Dyhia At Qaci condamnée à la prison à perpétuité par le régime algérien

Les arrestations et les condamnations à perpétuité continuent de frapper durement les militants du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), plongeant leurs familles dans le désespoir et l’injustice.

Le 19 mai 2024, le tribunal criminel de Tizi-Ouzou a infligé une peine déraisonnable, discriminatoire à Manissa Kessi, également connue sous le nom de Dihya At Kaci.

Cette ancienne présidente de la coordination universitaire du MAK à Tizi-Ouzou a été condamnée à la réclusion à perpétuité pour “implication dans un groupe terroriste” en vertu de l’article 87 bis. Cette décision draconienne illustre une fois de plus l’utilisation abusive des lois antiterroristes pour réprimer toute forme de dissidence en Algérie

La répression s’abat sur la famille

L’injustice s’étend même à sa famille. Le père de Dihya a été impliqué dans cette affaire en tant que témoin. Convoqué au tribunal, il a été contraint d’assister à l’audience et à l’annonce de la condamnation à perpétuité de sa fille, une épreuve aussi cruelle qu’inhabituelle.

Une vie en clandestinité pour les indépendantistes kabyles

Le 3 juillet 2023, elle avait déjà été condamnée par le tribunal d’El Harrache à 10 ans de prison ferme pour “appartenance à une organisation armée et éloge des actes terroristes”. Harcelée sans relâche, Dihya avait été forcée de se réfugier dans la clandestinité, suivant le chemin de nombreux militants cherchant à échapper à la torture et à l’incarcération injustifiée dans les prisons algériennes.

Ces événements s’inscrivent dans un contexte de répression accrue depuis les troubles de 2021, orchestrés par les services de sécurité algériens qui ciblent particulièrement les militants et citoyens engagés en faveur des idées indépendantistes.

source : MAK.

Rédaction Kabyle.com
Rédaction Kabyle.com
Articles: 617

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.