Incendies en Kabylie été – automne 2023

La Kabylie est ravagée par les incendies chaque année. Depuis 2021 les feux ont fait des dizaines de morts et des milliers de déplacés. Pourtant, l’État algérien n’a pas pris de mesures efficaces pour prévenir ou lutter contre ces catastrophes.

Les causes des incendies sont multiples. Si elles sont souvent liées à la sécheresse et aux températures élevées, des actes d’incivisme, les autorités algériennes sont également pointées du doigt pour leur inaction face aux incendies ou des feux perpétrés par ses propres militaires incendiaires.

L’absence d’action publique a des conséquences dramatiques pour la Kabylie. Les incendies détruisent des forêts, des maisons et des infrastructures, et causent des dommages importants à l’environnement. Ils ont également un impact social et économique important, en perturbant les activités agricoles et touristiques.

La situation en Kabylie est une illustration de l’échec de l’État algérien à protéger les citoyens du pays kabyle. Les incendies sont une menace récurrente pour les régions de la Kabylie. Ils visent à affaiblir le moral de la population, son économie et freiner l’accession de la Kabylie à son indépendance. L’absence d’action publique met en danger la vie des habitants et l’avenir de la Kabylie.

24 octobre 2023

Mercredi 2 août

Dimanche 30 juillet

Rassemblement à Paris Place de la Nation par La Ligue Kabyle des Droits de l’Homme très élevé en émotions. Plusieurs interventions font apparaître une carence absolue dans les médias français sur la Kabylie : « Les médias français passent sous silence les événements qui se déroulent en Kabylie, restent sourds et aveugles. Ils rapportent de fausses informations selon lesquelles l’Etat algérien aurait dépêché 8000 hommes en Kabylie », « Les journalistes ne font pas leur travail avec probité, tout passe par les cabinets entre Paris et Alger ».

L’Eglise évangélique protestante EPA du Pasteur Mustapha transmet ses condoléances et prie pour que la Kabylie surmonte les épreuves qu’elle traverse actuellement.

Samedi 29 juillet

Les militaires algériens encadrent les funérailles des victimes des incendies en Kabylie. Le drapeau colonial algérien est exhibé sur les cercueils des brûlés vifs, un imam est dépêché pour diriger les prières et les rituels funéraires. Depuis le début des manifestations populaires en Kabylie et en Algérie en février 2019, les autorités ont interdit l’utilisation des drapeaux kabyles et amazighs. Le journaliste et militant kabyle Farid Zeroual a été arrêté par des gendarmes algériens au village Ath Oussalah, dans la commune de Toudja puis relâché grâce à la mobilisation de la population.  La nouvelle de sa détention a rapidement suscité une réaction populaire.

Jeudi 27 juillet

Le bilan des victimes des incendies en Kabylie est tragique, avec plus de 40 personnes décédées. Alors que la région n’a pas encore fini de faire le deuil des victimes des incendies de l’année dernière, un nouveau drame vient malheureusement de se produire. Les autorités locales en Kabylie sont dépourvues de moyens pour faire face à ce genre d’incendie, et les citoyens sont livrés à eux-mêmes. Les origines de ces incendies doivent être sérieusement questionnées, car certains les attribuent aux militaires algériens.

Mercredi 26 juillet

Le Congrès Mondial Amazigh met en évidence la responsabilité de l’État algérien dans les incendies qui touchent le pays kabyle. Lire le communiqué

Nous constatons également un manque de mention du mot « Kabylie » dans les médias mainstream en France et l’utilisation de l’expression « région d’Algérie » pour désigner la Kabylie. Le traitement médiatique français accorde peu d’attention au sort des Kabyles qui sont confrontés à une situation de colonisation.

Rédaction Kabyle.com
Rédaction Kabyle.com
Publications: 567

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.