Le rassemblement de l'URK violemment réprimé à Tizi-Ouzou

Le rassemblement de l'URK violemment réprimé à Tizi-Ouzou

Le rassemblement pacifique qui a été initié par l’URK ce matin a été réprimé brutalement par la police algérienne, ainsi l’histoire se répète, et elle se répète avec elle la brutalité du régime colonial Algérien. En effet, 38 ans après les événements du 10 mars 1980, le peuple kabyle revit la même répression et oppression, démontrant ainsi que seul la mise sur pied d’un Etat kabyle indépendant pourra rompre à jamais ce cycle infernal de violence et d’exclusion.

Nous venons juste d’apprendre qu’une nouvelle vague d’arrestation de militants souverainistes pacifiques qui voulaient se mobiliser en vue de faire libérer les camardes arrêtés ce matin, à leur tête le responsable du Centre d’alerte de l’URK, M.Boussad Becha, devant le portail principale de l’université de Tizi-Ouzou.

Suite à toutes ces interpellations sauvages et injustifiées et suite aux rumeurs insistantes faisant état de leur transfert à Alger, centre du régime despotique d’Alger, nous dénonçons avec fermeté et énergie cette lâche répression, et nous exigeons par la même occasion la libération immédiate et inconditionnelle de l’ensemble des militants arrêtés. l’Union pour une République Kabyle (URK) appelle à la mobilisation de l’ensemble des militants souverainistes et de tout le peuple kabyle, car l’heure est très grave, seule la mobilisation de tous garantira notre liberté et préservera notre dignité.

URK/Commission de communication 10 mars 2018

Pour avoir accès aux commentaires. Connectez-vous en tant que membre.