Une députée islamiste algérienne : « Si tu prononces un mot en kabyle, je te tue ! »

Une députée islamiste algérienne : « Si tu prononces un mot en kabyle, je te tue ! »

Dans une vidéo publiée le 5 février sur son compte Facebook, la députée algérienne Naïma Salhi, membre du Parti de l'équité et de la proclamation, d’obédience islamiste, s’en prend violemment à la langue berbère (tamazight) et à ses locuteurs. «Une langue qui n’en est pas une, qui n’est pas porteuse de sciences et qu’on ne comprend pas à l’extérieur ne va pas nous servir», s'emporte-t-elle en préambule de ce qui s’apparente à un véritable réquisitoire. «Qu'est-ce qu'on va en faire ?», s'interroge-t-elle.

Qualifiant le tamazight de «langue morte», dépourvu de «mots et de sens», elle confie même avoir menacé sa fille de mort si celle-ci était amenée à prononcer un mot dans cette langue.

«Ma petite fille est dans une école privée où la majorité des élèves sont kabyles. Elle s’est comportée avec innocence et a commencé à apprendre. Je ne me suis pas opposée. Puisque c’est devenu une obligation d’apprendre, je lui ai dit : si je t’entends prononcer un mot en kabyle, je te tue. Je vais t’éduquer !», affirme-t-elle sans complexe en haussant la ton.

Ce n’est pas la première fois qu’un responsable politique issu de la mouvance islamique s’attaque à la culture berbère, pourtant reconnue constitutionnellement, au côté de l'arabité, comme étant une composante fondamentale de l'identité du pays.

Au lendemain du Nouvel An berbère, célébré chaque année le 12 janvier, le président du parti du Front de la justice et du développement, Abdallah Djaballah, avait déclaré que cette date du calendrier berbère était une fête païenne et qu'elle rentrait en contraction avec le modèle culturel algérien.

Source
TSA Algérie RT
Date
Rubriques
Soumis par Amejhoul (non vérifié) mer 07/02/2018 - 11:44

Tel prédicateur, telle disciple : Lalla Salhi, comme Hamadèche naquère
NOUVELLE FAUSSE POLÉMIQUE ET VÉRITABLE MANIPULATION
.
Voilà une énième sortie médiatique qui nous rappelle une autre: celle de l’imam Hamadache qui, en 2014, lança une menace contre le journaliste-écrivain K. Daoud. Les observateurs avertis, qui connaissent ce théâtre d’ombre algérien, savent bien que cet islamiste est un agent de la SM-DRS, et que cet appel au meurtre une manipulation de ladite Police politique secrète. Donc, avec Llalla Salhi, il y a là une énième réédition ! D’emblée, on peut penser que les stratèges en chambre du Régime militaro-mafieux misent certainement sur la » réception » (de cette horrible attaque contre Tamazight, après ses menaces contre Ferhat) et la réaction en Kabylie d’abord,

LALLA SALHI, ISLAMISTE et AGENTE PROVOCATRICE DE LA SM-DRS :

Lalla Salhi, comme naguère Hamdache, Mezrag, El Para, Layada, etc. sont des Agents provocateurs, fabriqués, manipulés et instrumentalisés par la SM, puis le DRS. Et son parti n’est qu’une officine ou succursale de ladite Police politique secrète, comme les GIA, OJAL, GSPC, AQMI sont des Organisations terroristes créées par la SM, puis utilisés par son successeur le DRS, pareillement à ses Milices armées, ses Escadrons de la mort, ses Troupes d’assaut…..dans le but de légitimer et justifier la « Guerre interne = Stratégie de la tension » (1991-2017) , autrement dite Guerre civile planifiée et menée par un « Cabinet noir » formé par un Groupe de Généraux ultras, faucons, éradicateurs »….
.
UNE ÉNIÈME MANIPULATION et GROSSIÈRE DIVERSION de la SM-DRS.
.
Il n’est pas exigé de sortir de Harvard ou d’Oxford pour le déceler vite fait : avec l’affaire Salhi-Tamazight, la SM-DRS fomente une énième manœuvre de diversion pour occuper et détourner la population. En lâchant cette salafiste et « agente provocatrice » fabriquée et manipulée par la SM, puis le DRS contre Tamazight, après avoir menacé Ferhat, la SM-DRS vise aussi à réveiller les vieux démons de l’éradication, le tout pour orchestrer le retour à « la case départ », celle de la logique de la bipolarisation « Généraux / Islamistes » ! Et le tour est joué !
.
D’ailleurs, on voit le même type d’acteurs et agitateurs extrémistes que les années 90, qui donnent leur caution morale en guise de justification et de légitimation du Régime militaro-mafieux au pouvoir. Et c’est l’éternel recommencement !
.
Il faut donc dénoncer fermement cette grossière manipulation, tout en condamnant les menaces et les intimidations de ces salafistes criminels et sanguinaires, majoritairement manipulés et instrumentalisés par le DRS.
.
LE ” VIDE POLITIQUE ” CRÉÉ PAR LE RÉGIME MILITAIRE PROFITE AUX EXTRÉMIST(M)ES DE TOUS BORDS (…)

C’est d’abord au Pouvoir militaro-mafieux qu’il faut s’en prendre. Car c’est sa Police politique secrète qui a instigué tous ces partis-officines, ces asssociations-relaiks, ces médias-propagandistes, ces institutions-alibis, ces assemblées-croupions, et créé ces faux-opposants, ces extrémistes de tous bords (islamistes, arabistes, éradicateurs, militaristes, etc. etc.)…

L’EXTRÉMISATION DU CHAMP POLITIQUO-MÉDIATIQUE ou L’ÉCARTEMENT DES POSITIONS VERS LES EXTRÊMES :

La SM-DRS a déployé tout un arsenal de stratagèmes, de ruses, de manipulations, de provocations et de répressions pour casser les forces de rassemblement (qui cherchent les convergences et les compromis) pour la réconciliation nationale et l’engagement d’un véritable processus de transition. Aussi, ladite Police secrète (cœur et cerveau de Junte) a toujours pratiqué et privilégié l’instrumentalisation des groupes ultras et extrémistes qu’elle fait naitre dans ses Labos’)

Soumis par djermouni (non vérifié) mer 07/02/2018 - 20:16

Ceux qui sont derrière cette femme doivent la serrer davantage pour réduire de sa bouche trop salivante .

Soumis par Amney (non vérifié) jeu 08/02/2018 - 13:33

En réponse à par djermouni (non vérifié)

L'instrumentalisation de l'extrémisme/des extrémistes pour endiguer toute dynamique unitaire

- " Diviser totalement pour régner durablement " -

Au moment où les mouvements de protestation se multiplient, le Régime militaro-mafieux (SM-DRS) fait tout pour éviter la propagation autrement dit l'effet dominos, et endiguer ainsi la conjonction des luttes, donc éviter l'unification de ces mouvements, et comme d'habitude fait recours à son manège habituelle, la manipulation en l'occurrence. Et sort son islamiste et agente/espionne pour provoquer du berbériste/des berbéristes. Il joue les uns contre les autres, élève tels contre tels, comme à l'accoutumée ... pour davantage diviser, séparer, isoler, discréditer, délégitimer, casser, saboter, saper, afin de neutraliser toute dynamique unitaire, unioniste, frontiste qui risque de l'ébranler et le menacer sérieusement ....

La SM-DRS (le Pouvoir réel) qui est le Centre névralgique, le coeur et le cerveau du Régime dictatorial militaro-mafieux fait un usage optimal, maximal de la formule " diviser pour régner "

Soumis par Amnagh (non vérifié) jeu 08/02/2018 - 15:01

Naima Salhi et Djabellah disent tout haut ce beaucoup d'algériens pensent tout bas. Consciemment ou inconsciemment ils rendent un grand service aux autonomistes et aux indépendantistes kabyles.L'hostilité d'une grande majorité des algériens à tout ce qui est kabyle et amazigh ne date pas d'aujourd'hui. Ces déclarations anti-kabyles sont la preuve éclatante qu'il n y a pas un seul peuple en Algérie,mais au moins deux,les kabyles et les algériens.Les kabyles qui rêvent encore d'une Algérie démocratique et plurielle doivent faire leur mea culpa et leur autocritique.Nous n'avons ni les mêmes valeurs ni les mêmes aspirations que les algériens globalement acquis à l'idéologie arabo-islamique "tombeau de la démocratie". Que les kabyles naïfs et entêtés cessent tourner le dos au peuple kabyle et de rêver d'une chimérique Algérie démocratique.L'impasse algérienne est durable et indépassable faute d'alternative démocratique crédible et solide.

Soumis par Yugurten Amazigh (non vérifié) ven 09/02/2018 - 12:30

Pauvre petite poufiasse écervelée, ta haine des Kabyles te fait dire n'importe quoi. Oui tu as raison de haïr les Kabyles qui n'arrêtent pas d'avancer, qui sont les piliers de l'économie algérienne, qui ont une littérature et une culture en avance de plusieurs siècles, qui sont ouverts sur toutes les langues et les croyances comme ils ont été la locomotive de la Guerre d'indépendance. Pauvre petite conne, nous comprenons ta frustration; c'est difficile de végéter dans la médiocrité et l'aigreur durant des décennies dans les échecs répétés devant l'"impérialisme américain" et le "sionisme". Tout est parti en fumée, de la grande armée égyptienne de1967 à Daech de 2017. La grande "oumma arabiya" est partie en lambeaux. Même le quadaoui t'a laissée tombée, povre de toi ! Pendant ce temps la "famille qui avance" de Djaout, Abane, Mammeri, Feraoun, Matoub continue d'avancer. Jusqu'à faire baisser la culotte à ce bouffon de boutef qui a fini par reconnaitre Yennayer après tous ses propos racistes et abjects envers les Kabyles. Il faut néanmoins te remercier pour avoir vomi ta haine des Kabyles qui conforte notre détermination à aller vers l'indépendance de la Kabylie sans regrets. Taqjunt ad teqqim d taqjunt !

Soumis par Juba II (non vérifié) dim 11/02/2018 - 11:58

Cette pauvre fille dépourvu de cultures universelles noyauté par le dogme de Moh-Moh est plutôt victime. Je pense à la petite Aïcha arracher à ses parents par le devin Moh de 45 ans pour l'épousé à 8 ans 1/2 dont toute sa vie était un enfer, portant quand celui- mourut assassiner par une femme de famille qui ne voulait être la sienne. la petite Aïcha déjà grande (femme) n'a pas hésité à dormir sur la tombe de son bourreau durant des mois (C'est dans les hadiths de Aïcha) .
Donc cette pauvre fille faut-il lui pardonner car elle ne sait pas ce qu'elle fait!!!

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.