Fondements pour une Kanaky-Nouvelle-Calédonie souveraine

Fondements pour une Kanaky-Nouvelle-Calédonie souveraine

Kanaky

Le FLNKS propose de fonder un nouvel État dans le Pacifique. C’est le sens de l’histoire du pays des trois dernières décennies, depuis les événements politiques de 1984-1988, puis la signature des accords de Matignon/Oudinot en 1988 et celle de l’accord de Nouméa en 1998. Les enfants du pays ont beaucoup oeuvré durant cette période pour sortir des séquelles de la colonisation et construire ensemble le pays, en responsabilité. Pour le FLNKS, le temps est venu d’ouvrir une nouvelle ère d’émancipation complète de la puissance de tutelle comme socle de progrès et de perspectives politiques nouvelles.

Le projet de création de notre nouvel État s’appuie, sur un investissement politique en faveur d’une refondation de l’histoire commune; sur l’évolution politique et statutaire des trente dernières années ; sur les progrès réalisés en matière de développement pour sortir du système colonial et sur les liens progressivement renouvelés avec les pays du Pacifique et avec la France.

Le nouvel État promeut une démocratie vivante, solidaire, enracinée dans le pays et ouverte sur le monde, dans une vision renouvelée à l’aune du contexte international, de la relation avec la puissance de tutelle et des aspirations propres à la population calédonienne.

Le projet de nouvelle Nation indépendante s’appuie sur le projet de constitution que le FLNKS a déposé à l’ONU en 1986 et qui lui a valu inscription sur la liste des pays à décoloniser. Il tire le meilleur du potentiel du pays et de la construction politique que le peuple calédonien a réalisé depuis les évènements politiques de 1984.

Les fondements du nouvel État

Kanaky-Nouvelle-Calédonie sera une République pluriculturelle, démocratique, laïque et solidaire.

Une nation pluriculturelle

Le concept de « pluriculturel » prend en compte l’évolution politique du pays depuis la déclaration de Nainvilles-les-Roches de 1983. Il décrit la réalité du vécu de la société calédonienne, qui puise dans les échanges multiples entre la culture kanak, culture du peuple autochtone, avec la culture européenne et les autres cultures apportées par les populations océanienne, asiatique etc.

Un État démocratique

La démocratie telle qu’elle a été portée en Nouvelle-Calédonie depuis 1984, est un mode d’organisation de la société politique que le FLNKS défend. Fondée sur une décentralisation en trois niveaux (Pays, province, commune), elle s’appuie sur des collectivités élues, une représentation institutionnelle de la coutume et des cultures, et des institutions représentant la société civile. Ce système institutionnel a permis de gérer le débat sur l’avenir depuis les Événements de 1984 et 1988, de rééquilibrer, d’expérimenter l’exercice du pouvoir au plus près des besoins.

Un État laïc

La vie publique en Nouvelle-Calédonie applique depuis toujours les principes qui fondent la laïcité dans le système politique français. Ces principes énoncent la séparation entre le domaine relevant de la religion et celui relevant de l’action publique. Cependant la religion joue en Nouvelle-Calédonie depuis le 19e siècle et encore aujourd’hui un rôle actif dans l’enseignement, l’éducation et l’action au profit des plus défavorisés. La dimension religieuse apparaît dans des pratiques coutumières kanak et océaniennes. Les collectivités subventionnent la rénovation des églises et des temples. Depuis longtemps, les valeurs religieuses imprègnent la société calédonienne, aux côtés des valeurs de la coutume et des cultures diverses de ses composantes, et des valeurs universelles. Ainsi, le pays vit une laïcité qui lui est propre, héritée de son histoire. C’est cette laïcité-là que le FLNKS propose de traduire dans les normes juridiques du futur État.

Kanaky-Nouvelle-Calédonie s’identifie à la terre

Elle est au coeur de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et de son évolution. Source de conflits et de confrontations depuis la prise possession, la terre est promue par le FLNKS au rang des fondamentaux de la nouvelle nation, comme élément fédérateur et vivifiant du vivre ensemble. La Nation garantit l’existence de trois types de foncier : Les terres du domaine public ; les terres du domaine privé ; les terres coutumières. Un accès privilégié et prioritaire au foncier sera réservé aux ressortissants du nouvel État.

Une nation solidaire

La Nouvelle-Calédonie sort d’une histoire qui clive, qui compartimente et qui cultive les inégalités ou les différences. Dans la construction du nouvel État, tout devra être mis en oeuvre pour que les composantes soient solidaires entre elles.

Une nation socialiste

Le socialisme figure parmi les fondamentaux du projet de constitution de 1986. Il continue d’orienter les travaux et l’action politique menés au nom du FLNKS. […] Le socialisme a inspiré dans les années 1980, la volonté de convaincre tous les citoyens et l’État français d’engager le pays dans un processus d’émancipation et de décolonisation puis de porter avec le peuple autochtone, peuple colonisé, le projet d’accession à l’indépendance pour tous, au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Le socialisme se retrouve aujourd’hui dans les politiques publiques menées au nom du mouvement indépendantiste suivant les orientations telles que le rééquilibrage, le contrôle des ressources stratégiques comme patrimoine commun, la répartition équitable des richesses. Il est au coeur de la promotion d’outils de régulation ou de développement comme les schémas d’aménagement, les sociétés d’économie mixte pour contrôler des secteurs clefs comme le transport aérien, maritime et terrestre ; les outils de financements tels les banques et d’autres instituts financiers ; l’énergie, les sociétés de développement.

Ce « socialisme en action« , ancré dans le réel, constitue la vision de la société que le FLNKS se propose de promouvoir et de valoriser dans l’État indépendant.

La question des valeurs

Les valeurs que porte le FLNKS se réfèrent à la pluriculturalité, une laïcité originale, la démocratie participative, la solidarité et l’enracinement à la terre, la promotion de l’Homme au centre de tout ce qu’il se fait. Alors que la France questionne son modèle politique intégrateur, nous avons à inventer un modèle de société qui s’enrichit des différences.

Novembre 2017

Rubrique
French