Turc, les Iraniens, etc ont séparer le religieux et l’identitaire, et pas les nôtres ? Sont-ils moins intelligents ou plus imbéciles que d’autres peuples pour accepter cette malédiction ? Oui, c’est bien une malédiction que d ‘être un amazigh depuis des siècles et aujourd’hui se déclarer « arabe » en ergotant le parlé arabe de rue dit « darja » par ses locuteurs. Sachez que le « darja » n’est qu’un vulgaire parle sans écriture ni structure grammaticale, et aucun bouquin n’existait dans ce parlé arabe des villes d Alger, Oran, Constantine, etc,… Les habitants de ces villes parlaient ce « darja » pour se différencier des amazighophones qu’ils méprisaient d’ailleurs en les surnommant « lchlouhs » ou chleus en français. Parler le darja c’est être zaama de la ville pas de la montagne. Ils disent bien : ntuma shab jbell, mara kuc sivilizi yaxo,…. Hna shab aasima ya baba !
    Donc le mot « iziker » désignait toutes personnes arabophone en Tamazgha qui avait bradé sa langue d origine le tamazight pour le parlé arabe d’Alger ou d’Oran, etc,..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici