La langue kabyle à l’honneur dans une anthologie en Scandinavie

0
Kamal Ahmane & Noufel Bouzeboudja

La crise sanitaire a obligé les organisateurs de certains festivals à annuler ou reporter leur édition. D’autres, par contre, se sont employés à les maintenir et ce via Internet à travers Zoom. C’est le cas du Festival Nordique de traduction littéraire Ratatosk qui a pu se tenir en ligne et ce suite à l’annulation de son édition présentielle qui aurait dû se tenir le mois de juin 2020 dans la ville d’Aarhus au Danemark.

Lors de cette édition les auteurs kabyles Noufel Bouzeboudja et Kamal Ahmane (en traducteur) ont été conviés aux côtés de plusieurs autres auteurs et traducteurs internationaux.

L’effort consenti vient tout juste d’être couronné par la publication d’une belle anthologie de 173 pages regroupant des textes et des poèmes écrits dans les langues maternelles respectives des auteurs participants.

Une traduction vers une langue scandinave – soit vers le danois, le suédois ou le norvégien – accompagne chaque contribution. Ce sont donc des plumes de l’exil qui constituent le fil conducteur de ce projet chapeauté par PEN Danemark et financé par le Fond Culturel Nordique.

Le choix du Danois : Pour Noufel, il était évident que son texte « Anta Tilelli? » – écrit en kabyle – soit traduit vers le danois. Pour rappel, le Danemark lui avait déjà accordé un séjour de trois années dans le cadre d’une résidence d’auteur parrainée par l’organisation ICORN.

Le texte de Noufel qui parle de « liberté et des libertés » a été traduit par Kamal Ahmane – auteur lui aussi et enseignant qui vit au Danemark depuis 2003. « Le texte de Noufel m’a offert une belle plongée littéraire au cœur d’un univers que je connais très bien et dans lequel je m´étais aussi imprégné. C’était là l´avantage de bien travailler ma traduction », souligne Kamal. Et d’ajouter : « J’ai eu entre mes mains un beau texte, profond et avec des tournures difficiles. Je devais donc refléter tout ça pour le reproduire, reproduire l’esprit et l’enthousiasme qu’il véhicule auprès des lecteurs danois. Ce n’était pas facile mais on a bien bossé Noufel et moi.»

La littérature kabyle mérite d’être plus visible: Ce qui a beaucoup marqué Noufel pendant son séjour au Danemark était la foisonnante productivité littéraire en langues scandinaves. « Dans un pays comme l’Islande à pas plus de 370 000 habitants, on trouve une excellente dynamique de la création, diffusion et publicité des œuvres littéraires », nous raconte-t-il. « Des centaines de livres sont édités annuellement dans ce petit pays scandinave. Ne parlons pas du Danemark et de la Norvège!»

Ajoutons à cela, la mise en place de divers prix littéraires qui récompensent chaque année des livres, sans parler des bourses de projets d’écriture qui sont octroyées aux auteurs. Il y a aussi des fonds qui financent des manifestations littéraires, telles que des lectures, des ateliers d’écriture,etc. dans des écoles, lycées et universités.

« Je pense que le paysage littéraire kabyle regorge lui aussi d’auteurs de talent, surtout ces dernières années. La création existe, mais elle est heurtée à plusieurs obstacles dont les problèmes d’édition, le manque d’une volonté politique et d’un budget en faveur de la promotion de notre culture en général et de notre littérature en particulier. Mais a-t-on un état pour ce faire? Non. Que des initiatives d’éditeurs engagés qui, souvent, n’ont pas de moyens. Les auteurs sont désemparés et n’ont ni aide, ni encouragements, que l’amour de l’écriture. L’amour ne fait pas manger les artistes! Nos auteurs méritent beaucoup plus de visibilité et surtout d’encouragements à travers des comités de lecture, des clubs de lecture, des clubs de critique littéraire, des journaux spécialisés dans la littérature.» Sur les avions de Norwegian Airlines, ajoute Noufel, « vous ne trouvez pas des publicités pour de la cola ou pour des sandwichs, vous trouvez des portraits de philosophes, d’écrivains, de peintres, de poètes scandinaves, tous ceux dédient à la quête transcendantale vers l’idéal humain!» souligne Noufel qui, à travers son texte « Anta Tilelli? » publié dans cette anthologie, nous donne un avant-goût de son prochain roman.

Kamal Ahmane

Kamal Ahmane et Noufel Bouzebdouja
Kamal AHMANE et Noufel BOUZEBOUDJA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici