Pour le droit de rester et de vivre dans son pays

Pour le droit de rester et de vivre dans son pays

Sur proposition du Congrès Mondial Amazigh, le RPS a adopté lors de son 23ème congrès, la motion ci-jointe sur l'immigration.

Cela fait des décennies que des vagues incessantes d’immigrants du sud tentent de rejoindre l’Eldorado européen par tous les moyens. Ces dernières années le mouvement migratoire semble s’accélérer et rien ne semble pouvoir l’arrêter, pas même la peur de la mort. Les drames à répétition notamment en Méditerranée ont poussé certaines ONG européennes à mettre en place des bateaux de sauvetage en mer.

Mais que peuvent l’Aquarius, le Sea Watch, le See Fuchs, le Lifeline ou l’Open Arms dont les capacités se limitent à quelques centaines de places face à des dizaines de milliers de migrants ? D’autant plus que, une fois secourus, aucun Etat européen ne souhaite accueillir ces migrants. De manière honteusement égoiste, les gouvernements refusent l’accostage des navires humanitaires tout en les repoussant vers d’autres côtes. L’Europe se ferme et rehausse ses remparts tout en confiant moyennant finances, à des Etats de la rive sud de la Méditerranée peu soucieux des droits humains, la tâche de bloquer les migrants chez eux. Autant dire que ni les gouvernements européens, ni les ONG n’offrent des solutions acceptables et pérennes aux questions migratoires.

Pour ce qui nous concerne, nous savons que ce qui pousse à l’exil les citoyens du sud de la planète et notamment d’Afrique, c’est la misère socioéconomique, les privations des droits et des libertés fondamentales, la répression et les violences sous toutes leurs formes. Et cette situation chaotique qui étouffe la vie au quotidien, trouve son origine dans les systèmes dictatoriaux et corrompus, la poursuite du pillage des ressources des pays pauvres par les pays riches et le soutien apporté par ces derniers aux dictatures du tiers-monde. Les pays du nord et notamment européens sont donc en grande partie la cause des migrations du sud vers le nord.

En conséquence, si l’on veut ralentir de manière très significative cette immigration massive, il est indispensable de favoriser les conditions d’une vie libre et décente dans les pays sources d’émigration et dans ce but, il est impératif et urgent de :

- Mettre un terme à la spoliation des ressources des pays pauvres,

- Cesser tout soutien aux dictatures,

- Conditionner de manière effective les relations bilatérales et multilatérales au respect d’un processus de construction de l’Etat de droit et au besoin accompagner ces Etats dans ce processus,

- Condamner et sanctionner diplomatiquement et financièrement les Etats fautifs de violations graves des droits de l’homme et des libertés fondamentales,

- Soutenir systématiquement et fermement les défenseurs des droits.

En définitive, il s’agit de faire en sorte que les habitants des pays du sud ne soient pas condamnés à l’exil et puissent bénéficier comme partout dans le monde, du droit de travailler et de vivre au pays.

Bayonne, Pays Basque, 25/08/2018

Le Président, Gustave Alirol

Régions et Peuples Solidaires, fédération des partis politiques régionalistes et autonomistes progressistes, réunit le Partit Occitan (Occitanie), Unser Land (Alsace), 57-Le Parti des Mosellans (Moselle), l’Union Démocratique Bretonne (Bretagne), le Partitu di a Nazione Corsa (Corse), Convergencia Democratica de Catalunya et Esquerra Republicana de Catalunya (Catalogne), le Parti Nationaliste Basque, Abertzaleen Batasuna et Eusko Alkartasuna (Pays Basque), le Mouvement Région Savoie (Savoie).

Le Congrès Mondial Amazigh est membre associé.

Régions et Peuples Solidaires – 42 carrièra Picot / 42 rue Picot-Tolon/Toulon-Occitània Tel: 06.25.45.27.05 - Internet: www.federation-rps.org - E-mail: [email protected]

Commentaires

Soumis par Anonyme (non vérifié) mer 29/08/2018 - 12:49

Tous les régimes totalitaires, tortionnaires, corrompus et tyranniques qui poussent ces gens à l'exil, sont généralement soutenus par l'occident, car ils sont supposés offrir plus stabilité, ce qui permet de pérenniser et de rentabiliser les investissements des pays tiers qui généralement ont des programmes d'exploitation des ressources naturelles, principalement hydrocarbures et métaux précieux, sur le long terme. La part des bénéfices qui devrait être destinée au développement du pays et au peuple, tombe directement sur le compte en banque des dirigeants locaux, ou alors ils se servent eux-mêmes dans les caisses de l'état.

Soumis par Juba2 (non vérifié) jeu 30/08/2018 - 16:52

Je pense que le premier commentaire de l’anonyme résume la situation migratoire de l’Afrique centrale et septentrionale .
A savoir ces gouvernements auto proclamés se rendent compte du mal qui font à leurs peuples et leurs pays pour de l’argent qui pourront jamais dépensé dont à savoir cette argent de corruption reste dans les pays des corrupteurs.
Allez comprendre pourquoi le peuple Algérien ne se soulève pas sachant les deux tiers dès rentes pétrolières sont détournés pour remplir les banques Européennes à croire le CLAN Boutef possède une vie éternelle pour dépenser leurs milliards !!
J’ai relevé dans le journal Elwatà la déclaration du choléra dans plusieurs départements en particulier à Alger même.
N’est-ce pas une grande honte pour un gouvernement d’avoir du choléra dans son pays au XXI siècle sachant et connaissant les richesses du pays qui doivent servir le peuple !!!
Je ne vous demande pas de prier car je suis laïc mais d’agit contre ces piranhas !!!

Soumis par AGELLID15 (non vérifié) dim 02/09/2018 - 00:36

Il me semble que la médiocrité a atteint de fond en comble son apogée ,dirigeants et peuple compris.Tout en ayant en plus+ tous les genres de problèmes à résoudre dans tous domaines confondus.Bon courage à l'arabo-islamisme decadent comme solution du chaos..tanmirt

Pour avoir accès aux commentaires. Connectez-vous en tant que membre.