De quel départ du système parle-t-on dans les manifestations en Algérie ?

7
Karim Tabou

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Depuis une quinzaine de jours, à juste titre, des Algériens sortent pacifiquement dans les rues pour s’opposer à un 5e mandat d’un Président moribond. Ce prétexte n’aura été que la goutte qui fait déborder un vase déjà trop rempli.

Voilà, ils réclament le départ du système. Là est la question fondamentale. Était-ce le système-Bouteflika qui prévaut depuis avril 1999 ? Si tel est le cas, le changement auquel aspirent les manifestants ne sera que replâtrage. Rappelons-le que ce système tire ses racines de celui mis en place par le duo Ben Bella-Boumediene depuis 1962. Un système d’État-nation s’abreuvant de l’idéologie arabo-islamique, entre les mains des militaires, qui ne laisse aucun espace d’affirmation à la véritable diversité. Certes ! Il y a eu des réformettes. Même celles-là, il faudrait ne pas l’oublier qu’elles sont arrachées par les dures luttes militantes.

La Kabylie en a payé un lourd tribut. Reconnaissance constitutionnelle de la langue amazighe mais quelle place occupe-t-elle réellement dans la constitution ? Inférieure bien évidemment à la langue arabe qui elle, est toujours sacralisée. En revanche, elle ne figure nullement dans l’article sur les constantes nationales, elle est soumise donc à tous aléas.

Reconnaissance constitutionnelle du fait amazigh dans le triptyque « Arabité-islamité-amazighité » tout en affirmant dans le préambule que l’Algérie est une terre arabe. Création d’une académie de la langue amazighe sous la férule du Président de la république. Elle n’a donc aucune autonomie comme devait l’avoir toute académie scientifique.……Ou bien était-ce le système dans son armature structurel ? Dans ce cas, pourquoi les manifestants n’appellent-ils pas à un système fédéralisant comme c’était le fond revendicatif de toutes les manifestations amazighes et kabyles. Là, le départ du système aura un sens.

On sortira du système d’État-nation jacobin centralisé pour s’acheminer vers celui qui répondra aux aspirations des peuples constituant l’Algérie profonde. Vers un système qui libèrera toutes les potentialités locales de créativité et mettra l’Algérie sur le tremplin de la modernité et du développement économique.

Madjid BOUMEKLA, 6 mars 2019

7 Commentaires

  1. Il y a des analyses naïves comme il y a des peintures naïves. Comment en 2020, des Kabyles continuent à évoquer les manœuvres du pouvoir comme si elles étaient des réalisations en faveur de Tamazight ? Il est temps d’ouvrir les yeux : ce qui est appelé institutionnalisation de Tamazight et autres triptyques ne sont que des manœuvres grossières pour endormir une bonne partie des Kabyles et affaiblir la lutte des militants engagés. Ce ne sont que des hochets qu’on étale devant les benêts qui hélas forment la majorité de la population Kabyle. Le pouvoir algérien n’ a jamais eu l’intention ni de traiter Tamazight comme une langue officielle ni de la compter dans ses constantes, le temps a donné raison à ceux qui n’ont jamais cru dans ces supercheries.

    Cela fait 30 ans que le pouvoir roublard manipule la Kabylie à travers ses partis politiques institutionnels. Il a entubé les meilleurs des hommes politiques Kabyles les plus avertis tels Saadi et compagnie. Ce n’est pas quelques marcheurs du vendredi qui mettront fin à la mainmise militaire sur le pouvoir algérien. Il ne sert à rien de gloser sur le départ du système en s’appuyant sur un mouvement trusté par des islamistes repentis. Les algériens ne sont pas en harmonie avec les attentes des démocrates Kabyles laïques. Le système n’a nullement l’intention de céder sa place et les algériens ne sont pas en situation de lui substituer un Etat pluriel et diversifié garantissant les libertés individuelles et la liberté de conscience. C’est tout juste si les algériens souhaitent une amélioration du système par une démocratie à minima à l’iranienne et à maxima à l’image de celle d’Erdogan.

    La place des Kabyles n’est pas assurée ni dans l’algérie d’aujourd’hui ni dans celle de demain. Laisser entendre que l’algérie se démettra de son jacobinisme c’est encore envoyer les Kabyles vers 60 autres années de sommeil profond. Les algériens n’en sont pas demandeurs de la décentralisation et il n’y va pas de leur survie comme de celle des Kabyles, les algériens s’en accommodent agréablement du jacobinisme et du centralisme et ne comptez pas sur eux pour prendre à bras le corps ce qui ne concerne que les Kabyles : ils ne vont pas mourir pour Dantzig !

    Tout a été essayé vainement depuis 60 ans, il ne reste que l’indépendance de la Kabylie pour sauver les Kabyles.

  2. Le système a fabriqué un faux opposant prétendument kabyle, mais surtout un vrai arabophile et un islamiste en costume, nostalgique de l’époque Boumediene qu’il n’a d’ailleurs probablement pas connu. C’est exactement de cette façon que la France avait fait passé l’arabo-marocain Ben Bella pour un opposant, alors qu’il n’était en réalité qu’un pantin articulé par ses maîtres : “Je suis arabe, je suis arabe, je suis arabe, etc…” Voilà comment le servile supplétif Ben Bella fût propulsé au pouvoir avec l’appui et le soutien de l’armée de Oujda. Karim Tabbou c’est en quelque-sorte un nouveau Ben Bella, un faux opposant qui est d’accord sur le fond et la forme avec la politique arabo-islamiste et kabylophobe du régime imposteur et illégitime.

  3. Le système ne partira jamais pour la simple raison beaucoup d’intérêts le retiennent en particulier intérêts Français et Américains. Donc pour que ces profiteurs de la misère des autres se rendent compte de complicité avec les voyous du pouvoir il faut un événement qui choque les pays civilisés peut-être ces pays regarderont la Kabylie autrement !
    A mon avis le changement se verrait le jour où il y’aura des douanes qui séparent la Kabylie des arabisants qui sont fidèles à ce CLAN d’Ojeda.
    Nous savons tous que la liberté ne se donne pas surtout quand il s’agit de l’avenir d’un peuple mais sa s’acquièrent sauvent avec le sang !

  4. Ni opposant, ni analyste, ni …, mais un contre-feu : la contre-opposition belkheiriste.

    L’auteur a pourtant été arrêté et entôlé dans les années 70 même, en 1976 (?). A l’époque déjà, en été 1976, il y avait dans sa région, L. N. Irathène des collégiens (Guettab, Menouar, Braïk -le plus jeune, et de surcroit orphelin, fils d’un combattant de l’ALN, dcd en fin 1960.. et arrêté moult fois par la suite, par la SM-) appréhendés et torturés atrocement par la Gendarmerie, et des Lycéens à Dellys avaient également subi ces sévices pour pour ‘ agitation berbériste ‘ détention et diffusion de documents illicites…. Et

    Sauf qu’en lisant le texte ici livré au débat, on découvre qu’il n’a pas encore compris la nature et les caractéristiques du Pouvoir en place depuis 1962, et ne formule aucune expression vraiment oppositionnelle…

    Or, nous avons affaire à un Pouvoir de nature dictatoriale, militaire et clanique (mafieuse). Disons une ‘ Dictature militaro-mafieuse ‘, qui repose sur : 1, Un Arsenal de répression imposant (la Police politique, d’abord); 3) un Appareil de propagande (médias, système socio-éducatif, etc.), 3) des Clans rivaux, ‘ désunis ‘ entre eux, mais ‘ unis ‘ contre la population civile, le Clan le plus puissant étant le Clan le plus puissamment amarré à la Puissante Police politique secrète…. La Junte militaro-mafieuse a deux ‘ modes d’action ‘ : la ‘ ruse et la force ‘, elle applique en permanence l’une ou l’autre, ou les deux à la fois. La ruse , c’est le mensonge total, la propagande, la désinformation, la mésinformation, les rumeurs, les leurres, les tromperies, les manipulations, les coups tordus…; la force, c’est la surveillance et la répression permanente, les sévices de toutes sortes, les assassinats politiques, les séquestrations et disparitions forcées, les tueries et massacres, etc., etc.)…

    L’auteur a fait partie d’un groupuscule appelé auto-proclamé autonomiste, le RPK, très minoritaire, créé par certains individus très proches des Saadi, et dont le but inavoué était de ‘ relooker, réhabiliter et et épauler ‘ l’aile Saadi du RCD ‘ qui projetait déjà de réer un nouveau parti … l’ALD (Algérie Libre et Démocratique), inspiré par le Général Médiene, la Maître du sinistre arrêté et emprisonné par la suite à l’arrivée du puissant Chef d’EM, Gaid Salah… Ceci pour dire et souligner le ro^le anti-oppositionnel et forcément pro-éradicateur de ces franges d’agitateurs issus et proches du RCD, ce RCD instigués dans les bureaux du Général Belkheir et de la Police politique, bien avant le lancement officiel du multipartisme…. C’est vrai que Madjid s’était éloigné de ce Groupuscule Saadiste (d’après une dame, S.A), mais il l’avait conforté par son adhésion, ne serait est-ce que quelque jours ou mois…

    Un politologue chevronné, R. Y, m’avait raconté que vers 1995 ou 1996, il a été contacté par un avocat venu d’, ancien du RCD (co-fondateur, comme son frère, journaliste), le sollicitant pour adhérer à son projet de créer un parti. La réponse de RY fut foudroyante : ‘ Salaud, tu ne feras que rajouter la division à la division ! ‘ ). R(A) . Y, le e politologue, essayiste et universitaire, spéciale des Études sur l’Armée et la Défense (…) , très oppositionnel, issu d’une famille combattante, et Dr en Sciences po. (en 1984, Université Paris-X) avait moult fois dénoncé ce parti-satellite, le RCD comme ‘ succursale de la SM ‘, créée par ‘ l’aile dure ‘ de la Junte militaire, plus exactement par les Officiers issus de l’Armée française, les Généraux Belkheir, Nezzar, Touati, Ait Abdeslam, etc. ceux-là mêmes qui avaient conçu, planifié et lancé la ‘ Guerre contre les civils ‘ des ‘ années noires ‘ 90-2000….

    Ce détour est fait pour souligner le rôle néfaste de ces ‘ gêneurs, de ces contre-feu / contre-opposants ‘, de ces groupuscules et mini-formations crées et/ou recréées, faites-défaites-et-refaites pour favoriser ‘ l’éparpillement, le morcellement, la dispersion ‘ dans le but de parvenir à la ‘ division totale ‘, la division étant ‘ l’arme redouble ‘ des Généraux ultras, les faucons, pour allonger et prolonger leur Système dictatorial de prédation, de dilapidation, de pillage et de crimes de masse…..

    Il y a de nombreux gens qui ont participé, parfois par naïveté ou méconnaissance des tenants et aboutissants, des origines suspectes, des ‘ visées réelles ‘, des intentions des protagonistes, mais l’entreprise est destructrice et très néfaste, car destinée l’aile dure de la Junte régnante….

    Dans ce groupuscule RPK (pro-Saadi), très hostile à Ferhat, et qui s’occupait à ‘ siphonner ‘ le MAK et approcher les ‘ indépendantistes ‘ (les mini-groupuscules URK, FLK, FIK, etc.), il y avait des individus très connus pour leur obsession de l’élucubration, des outrances et des mensonges à l’encontre des Opposants (qu’ils voulaient/veulent ‘ gêner ‘ à tout par tous les moyens) et des adversaires supposés (…).

    La contre-opposition / anti-opposition / contre-feu était l’objectif principal du Général Belkheir, le ‘ concepteur-ordonnateur-meneur ‘ de ‘ l’ouverture contrôlée ‘ ou ‘ fausse ouverture ‘ de 1988/89 par laquelle il avait créé des faux-opposants, une contre-opposition pour empêcher l’émergence d’une ‘ véritable opposition, farouchement-frontalement-directement opposée au Pouvoir militaro-mafieux ‘….

    Loin de moi l’idée d’incriminer l’auteur, mais juste pour revenir sur ces 30 ans de gâchis, perdus, et de dictature militaire prolongées avec les centaines milliers de victimes….

    C’est dire aussi que tant que le Régime dictatorial militaro-mafieux préside aux destinées de ce pays, il n’y aura ni (toutes les) libertés, ni droits, ni justice, ni paix, ni prospérité, ni Tamazight…. rien, oulech, niet ! Et que la ‘ question principale ‘, c’est la ‘ question du pouvoir ‘, la ‘ question politique ‘ donc, qui est la question première et primordiale, générale et globale ‘…. Et la population s’en est aperçue, et en est convaincue, c’est une question qui ‘ fédère-rassemble-et-unifie ‘ dans ce gigantesque et formidable Mouvement protestataire populaire, qui mobile depuis plus d’un an des millions de citoyens, engagés pour mettre fin à ce Régime dictatorial militaro-mafieux, qui est le Mal originel, l’Origine du mal, le Démiurge.

  5. Posons les vrais questions, formulons les bonnes réponses!

    Oui, l’auteur n’a pas dit la ‘ chose principale ‘, en la ‘ nature du Pouvoir en place ‘, sa nature dictatoriale, militaire. L’auteur est dans une démarche ambiguë, qui ne peut pas dire la nature réelle du Régime régnant. . Il utilise le discours identitariste, culturaliste, qui s’avère inopérant pour trouver la réponse exacte, bien plus ce genre de discours, dont sont habitués les franges extrémistes qui prônent l’exclusion, le rejet et la haine de l’autre….

    Ceci pour dire que nous avons affaire à un Régime dictatorial, mais pas régional ; militaire, mais pas ethnique. Ce Pouvoir est une Dictature militaire, mais pas arabe, pas musulman, pas kabyle, pas chaoui. Même si la Police est depuis toujours dirigée majoritairement par des Kabyles (qui surveillent, répriment et tuent des Kabyles – toujours protagonistes et majoritaires dans les Mouvements protestaires…), même si l’Armée de terre est majoritairement chaouie, měme si si ‘ l’idéologie dominante ‘ est ‘ l’arabo-islamisme ‘…

    Bref, le Mouvement de protestation populaire projette de mettre fin à la Dictature militaro-mafieuse, et construire une Démocratie réelle basée sur un État de droit social et solidaire, garant et respectueux des droits et des libertés

  6. La ‘ question principale ‘ est d’abord ‘ politique ‘ (pas idéologique), c’est la ‘ question du pouvoir ‘…..

    Ce Pouvoir militaire et mafieux (cf Aït Saïd), militaire pour dire Dictature militaire, mafieux pour désigner les Clans ricaux, qui ses des ‘ réseaux mafieux ‘, criminels, assassins… Le Clan le plus fort est le Clan le plus fortement accroché, lié à cette sinistre Police politique, qui est en réalité ‘ une organisation criminelle et mafieuse ‘….

    L’auteur ne dit rien de cela, de cette réalité fondamentale. Son usage du ‘ discours identitariste ‘ l’éloigne de l’analyse politique concrète à même d’expliquer les origines et les tenants et aboutissants de crise générale et globale qui accable le pays depuis l’indépendance, l’indépendance confisquée par la force, par les militaires de l’Armée des frontières et les Officiers de l’Armée française, ces deux corps qui n’avaient pas fait la Guerre de libération, et qui étaient soutenus et appuyés par le Général de Gaulle et son staff….

    Le Mouvement insurrectionnel populaire et pacifique a pour objectif d’en finir avec la Dictature militaire et construire une Démocratie véritable. …

  7. Le ‘ seuil de l’intolérable ‘ est dépassé : c’est ce qui a déclenché le mouvement protestataire

    Le 5° mandat n’est que la goûte qui avait fait déborder le vase. Le fait est que le Régime militaire a commis tous les ‘ intolérables, les toutes les ‘ choses ‘ inacceptables, toutes les crimes, tous les sévisses et supplices, toutes sortes de ‘ mises à mort ‘ (assassinats, attentats, massacres, etc.), tué des centaines de milliers de citoyens, a créé des mouvements terroristes qu’il manipule et des extrémistes divers qu’il instrumentalise, a dilapidé des centaines de milliards de dollars, cassé et brisé le pays, dilapidés toutes les richesses….

    Sinon, Boutef a été intronisé par les Généraux, puis révoqué par les Généraux. Ramené par un Clan militaro-mafieux, puis éjecté par un autre Clan militaro-mafieux. -Les Clans se font et se défont selon les circonstances, les conjonctures, les situations, les rapports de pouvoir….

    Le fameux 5° mandat allait être imposé par les Généraux les plus criminels et es plus mafieux, Mediène &Tartag & Taghit & Djebbar & Ait Ourabi et leurs complices, (tous) Maitres de la sinistre SM-DRS (le Pouvoir réel), la Police politique secrète de la Junte militaire régnante….

    Boutef l’infirme, agonisant, mourant, a ‘ été gardé ‘ (symboliquement) pour ‘ humaniser ‘ ce Pouvoir, donner ‘ un vernis d’humanité ‘ au Régime qui, lui est criminel, sanguinaire, nazifié. Comme si, en tant qu’assassins, le fait de garder un malade en état d’infirmité avancée pouvait leur procurer une marge d’acceptabilité, de tolérance, de compréhension, et que sais-je encore…. C’est donc un stratagème, une tactique de pouvoir, un procédé trompeur, un leurre pour berner la population…. Sauf que la population ne croit plus ce Régime dictatorial militaire, ni la pseudo classe politique, ni ‘ les faux-opposants et pseudo-démocrates ‘ et ‘ les extrémistes de tous bords ‘ (….)… instrumentalisés par la Gestapo locale (le sinistre DRS, ex SM) ….

    La population rejette ‘ et ‘ le Système (de) / Pouvoir militaro-mafieux ‘ et ‘ cette ‘ fausse-opposition ‘ / ‘ contre-opposition ‘, cette ‘ opposition neutralisée ‘ complice des Généraux assassins et prédateurs, qui sont les vrais décideurs. C’est ce qui avait déclenché l’insurrection pacifique. Ce magnifique et gigantesque Mouvement populaire de protestation ‘ directe, frontale et farouche ‘, ce Mouvement appelé communément Hirak.

    La population est persuadée que rien n’est possible tant que le Régime militaire ‘ tient et enchaine ‘ ce pays : ni droits, ni libertés, ni prospérité, ni justice, ni équité, ni pluralisme, ni Tamazight…. rien ! Que misères, pauvreté, répression, oppression, tous les intolérables.

    La population veut un changement intégral, global, donc la fin du Système / Régime dictatorial militaire et nihiliste destructeur….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici