Premier atelier de travail pour un nouveau système éducatif dans une Kabylie souveraine

Premier atelier de travail pour un nouveau système éducatif dans une Kabylie souveraine

Dans le cadre des activités relatives au système éducatif Kabyle, le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’ANAVAD (GPK), organise des ateliers de travail pour étudier et analyser les systèmes éducatifs les plus performants au monde dans l’objectif de s’inspirer de ces modèles afin de concevoir et de proposer un système éducatif aussi efficace et convenable pour la Kabylie. 

Les systèmes sélectionnés pour ces travaux sont classés selon une répartition régionale des différents continents afin de pouvoir élaborer des analyses pertinentes et comparatives. Un atelier de travail est organisé pour chaque système éducatif sélectionné. Toutes les présentations sont suivies d’un débat constructif pour tirer profit et s’inspirer de tout ce qui peut être adapté à la réalité de la Kabylie en tenant compte de toutes ses spécificités.

Il s’agit ici du premier atelier qui concerne le système éducatif de la Finlande qui demeure une référence mondiale dans le domaine de l’éducation. Cette présentation est réalisée par Farid L, une compétence kabyle anglophone qui contribue par son savoir et ses idées à bâtir la Kabylie souveraine et l’avenir de ses enfants.

Toutes les recommandations qui y sont formulées pour la Kabylie par le groupe de travail  ont des buts inhérents fondés sur les moyens à utiliser avec créativité et intelligence, notamment les ressources et les partenariats déjà existants en Kabylie.

L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde, pour avoir de l’emprise sur notre avenir et le contrôle sur notre destin. Une bonne école est celle qui illumine les esprits et libère les peuples et les nations. Une Kabylie souveraine, c’est une garantie aux jeunes kabyles à obtenir une éducation de qualité et à acquérir les compétences qui sont à la hauteur de leurs ambitions.
Bâtissons ensemble notre école, notre Kabylie, notre patrie et notre avenir!
 
Vive la Kabylie libre et indépendante.
 
Source : MAK Anavad
 
Extraits :
 

Recommandations pour la Kabylie de demain

Pour former les générations futures de la Kabylie, le gouvernement Kabyle doit mettre en place un système d’éducation des plus performants. Il doit être basé sur les 3 principes fondamentaux suivants:
L’éducation doit être laïque et protégée de toute sorte d’endoctrinement religieux.
L’éducation doit être gratuite.
L’éducation doit être obligatoire (au moins jusqu’à l’âge de 16 ans).

Le choix de la deuxième langue

En attendant de développer davantage la langue kabyle dans le domaine de l’enseignement scientifique et pour que nos enfants profitent au maximum du savoir disponible, une deuxième langue doit être enseignée très tôt (tout comme le Kabyle d’ailleurs). Les 2 langues à considérer sont l’Anglais et le Français. Nous recommandons l’anglais pour sa richesse scientifique et son universalité.

Cursus

Les élèves du fondamental et lycée doivent prendre des matières obligatoires: le Kabyle, l’Anglais ou le Français, les mathématiques, le sport; et un certain nombre d’autres matières optionnelles au choix telles que: les arts plastiques, la musique, la philosophie, le théâtre, etc

La petite enfance (0-6 ans)

Développer en premier lieu ce palier de l’éducation car il est primordial qu’on éveille les aptitudes, la curiosité ainsi que l’habilité de l’enfant.
Pourvoir une place dans une garderie à chaque enfant kabyle.
Les enfants doivent être initiés à différentes disciplines (la langue kabyle, le sport, la musique, les mathématiques, et autres activités manuelles diverses, etc.).
Le jeu doit avoir la part du lion dans ces activités.
C’est aussi à ce niveau-ci que les notions de citoyenneté (respect des lois, non violence etc.) seront graduellement introduites.

La formation des enseignants

La Kabylie doit former des:
    -    Enseignants réguliers (enseignement général).
    -    Enseignants spécialisés (ex: profs de mathématiques, et autres).
    -    Spécialistes (dans les troubles de l’apprentissage).
    -    Des spécialistes en orientation.
Le système doit assurer la formation continue de ses effectifs.

La transition

Actuellement, l’enseignement en Kabylie se fait en arabe dans un cadre idéologique arabo-islamique, dirigé par l’administration officielle algérienne dans l’optique d’effacer toute l’identité amazigh en général et kabyle en particulier. Ce serait tout un défi de transiter de ce système vers un système laïque en utilisant les langues kabyle et anglaise/française. Quoi que l’on fasse, on devrait garder à l’esprit que l’intérêt de nos enfants passe en premier (ex – Pour une durée de transition limitée, afin de ne pas briser le cursus des enfants ayant avancé dans leurs études, il faut introduire progressivement (avec motivation) l’enseignement des matières scientifiques et techniques en langue anglaise; tout en tenant compte de la terminologie utilisée en langue arabe afin de faciliter le passage vers le nouveau système.

Recommandations des participants

Tous les présents sont, à l’unanimité, pour que la langue d’enseignement soit : le Kabyle, avec une période de transition de courte durée (3 à 5 ans) pour celles et ceux qui sont déjà avancés dans leur cursus scolaire.
Tous les présents sont, à l’unanimité, pour que la seconde langue (langue de l’enseignement des sciences et technologies) soit : l’Anglais.

Le Kabyle sera la langue principale de l’enseignement. L’anglais, langue d’enseignement des matières scientifiques et techniques à partir du niveau pré-universitaire. Des cours de terminologie « techniques » seront obligatoires.

Première langue   :    Kabyle    (Langue maternelle : Langue d’enseignement principale).
Deuxième langue :    Anglais    (Pour l’enseignement des sciences et technologies niveau avancé: Pré-universitaire et universitaire).

L’anglais sera la langue d’enseignement scientifique et technique (transitoire) en attendant le perfectionnement de la langue kabyle.
Argumentations  des participants: Utilisation de l’anglais pour prendre le savoir directement à la source sans passer par les traductions en français.

Accorder une durée de transition : En mettant en place des cours de terminologie relativement à tout ce qui a été fait en langue arabe : Terminologie : arabe – kabyle,  arabe – français – anglais pour permettre  aux élèves de classes secondaires (lycée) de s’adapter au nouveau système sans se perdre dans leurs nouveaux apprentissages.

  • Le sport doit être obligatoire particulièrement pour les élèves de 5 ans à 16 ans.
  • Trouver des méthodes adéquates pour instaurer l’acquisition du savoir pour les enfants de bas âge. Exemple: Apprendre par le jeu.
  • Définir la durée de la transition.
  • Mettre en œuvre des programmes (et cours) de l’enseignement du Kabyle aux adultes de tous les niveaux (même pour les adultes n’ayant pas un bon niveau d’instruction). Cela permet une harmonisation entre parents-enfants.
  • Priorité aux enfants dans la société kabyle comme en Finlande (Les pays Scandinaves en général).
  • Faire appel aux spécialistes en pédagogie pour la conception des programmes d’enseignement (niveau détail et les orientations pédagogiques).
  • Tenir compte que la Kabylie est pour les générations à venir. Donc, priorité à la petite enfance et aux jeunes.
  • Mettre en place une bonne stratégie pour l’introduction de l’anglais qui présente beaucoup plus d’avantages dans l’enseignement des sciences et technologies: Langue internationale, langue des sciences et technologies, langue des affaires, et du savoir en général.
  • Remplacer les lycées par des institutions d’enseignement genre de CEGEP [Collège d’Enseignement Général et Professionnel: Un établissement d’enseignement public (Québec) où sont offertes des formations techniques et préuniversitaires], ou Collèges.
  • Ajouter des programmes de développement personnel en matière de langue {Programme Neuro Linguistique (PNL) }  dans les cycles scolaires.
  • Le nouveau système éducatif de la Kabylie doit être appliqué à 100% à partir de la petite enfance et du primaire. Pour les paliers supérieurs, une période de transition est fortement recommandée (inévitable pour assurer la réussite).
  • Intégrer des écoles privées qui doivent respecter les orientations stratégiques du système éducatif de la Kabylie.
  • Décentraliser les décisions au niveau des gouvernorats régionaux. Les détails des programmes scolaires doivent tenir compte des spécificités régionales de la Kabylie (par besoin, nécessité, utilité, etc.). Chaque région est spécifique et a ses propres besoins en matière de développement socio-économique (régions touristiques axer sur les formations sur le tourisme, région agricole, agroalimentaire, industrielles, etc.).
  • Bien préparer les programmes de l’éducation de la petite enfance (par des spécialistes et en s’inspirant des pays développés).
  • Tenir compte des enfants qui présentent des difficultés ou de troubles (handicapés, etc.) comme en Finlande.
  • Mettre en œuvre un institut de recherches en langue kabyle pour normaliser et développer notre langue du point de vue (littéraire, scientifique, technologique, affaire, etc.). Ne pas copier le modèle français comme genre d’académie. La langue anglaise est un bon exemple pour le développement de notre langue : Donc, instituts de recherche au lieu d’académies.
  •   Favoriser la participation des femmes.
  •   Ne pas négliger l’arabe dans l’enseignement lors de la durée transitoire.  Il est important d’inclure une phase de transition.
  •   La langue kabyle doit être obligatoire dans tous les paliers de l’enseignement: de la petite enfance aux études supérieures.
CGP Grey Wikimedia Commons
Rubriques

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.