Slimane Azem est le fabuliste kabyle

Slimane Azem est le fabuliste kabyle

Le temps passe très vite, ça fait 35 ans, que dda Slimane nous à quitté et il avait que 65 ans et toutes ces années sont passées comme quelques jours. Il est toujours dans les cœurs et dans les pensées des siens, de ses fans toujours nombreux qui chaque année viennent se recueillir sur sa tombe au village de Moissac en France, où il vécu ses dernières années. Dda Slimane Azem a joué un rôle primordial pour la culture kabyle, il a étais un éveilleur des consciences, avec ces poèmes, ses chansons, ces pièces de théâtre et ces dictions qui sont toujours d’actualité.

Interdit en Algérie Slimane Azem fut le premier artiste kabyle à recevoir un disque d’or

Malgré une enfance douloureuse par le travail dur de l’agriculture chez son oncle  dans la banlieue d’Alger, dès sa jeunesse, il se passionne que pour les fables de la fontaine qui influenceront tous ses écrits et compositions, il devient alors une voix légendaire que les Kabyles peuvent écouter alors uniquement sur Radio de Paris dans son quart d'heure kabyle quotidienne. A cette époque ses disques sont interdits en Algérie. Slimane Azem fut le premier artiste kabyle à recevoir un disque d’or.

C’est en 1937 qu'il quitte la Kabylie comme nombre de ses compatriotes émigrés en France, il sera ouvrier dans une aciérie de Longwy avant d’être mobilisé au moment de la seconde guerre mondiale. Il ne savait pas que jamais il ne retournerait au village où il a vu le jour.

Slimane Azem gênait le régime algérien

Dans les années quarante, il revient sur Paris où il trouve une embauche dans le métro parisien comme électricien. Il commence à enregistrer sa première chanson ( Mu à Muh) à la même période. Par la suite il a pris un café en gérance, à Paris dans le 15e arrondissement. C'est dans cet arrondissement que la communauté kabyle y est la plus importante, surtout celle des Ouadhias. Dans son café et presque quotidiennement dda Slimane anime une soirée pour distraire un peu les immigrés de l’époque.

Le régime dictateur, raciste et rancunier a décidé du sort de dda Slimane, lui reprochant de chanter la liberté, et l’espoir d’une Algérie qu’il a aimé pourtant. En réalité l’Algérie n’a jamais aimé dda slimane et tant d’autres des nôtres qui ont cherché à  rendre l’Algérie heureuse, libérée et meilleure !

Mokrane NEDDAF

Slimane Azem
Rubriques
Thèmes associés
Soumis par Juba II (non vérifié) lun 29/01/2018 - 12:31

Les chants et la poésie de da Slimane étaient les précurseurs contre l'injustice d'Arabisants et obscurantistes.
J'ai eu cette chance de le rencontré et surtout de l’écouter chantait fin des années 60 à Lille, ce fut toujours un plaisir malgré mon jeune âge.
Je me suis recueillis plusieurs fois sur ta tombe au cimetière de Moissac avec humilité pour son engagement durant des décennies
Je pense c'est un pèlerinage de se rendre sur sa tombe pour ceux qui ont l'occasion de passer dans la région de Montauban dans le Tarn et Garonne

Ps : Moissac est une petite ville rurale genre médiévale accueillante avec sa cuisine du terroir surtout des bons vins.

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Gagnez des cadeaux - Jeux-concours