Un mouvement né en Kabylie devenu révolution du sourire ?

4
Manifestation anti-système Paris
Manifestation anti-système Paris

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Le hirak qui ne fait que mutiler inutilement un peu plus la Kabylie chaque semaine, qui nous englobe dans une Algérie arabo-musulmane ne se place aucunement dans le prolongement de nos combats vitaux.

A l’orée de la première manifestation pacifique en Algérie, celle d’ « avril 80 » à Tizi-Ouzou, en Kabylie, les étudiants s’imaginaient faire ressurgir une amazighité algérienne en mettant en avant la défense de leur langue, des racines amazighes de l’Afrique du Nord. A thafsut teberkant (le Printemps noir) la Kabylie ne se faisait plus guère d’illusions : la proclamation d’un Etat indépendant devait clarifier la situation. Le Hirak qui a fondamentalement une autre perspective nous détourne subtilement de nos luttes initiales. Ce mouvement a pour corollaire de nous dissoudre in-fine dans une Algérie arabo-musulmane : le champ d’expression est majoritairement arabe, les aspirations du peuple kabyle absentes.

Pourtant ce mouvement qui porte le nom de Hirek est né en Kabylie plus exactement à Kharrata, le 17 février 2019. Aujourd’hui un autre nom a été donné à ce mouvement qui s’est propagé à toute l’Algérie : la révolution du sourire. Deux semaines après les élections présidentielles algériennes, les manifestants ont invoqué la plate-forme de la Soummam et de leurs auteurs. Peu d’Algériens se referaient à Abane Ramdane, qui avait pourtant pactisé de son temps contre les Berbéristes, et ce malgré plusieurs édifices baptisés en son nom au niveau national algérien. C’est bizarre, n’est ce pas !?

Ce régime très rusé nous sort une nouvelle tactique : reproduire ad-æternam une plateforme après celle de la Soummam : celle de Sant’Egidio, la plate-forme d’El-kseur, il va nous sortir toutes les plates-formes possibles et imaginables !

Ces orateurs et journalistes mainstream qui défilent sur Brtv télévision sont une honte pour nous tous. Cette chaîne qui était financée à ses débuts par tous les Kabyles et dont la gestion nous revient de droit est loin d’être neutre. Tout le monde a vu les intervenants de cette chaîne s’excuser de parler prioritairement en arabe et de ne pas s’exprimer en kabyle, sous prétexte que les arabes Algériens ne comprennent pas ce que disent ces orateurs Kabyles. Quel malheur ! Depuis l’indépendance de l’Algérie, les arabes Algériens, ne veulent rien comprendre, ne font pas l’effort d’apprendre le kabyle. Malgré les politiciens kabyles acoquinés au pouvoir politique, qui leur expliquent des choses dans la langue arabe, ils ne veulent toujours rien entendre d’un Kabyle !

Ces orateurs ont d’ailleurs inventé un slogan: l’Algérie unie et indivisible! Pourtant, cette Algérie n’a jamais étais unie ! Sinon pourquoi, cette même Algérie, ne veut rien entendre de ce qui vient de la Kabylie? Est-ce que, l’Algérie et la Kabylie ont les mêmes valeurs?

Quelle que soit l’ampleur nationaliste du Hirak elle ne pourra empêcher que naisse un jeune mouvement kabyle qui se recentre sur les valeurs profondes du peuple de la Kabylie, un mouvement fédérateur qui mette fin aux querelles intestines et aux égos démesurés des initiateurs du MAK et consorts qui devraient céder leur place aux jeunes, des initiatives qui sont essoufflées et facilement balayées d’un revers de main par le Hirak. La Kabylie a besoin d’une vraie reconnaissance et légitimité à l’international ce qui n’a jamais été fait, de sang neuf !

Le changement dans la société kabyle s’est opéré. Il est visible avec les résultats des élections qui frôle les 0% : une exception mondiale. Dans n’importe quel autre pays, des voix se seraient élevées pour proclamer immédiatement l’indépendance de fait. Le hirak incarne cet échec de nos représentants culturels et politiques de pacotille embourbés dans les intérêts politico-économiques du système de l’Etat-Nation ou qui ont rallié ces mouvements de contestation sous contrôle.

La Kabylie doit s’adapter au monde actuel, elle doit être plus combative et opérer des actions d’auto-gouvernance, s’engager dans la protection de son environnement avec des opérations coup de poing comme le sabotage des barrages en Kabylie, des actions de résistance, la prise de contrôle des outils d’extractions minières au service des multinationales, la protection citoyenne des ressources naturelles et géologiques, la prise en main de l’enseignement autonome en kabyle partout en Kabylie. Le temps de la vraie révolution culturelle est venu. Que cette révolution définitive, collective, implacable, menée avec sérieux et courage, avec les outils modernes connectés (blockchain…), financée avec intelligence, redonne le sourire et une vraie raison de vivre aux Kabyles !

Mokrane NEDDAF

4 Commentaires

  1. Azul . Bonjour . C’est toujours la ruse du renard qui se joue avec nous . Les Kabyles sont toujours les initiateurs d’un mouvement social ou politique , et ce sont les arabophones qui en tirent les bénéfices . Bien sûr avec la complicité des Kabyles qui se mettent au service des autres .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici