Les droits des peuples autochtones bafoués par les États de l’Afrique du Nord

0
Les droits des peuples autochtones bafoués par les États de l’Afrique du Nord

Partager, c'est prendre soin de notre culture !

Une délégation du Congrès Mondial Amazigh (CMA) composée de Kamira Nait Sid, co-présidente, de Nadia Akkar, trésorière et de Nasser Abouzakhar, membre du Conseil Fédéral, a participé activement à la 12ème session du Mécanisme d’experts des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (MEDPA) qui s’est déroulée du 15 au 19 juillet 2019 au Palais des Nations à Genève.

Kamira Nait Sid est intervenue dans le cadre du thème 8 relatif à la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, Nadia Akkar sur le thème 9 concernant les travaux futurs du Mécanisme d’experts et Nasser Abouzakhar sur le thème 6 relatif à l’action du Mécanisme d’experts dans les pays.

Kamira Nait Sid a rappelé que tous les Etats du nord de l’Afrique en voté en faveur de la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones en 2007 mais aucun de ces Etats ne la met en œuvre. Au contraire, tous les gouvernements de cette région amazighe pratiquent toutes les formes de racisme, de discriminations et de violences à l’encontre des Amazighs. Elle a appelé instamment le MEDPA et tous les organes de l’ONU à faire converger leurs actions dans le but de faire appliquer cette déclaration dans les pays de Tamazgha.

De son côté, Nasser Abouzakhar a invité au nom du CMA, le Mécanisme d’experts à rendre visite aux Amazighs dans leurs pays et à les aider sur le terrain, conformément à la résolution 33/25 du 30 septembre 2016 du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui prévoit que le MEDPA doit « aider les États membres et/ou les peuples autochtones à élaborer une législation et des politiques nationales relatives aux droits des peuples autochtones et à leur fournir des conseils techniques à ce sujet » et «les engager et les aider en facilitant le dialogue, afin d’atteindre les objectifs de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ».

Nadia Akkar a attiré l’attention du Mécanisme d’experts sur la situation dramatique des défenseurs des droits des Amazighs, criminalisés, menacés, emprisonnés, exilés, tués en toute impunité.

Elle a demandé au Mécanisme d’experts et à tous les organes de l’ONU de prendre des mesures urgentes et efficaces aux fins de « protéger les défenseurs des droits des peuples autochtones. Les crimes commis contre eux doivent être poursuivis et leurs auteurs et responsables traduits en justice et punis » a-t-elle dit en conclusion.

Les textes de ces interventions sont consultables sur le site du CMA.

Profitant de leur présence à Genève, les membres du CMA ont organisé en partenariat avec l’Association des Kabyles de Suisse (AKS), une manifestation publique le vendredi 19 juillet à 17h, sur la Place des Nations, face au siège des Nations Unies, pour dénoncer les atteintes aux droits des Amazighs et les violences des Etats à l’encontre des Amazighs dans tous les pays de Tamazgha.

La délégation du CMA a été rejointe par Hammou Chekebkeb, membre du Conseil Fédéral du CMA pour le pays At-Mzab (Algérie).

Des associations amazighes ont également participé à cette session du MEDPA, notamment Achal et Izerfan.

Belkacem Lounes, Secrétaire Général du CMA, y a participé en sa qualité d’expert de l’ONU, membre du Mécanisme d’experts des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Genève, 8/07/2969 – 20/07/2019
Le secrétariat du CMA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici