Djidjelli kabyle 1969

Il y a 50 ans,

sous la falaise qui brûle

et le feu des braises

qui remonte vers le soleil

et la peau mouillée qui ne craint pas

l’assommoir de l’été

qui fume sous nos pas

et le pain partagé,

l’oignon cru, les tomates

du brasero, comme à Nanterre,

au bidonville où l’on dort

sur la planche, où la police

n’entre pas, restaurant

sans vitrine, sans façade, porte

(arrière) ouverte à tous

à grands battants

et les frères Kabyles

— revenus du pays —

plongeant praeceps

dans le mercure humide

qui plaque leurs boucles adolescentes

militants UGTA déjà traqués

par la Sécurité militaire (d’Alger)

petits frères pourtant

des moudjhahidines et des martyrs

en banlieue parisienne et dans la Seine

où leurs corps sont restés.

Claude VANCOUR, VII-VIII 2020

Rédaction Kabyle.com
Rédaction Kabyle.com
Articles: 617

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.