L’université du RAJ interdite à Bgayet

1
L’université du RAJ interdite à Bgayet

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Le RAJ (Rassemblement Actions Jeunesse) dénonce l’interdiction de son université d’été par les autorités.

Communiqué

Le RAJ a reçu refus des services de la wilaya de Béjaia d’autoriser la tenue de l’université d’été de notre association, prévue pour les 28-29 et 30 Août 2019 au camping Mam-Tour. La notification officielle a été établie et n’attendrai que la signature du chef de daira par intérim, absent jusqu’à cette heure. Aucun motif n’a été avancé par les services de la wilaya pour justifier ce refus.

Le RAJ condamne et dénonce avec force cette interdiction et exprime son indignation face à cette attitude arbitraire, d’autant que l’association tient depuis 2012 son université d’été au même endroit sans jamais de problème. 
Ce refus traduit la volonté et la détermination du pouvoir en place d’interdire tout espace de débat, d’échange, de dialogue et de partages libres d’idées.

L’université d’été du RAJ est un des rares espaces de débat, d’échanges et de partage en toute liberté, dans la diversité et sur toutes les questions nationales et internationales. Cet espace s’est toujours voulu aussi comme un carrefour pour les organisations de la société civile, que le pouvoir a cherché hier et cherche toujours a réduire au silence.

Comble du paradoxe, c’est au moment où ce pouvoir appelle au dialogue pour «désamorcer » dit il la crise, qu’il s’emploie à étouffer toutes voix discordantes et empêche le libre débat et le dialogue entre les algériens-es.

Pour le RAJ, cette interdiction n’est que la conséquence logique des actions et des appels du pouvoir réel pour réagir fermement face aux mouvement populaire revendiquant pacifiquement un changement total et radical du système et réclamant l’instauration d’une nouvelle république basée sur la démocratie, la justice sociale, les libertés individuelles et collectives et la pluralité.

Le RAJ réaffirme que nul ne pourra nous réduire au silence, ni à la soumission, encore moins à la compromission avec un régime agonisant et finissant, obsédé uniquement par sa survie. Cela n’a jamais été et ne sera pas.

Notre engagement en faveur de l’avènement d’un état de droit, de la démocratie et de la justice sociale est total et infaillible.

Notre conviction est que rien ne pourra arrêter la marche pacifique du peuple Algériens vers la conquête de sa liberté et le recouvrement de sa dignité.

Nous appelons l’ensemble des acteurs sociaux, politiques et syndicaux à la solidarité et à la mobilisation en participant au rassemblement avec prise de parole demain , mercredi 28 août à la place, «Said Mekbel », à Bejaia à 18h00.

La mobilisation pacifique continue.

P/RAJ 
Le président Abdelouhab Fersaoui

1 COMMENTAIRE

  1. Cette association, comme tout mouvement d’essence algerienniste – qui ne reconnait pas la spécificité kabyle tout en niant le droit aux kabyles d’être différent du reste algériens qui se disent “arabes”, d’avoir le libre choix des ses institutions, pour qui l’Algérie est une est indivisible, qui utilise hypocritement les symboles amazigh à des fins politiciennes – doit comprendre que sa présence est indésirable et ses vils racollage algerienniste et arrogance systémique antikabyle authentique est abhorré et condamnable. Les Kabyles doivent lui signifier l’ordre de quitter les terres kabyles à l’instar de nos aïeux qui ont chassé définitivement l’anti-kabyle l’émir abd-el kader des terres kabyles il y a plus de 150 ans. Dommage que l’initiative de rejet vient du système qui partage ses jacobinisme et anti-kabylisme, et non des citoyens kabyles fiers et résistants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici