Fermeture des  Éditions Achab : Un coup dur


Le 8 janvier 2024 dernier, nous avons appris, via un communiqué des Éditions Achab, la dissolution de celles-ci.

Cette décision, « mûrement réfléchie, prise en toute liberté, loin de toute pression, dit le communiqué, émane de raisons personnelles. »

Ceci met fin à « une quinzaine d’années dans l’activité de l’édition, en langue tamazight dans sa diversité, en français et en bilingue. Plus de quatre-vingts titres ont été publiés, en littérature (romans, nouvelles, pièces de théâtre, poésies, essais), en linguistique, en sciences humaines de façon générale : sociologie, ethnologie, histoire. »

Dans le paysage éditorial amazigh, la fermeture des  Éditions Achab représente bien plus qu’une simple cessation d’activité commerciale (Et quel commerce !). C’est une perte majeure pour la préservation des langues amazighes (kabyle en particulier) et de la richesse culturelle qui les accompagnent. 

Ramdane Achab, fondateur et âme de cette maison d’édition, incarne le dévouement, la méticulosité et le professionnalisme au service d’une cause noble : sauvegarder les langues amazighes.

Ramdane Achab, en tant qu’homme engagé, a consacré sa vie à cette constance : offrir des œuvres de qualité, des textes qui témoignent de la richesse linguistique et culturelle de la Kabylie et du monde amazigh.

Cependant, face à l’avènement des nouvelles technologies et aux défis auxquels est confronté le monde de l’édition, même une entreprise aussi dévouée a du mal à subsister. Si le secteur de l’édition ressent déjà les secousses de la transition numérique, les langues amazighes, elles, peinent encore davantage à trouver leur place dans ce nouveau paradigme.

La fermeture des Éditions Achab ne doit pas être simplement perçue comme la disparition d’une entreprise, mais comme une véritable perte pour un peuple. Les livres publiés par cette maison étaient des gardiens de la mémoire collective, des témoins de l’histoire, des vecteurs de transmission culturelle. La disparition de cette source d’enrichissement culturel laisse un vide qui ne pourra pas être comblé facilement.

Il est regrettable de constater qu’aujourd’hui, l’attention se porte davantage sur des sujets éphémères tels que le maquillage, les jambes ou les seins d’une « influenceuse » sur les réseaux sociaux, tandis que des « institutions » comme les Éditions Achab, disparaissent sans faire de bruit.

Cette dissolution devrait servir de signal d’alarme, incitant à une réflexion collective sur les moyens de préserver notre patrimoine linguistique et culturel dans un monde de plus en plus tourné vers la virtualité et l’instantanéité. Nous comprenons que les maisons d’édition traditionnelles font face à des défis majeurs dans le monde numérique en constante évolution, où la rapidité, l’accessibilité et l’interactivité sont des critères prépondérants. Malgré ces défis, la coexistence entre l’édition traditionnelle et le paysage numérique offre des opportunités pour élargir l’audience, explorer de nouveaux formats narratifs et renforcer l’impact culturel, nécessitant une adaptation et une innovation constantes pour assurer leur pérennité. Ceci est dans monde idéal ! Quant à « notre monde » à nous, nous pratiquons encore la survie et ce dans tous les domaines.

Et si Mass Achab dit que : « La vie continue. Le livre aussi », nous notons une pique de regret, d’amertume que nous comprenons ! Hélas, l’édifice de l’édition en langues amazighes perd une pierre maîtresse !

Noufel Bouzeboudja

Author, translator

Axxamntmusni.org

Le communiqué des Editions Achab


Dissolution de la maison d’édition
Tizi Ouzou, le 8 janvier 2024

Nous informons le public d’une façon générale, et particulièrement nos honorables auteurs et lecteurs, nos amis et relations sur Facebook, que la Société SARL Editions Achab est dissoute depuis la fin du mois de décembre 2023.

Des raisons personnelles sont à l’origine de cette décision. Celle-ci a été mûrement réfléchie, elle a été prise en toute liberté, loin de toute pression.
Une quinzaine d’années dans l’activité de l’édition, en langue tamazight dans sa diversité, en français et en bilingue. Plus de quatre-vingts titres ont été publiés, en littérature (romans, nouvelles, pièces de théâtre, poésies, essais), en linguistique, en sciences humaines de façon générale : sociologie, ethnologie, histoire.
Merci aux auteurs qui nous ont fait confiance, merci aux lecteurs, merci à vous tous qui avez été là, merci aux partenaires qui nous ont accompagnés tout au long de cette belle aventure : imprimeurs, distributeurs, libraires, cafés littéraires, salons du livre, merci à tous ceux qui nous ont soutenus.
La vie continue. Le livre aussi.

source : www.leseditionsachab.wordpress.com

Noufel Bouzeboudja
Noufel Bouzeboudja
Publications: 4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.