Alsacianité : l’appel de Camille Dahlet en 1933

0
Alsacianité : l’appel de Camille Dahlet en 1933

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

«… Mais notre alsacianité n’est pas un nationalisme alsacien, il est européanisme.

Nous professons contre l’impérialisme et le nationalisme, et pour le pacifisme et l’internationalisme.

Dans le conflit d’opinion qui s’est malheureusement installé dans notre mouvement à propos de démocratie ou État totalitaire, souveraineté populaire ou despotisme, république ou dictature, droit de vote universel ou droit d’arbitraire d’un unique parti, humanisme ou délire raciste, liberté civile ou mise au pas par dressage dans des camps de concentration, État de droit ou régime d’inquisition, liberté de conscience ou terreur de conscience, droit de l’homme ou raison d’État, liberté de penser ou dogmatisme, liberté de la presse ou presse muselée et autodafé de livres, nous nous trouverons fidèles à notre passé, sur le côté de la barricade où sont défendus la liberté, le droit et la dignité humaine (…)

Les droits de l’homme et les droits des civils restent pour nous tout aussi sacrés que le droit des minorités et le droit à l’autodétermination qui ne sont rien d’autre que les droits de l’homme et civils des collectivités (…)

Convaincus de la possibilité, de l’utilité et de la nécessité de la morale en politique, nous refusons de participer au jeu de la double morale qui s’est hélas presque généralisée dans la politique intérieure et étrangère et qui consiste à condamner dans un cas, ce que l’on approuve dans l’autre.

Nous ne vénérons pas le drapeau du nationalisme. Nous sommes contre lui, qu’il apparaisse sous le signe du béret basque, des faisceaux des licteurs (fascistes) ou de la croix gammée.

Nous refusons l’unité du peuple par la contrainte tout autant que l’unité culturelle par la contrainte. Nous n’acceptons pas l’État comme un haras où l’on élève des races pures ou comme lit de Procuste. (…)

En tant que défenseurs progressistes des droits de la Heimat, nous sommes d’autant plus résolus à défendre les principes démocratiques, que tout notre mouvement est fondé sur une revendication démocratique et que nous serions les premières victimes d’un régime pour lequel la raison d’État est tout, la volonté populaire et les individus rien. Nous ne sommes pas de l’avis qu’il est de notre devoir de recommander un système de gouvernance qui partout, en France aussi, est souhaité par les pires nationalistes et qui nous apporterait la terreur de 1919 et de 1928 comme état permanent (…)»

Appel de Camille Dahlet, octobre 1933

source : Elsass réflexion partage culture politique auto-détermination

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici