Ainsi va l'Algérie

Ainsi va l'Algérie

C'est l'histoire d'un pays à part et d'un peuple unique. Un peuple qui tonne, qui détonne, s'indigne et fulmine. Qui, pourtant, tape des mains quand on lui danse du ventre. Même s'il est vrai pour certains qu'ils n'aiment pas trop la musique.

Un peuple qui rêve d'une autre vie, d'un autre pays, d'un autre destin. Il s'apitoie sur les bannis, les déportés, les exilés, les expatriés mais il n'aime pas son propre pays. Son pays, il veut l'abandonner, le léguer. Et il ne se gêne pas pour le montrer.

Il maudit l'ancêtre héroïque et il croit dur au mektoub qui l'a placé ici. L'ancêtre, qu'avait-il donc à rester là, lui qui avait le choix, alors que d'autres ont vendu, adjugé, cédé, aliéné puis partis? Faut-il rester encore en Algérie, tant il est vrai qu'Algérien rime un peu avec rien? Mais que reste-t-il quand les résistants baissent le ton, quand les insoumis capitulent, quand les sages sont excédés, quand les braves sont effondrés ? Que reste-t-il quand l'art est agression, écrire est provocation, réfléchir est imprudent, dessiner vaut condamnation ? La fuite, ici, est un élan vital, mon frère. Et la peur donne des ailes. Alors, pour regagner les pays du rire et du sourire, le peuple n'hésite pas à abandonner sa terre, ses mers, ses saveurs, ses odeurs. Il plie ses rêves, ses fantasmes et ses ambitions. Il compile ses idéaux, scelle son cerveau en ébullition pour conquérir d'autres horizons.

Pourtant il y a des lieux dans mon pays, chargés d'Histoire et de beauté. Je connais ce pays, mon berceau, mon repère. Mon prélude à la vie. Et le peuple, je l'ai vu: c'est le fonctionnaire, le chômeur, l'étudiant, le retraité. C'est le commerçant, l'agriculteur, la femme au foyer, les gamins apeurés. Le peuple, c'est les pauvres, les résistants, les pas grands choses, les cabossés de la société. Avec quelques morceaux de rêves. Et l'amour de la patrie. L'attachement à une république lointaine, presque imaginaire, qui se moque de sa douleur, suspecte sa bonne foi, doute de ses intentions.

Le peuple, c'est aussi cet ouragan qui a pris des vies sur son passage et qui menace d'écraser et de dévaster le pays, de tuer l'originalité, les particularités et les différences. De changer l'homme pour le posséder. Lui tracer la voie, le forcer à la foi, lui inventer un Paradis.

Et il y a aussi les autres. Et leur vie pétillante, réglée comme une horloge dans leur monde de paillettes dorées. Le ce n’est pas eux. Eux, c'est la puissance, la royauté, l'autorité. Eux, c'est le pouvoir. Abject, méprisant, haineux. Il dit connaître le peuple qu'il qualifie de suspicieux, de pleurnichard, de jamais content. Le peuple qui en demande toujours pour lui parce qu'il ignore la crise et la dette. Il se fout si le prix du brut a chuté.

Et il y a des jours comme ça : couleur de nuit, relent de haine. Le peuple est usé, élimé, affamé. Le peuple a trop vu, trop subi. Les frontières sont fermées. C'est galère, colère, frayeur, terreur. Et deux nuances de peur: Le peuple hurle dans la peur du lendemain. Le pouvoir trame dans la peur de l'ultime acte du peuple. Il agit au plus vite. Il joue sa dernière carte : la solution par le don. Don de logements sociaux, de véhicules, de matériels, et prêts sans intérêt. " Oyez, oyez, braves gens, faites surgir vos trompettes et vos tambours. On vous invite à la grande soupe populaire. "

Le peuple satisfait, descend "spontanément" dans la rue. Des marches de soutien s'improvisent. Avec des banderoles, des posters géants aux portraits du président, des cris, des you you, des vivats et des barouds d'honneur.
Ben... Mal joué ! Le peuple fait un deuxième tome. Puis un troisième, un quatrième, quand il se rend compte que posséder un toit ne lui garantit pas la maîtrise de son existence. Il veut plus de choses: le travail, la dignité, les principes et les idées. La confiance disparaît...

 Ainsi va l'Algérie.

Rubriques

Commentaires

Soumis par DaKaci (non vérifié) sam 09/06/2018 - 20:09

Y a t il une peuple en Algerie ? si il existait en 1962. il n'en reste rien. Les gens sont devenus des hamdoulilahistes qui passent leur temps a rever de partir a l'etyranger. Pour ceux qui ne peuvent partir il ya toujousr les 72 vierges qui les attendemt .....apres leur morts. Bien sur je parle des hommes car les femmes en Algerie c'est des trous a boucher et rien d'autres. Il ya bien la Kabylie et les Kabyles mais petit a petit elle rejoue tout le monde: les barbus font du bon travail a effacer la realite pour l'abject fiction d'un monde ramene du Moyen Orient.

Soumis par Anonyme (non vérifié) mer 13/06/2018 - 04:20

En réponse à par Anonyme (non vérifié)

Des études scientifiques génétiques établies en UK et USA démontrent que les Algériens mâles y compris ceux des populations de Tizi et Bougie, ont tous les mêmes types de gènes, majoritairement berbères E1b1b1b à plus de 43%, les gènes Européens R1 jusqu'à 15%, les gènes Arabes J jusqu'à 25 % dans la région de Kabylie, ainsi que d'autres gènes en pourcentages faibles. Je peux vous donner les liens internet de ces publications. Cela concorde bien avec les faits historiques des envahissements de la Berbérie centrale, l'actuelle Algérie, par des peuples Européens (Romains, Vandales et Byzantins) puis, Sémites (Phéniciens et Arabes). Il y a aussi de gènes européens dans les gènes mitochondriales ou maternelles du fait que les berbères d'Algérie et surtout de Kabylie, raffolaient des femmes européennes, à la peau, les yeux claires et la chevelure blonde, rousse ou brune, captives des guerres islamo-chrétiennes pendant le moyen âge en Espagne et en méditerranée, qui les prenaient comme épouses. D'où l'expression en Kabylie thechveh am tsaroumith (belle comme une femme roumie) ou yechveh am ouroumi,car, rare la beauté européenne au sein de ces populations, ils cherchaient toujours à l'avoir.
Donc les Algériens sont un seule peuple, différent des Marocains, qui ont les gènes Berbères à plus de 80% et des Tunisiens qui ont moins de gènes berbères, européens et plus de gènes arabes.
Il n'y a que les incultes qui vont nier cette vérité scientifique.

Soumis par Anonyme (non vérifié) mer 13/06/2018 - 08:28

En réponse à par Anonyme (non vérifié)

Ce qui m'intéresserait, c'est surtout de savoir si des études ont été menées afin de savoir s'il était possible de procéder à la "désarabrutisation" des kabyles. Merci de l'intérêt que vous portez à notre pedigrée kabyle, mais là n'était pas mon propos. N'oubliez pas de transmettre nos salutations à vos amis américains qui comme chacun le sait ne portent pas dans leur préoccupations le destin des peuples autochtones à en croire le triste sort qu'ils ont fait subir à nos frères amérindiens, et qui ne sont pas non plus exemplaires dans le domaine des droits humains à en croire les pires crapules qu'ils assurent de leur soutien indéfectible en échange d'une huile noire inflammable impropre à la consommation. Fin de la discussion.

Soumis par Juba2 (non vérifié) mar 12/06/2018 - 19:58

Si les kabyles se rendent comptes l’importance qui est fondamentale de ce Mausolée pour leurs passé présent et avenir je pense qu’ils le laisseraient pas tomber en décrépitude d’ailleurs comme tous les mausolées des Rois berbères dont la plupart il ne reste que quelques pierres en surface de leurs fondations. Donc il n’y a plus de kabyles même avant 1962 le faite les 99% ont perdus toutes réalités de leurs passé, dont il ne reste qu’un pour cent (1 % ) mais ceux-ci ne sont pas écoutés à cause du dogme qui veille sur la soumission qui les noyautent dans l’ignorance.
Donc braves gens nous attendons le Messie nôtre libérateur. Pendant ce temps dormons tranquille l’espoir veille ???

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
French

Gagnez des cadeaux - Jeux-concours