Kabylie : La militante Mira Moknache condamnée à six mois de prison ferme

La cour d’appel de Vgayet a confirmé, le 14 mars 2024, la peine de six mois de prison ferme prononcée en première instance contre la militante kabyle Mira Moknache.

Son crime ? Avoir exprimé ses doutes sur la version officielle des incendies criminels qui ont ravagé la Kabylie en 2023 et avoir osé questionner l’origine de ces tragédies.

Une voix courageuse muselée

Mira Moknache est une universitaire et militante engagée qui n’a jamais hésité à dénoncer les injustices et les crimes dont est victime son peuple. Sa présence aux obsèques des victimes des incendies de Toudja et ses déclarations sur l’origine de ces drames lui ont valu l’acharnement judiciaire du régime algérien.

Mira Moknache s’est interrogée sur l’origine de ces tragédies : « Qui a brûlé At Ussalah, Ouaddas, Larbaa Nat Irathen, la Kabylie ? » Pour elle, il ne fait aucun doute que ces incendies n’étaient pas accidentels, mais bien intentionnels. Une conviction qui lui vaut aujourd’hui une condamnation injuste.

Un système judiciaire aux ordres

Accusée de « diffusion de fausses informations » et « atteinte à l’unité nationale », Mira Moknache a été condamnée dans un procès expéditif et inique. Son cas n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la répression systématique que subissent les voix dissidentes en Algérie.

La condamnation de Mira Moknache est une nouvelle illustration de la répression féroce menée par le régime algérien contre toute voix dissidente. 

Une détermination sans faille

Malgré la sentence injuste prononcée contre elle, Mira Moknache reste déterminée à poursuivre son combat pour la justice et la liberté en Kabylie. Sa force et son courage font d’elle un symbole de résistance face à l’oppression. Ce n’est pas la première fois que Mira Moknache est la cible du régime algérien. Sa détermination à défendre la Kabylie et à dénoncer l’arbitraire dont elle est victime lui a valu de multiples accusations et harcèlements. Mais elle ne compte pas baisser les bras : « C’est devant l’institution judiciaire que j’assume ma position politique, que je défends ma Kabylie ! »

Un symbole de résistance

L’emprisonnement de Mira Moknache est une tentative de museler une voix libre et indépendante. Mais c’est aussi un signe de la peur qu’inspire le régime algérien à tous ceux qui osent le défier.

La solidarité est essentielle

Dans ce contexte de répression accrue, il est crucial de se mobiliser et de faire entendre notre voix en soutien à Mira Moknache et à tous les prisonniers d’opinion en Algérie.

Rédaction Kabyle.com

Rédaction Kabyle.com
Rédaction Kabyle.com
Articles: 625