La justice espagnole suspend l'extradition de deux militants amazighs algériens

La justice espagnole suspend l'extradition de deux militants amazighs algériens

Il est rappelé que le précédent gouvernement espagnol de Mariano Rajoy avait pris la décision d'autoriser l'extradition de deux militants amazighs et des droits de l'homme lors du Conseil des ministres du 8 Septembre 2017. Khodir Sekkouti, et Salah Abbouna, respectivement vice-président et membre du Conseil Confédéral de notre ONG l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA), avaient été contraints de fuir leur foyer et leur famille dans la région du M'Zab algérienne et demander l'asile politique, d'abord au Maroc puis en Espagne. Ils ont été arrêtés le 6 Juillet à Melilla sous la fausse accusation de terrorisme, en vertu d'un mandat international délivré par les autorités algériennes, et ont été emprisonnés dans la prison d'Alcala Meco de Madrid.

Sekkouti et Abbouna ont été persécutés pour des raisons politiques, pour dénoncer les atrocités dont elle a été (et elle l’est encore) victime leur communauté ibadite et leur population de M'Zab à partir des événements de Ghardaia de Mars 2013.

L'accusation de « terrorisme » utilisée par les autorités algériennes dans son mandat d'arrêt est un pur mensonge et ainsi il l’avait démontré leur défense devant la Haute Cour de Madrid, assuré par des avocats José Luis Galán Martin et Maria Lopez Galàn, et qui avait gagné leur liberté provisionnelle le 16 octobre dernier.

Le 25 mai et le 29 Juin sont tombés respectivement les verdicts de leur procès  de la (fallos de la Sección  N°4 y de la de la Sección  N°2 de la Sala de lo Penal de la  Audiencia Nacional) de la Cour Nationale d’Espagne. Ces dits-verdicts  rejettent la demande d'extradition des citoyens Salah Abbouna et Khoudir Sekkouti vers l’Algérie, et reconnaissent  leurs statuts de réfugiés politiques. Ce procès précise que : « selon la défense, il se réfère à la situation générale des droits de l'homme en Algérie et les déficits importants de garanties d'un procès équitable, plus particulièrement en ce qui concerne la minorité amazighe et à laquelle appartient le réclamant, telle qu'elle est exprimée dans les rapports des organisations humanitaires inclus dans le dossier. "

L’Assemblée Mondiale Amazigh veut exprimer ses profondes reconnaissances   au travail accompli par la défense, assurée par les éminents avocats José Luis Martín Galán et María López Galán, qui avaient pris leur défense dès le début de leur détention. Elle veut aussi remercier de nouveau la solidarité du Comité de soutien en faveur de Khodir Sekkouti et Salah Abbouna à Paris, en particulier Nadia à Aissa, Alberto Arricruz, Mohand Bakir, l’avocate Fatiha Rahmouni, Yasmina Oubouzar, Yacine Chiraoui, l'association Izmulen de défense des droits des Ait Mzab et son président Mohamed Dabouz, l'organisation Tamazgha et son président Masin Ferkal, l'Association Azar des Iles Canaries et son président Luiz Falcon, Bouaziz Ait-Chebib, Dalil Makhloufi, Hammou El Hasnaoui et les avocats algériens Saleh Dabouz et Noureddine Ahnine, ainsi que les parents de Sekkouti et Abbouna pour leur confiance dans notre organisation et nos avocats.

Signé : Rachid Raha,

 Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Rubriques

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.