Home Actualités Kabylie Hocine Zehouane : « Il faut une révolution démocratique et sociale en Algérie »

Hocine Zehouane : « Il faut une révolution démocratique et sociale en Algérie »

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Après son retour du Maroc où il a participé à une rencontre des organisations des droits de l’Homme, Hocine Zehouane a donné son analyse des soulèvements populaires qui secouent la région. Selon le président de la LADDH, la dictature des régimes et le blocage politique de ces systèmes liberticide qui s’accrochent au pouvoir depuis une vingtaine d’années, a poussé les populations à se soulever subitement, comme les systèmes et les sociétés ne peuvent pas aller ensemble plus loin sans un changement radical.

Hocine Zehouane – Photographie Kabyle.com Madjid SERRAH Tous droits réservés

KABYLE.COM Alger : Le président de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, Me. Hocine Zehouane a animé ce vendredi 6 mai une conférence à la Fondation Freidrich Ebert – Alger, sur la situation et les perspectives de la démocratie et les droits de l’Homme dans la région après les derniers événements que connait la région.

Après son retour du Maroc où il a participé à une rencontre des organisations des droits de l’Homme, Hocine Zehouane a donné son analyse des soulèvements populaires qui secouent la région. Selon le président de la LADDH, la dictature des régimes et le blocage politique de ces systèmes liberticide qui s’accrochent au pouvoir depuis une vingtaine d’années, a poussé les populations à se soulever subitement, comme les systèmes et les sociétés ne peuvent pas aller ensemble plus loin sans un changement radical.

L’Algérie, ce pays qui se distingue dans la région comme un pays qui connait des turbulences depuis les années 88, et dont les émeutes sont devenues la voix obligée d’expression pour les algériens, avec un nombre de 10000 émeutes en 2010. Et des régions qui connaissent des émeutes permanentes comme la Kabylie. L’Algérie un pays avec des moyens financiers importants d’un coté, de l’autre coté, le chômage, la fuite des cadres et un malaise social qui règne, et une jeune population marginalisé qui cherche l’exil, faute des gens du système qui bloquent la société. « Si j’étais dirigeant politique, j’aurais froid dans le dos », a annoncé le leader de la LADDH.

Afin de « forcer le changement » et l’inscrire dans une perspective de « lutte continue » ; maitre Zehouane a proposé la rédaction d’un manifeste et une feuille de route pour une refondation nationale, démocratique et sociale. Et pour ça il faut assurer « une authenticité démocratique » et garantir la stabilité gouvernementale et d’une « garde constitutionnelle » qui permettra des forces vigiles pour « empêcher quiconque de manipuler la constitution. »

Concernant l’initiative de la CNCD, une coordination à laquelle la ligue que préside Hocine Zehouane n’a pas adhéré, le conférencier a déclaré que c’étai malsain dès le debut, et la coordination est créée avec des enjeux de conflits politiques. Par rapport au dialogue national annoncé par Bouteflika, Me. Zehouane a déclaré « De toutes façons, je ne pense pas être invité. Après, si je le suis, je ne viendrais pas les mains vides. Et je transmettrais le débat sur la place publique. » A signaler que cette conférence a eu lieu à l’occasion d’une formation « Journalisme et droits de l’Homme » une formation au profit d’une vingtaine de journalistes de Tizi-Wezzu, Boumerdes, Vgayet et Alger. Une formation initiée par la LADDH et encadrée par M. Michel Leroy, journaliste indépendant et président de l’ONG Est-Ouest.

Madjid Serrah pour Kabyle.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici