Shamy Chemini : "À ceux qui me critiquent…"

Shamy Chemini : "À ceux qui me critiquent…"

À ceux qui me critiquent derrière leurs écrans tels des lâches, avant de donner une réponse à mes textes sur les sites ou ailleurs, j’aimerais d’abord connaître leurs CV.

À ceux qui me critiquent derrière leurs écrans dans l’anonymat comme des lâches, je tiens à les informer de mes réalisations artistiques personnelles.

Voilà plus de cinquante ans que je suis dans les activités culturelles.

En 1958 j’ai été torturé par l’armée française à l’âge de treize ans et suite aux séquelles j’ai dû subir trente-deux opérations.

En 1967, j’ai cofondé le groupe Les Abranis et nous avons été les précurseurs de la musique moderne. Grâce à notre initiative, nous avons changé la face de la musique moderne dans toute l’Afrique du Nord en général et en Kabylie en particulier. Nous avons fait le tour du monde avec soixante chansons enregistrées qui composent notre répertoire. Nous avons gagné le second prix de la chanson algérienne en 1973 avec un film pour la télévision algérienne intitulé Les Étrangers.

En 1975 j’ai été emprisonné à Sidi Aïche par la police algérienne.

Dans les années 80, j’ai été avec quelques amis, à l’initiative de la création de quatre radios libres où j’ai été animateur durant dix ans.

En 1986 j’ai créé l’association l’ACIMA – auteur, compositeur, interprète, musicien, algérien.

Grâce à mon initiative, la loi a changé entre la SACEM et ONDA qui permet aux artistes algériens de toucher leurs droits d’auteurs là où ils résident. Dans le passé, ONDA – l’Office National des Auteurs, percevait les droits en devises pour les rétribuer aux ayants droit en dinars.

En 1993, j’ai choisi le chemin de l’écriture avec, entre autres, Orgueilleuse Kabylie. Mon répertoire compte une quarantaine d’œuvres.

En 1999, j’ai réalisé un téléthon où j’ai récolté 160 millions de centimes afin de secourir les habitants d’It Wartirane suite à un tremblement de terre.

En 2001 j’ai réalisé un film documentaire de 52mn Messages Kabyles et en 2010 un autre documentaire sur mon groupe Les Abranis 20 ans. Avec mon documentaire Messages Kabyles, j’ai fait plus de mille projections, conférences,
débats, à travers le monde.

En 2007 j’ai produit et réalisé dix CD de contes en kabyle et français suivis de dix livres de contes en kabyle et français.

Je tiens à préciser que je n’ai jamais été scolarisé ni en Algérie ni en France. J’ai arraché mon savoir par les cours du soir qui se sont soldés par l’obtention de cinq diplômes.

À moi seul, sans aide, j’ai produit, créé et réalisé plus que n’importe quel ministre algérien de la culture de 1962 à nos jours. Ces soi-disant ministres ont des budgets d’état et n’en font pas grand-chose à part les festivals de la chanson et du cinéma arabe !

Je n’ai jamais adhéré à une association ni à un parti politique… de grâce, n’accusez pas monsieur Ferhat Mhenni d’être un gourou. En aucun cas, il ne peut être mon gourou ni ne peut m’influencer pour quoi que ce soit.

Si je suis devenu indépendantiste, c’est de ma propre initiative, étant lucide et convaincu qu’il n’y a pas d’autre solution pour sauver la Kabylie, pays où je suis né et où j’ai été berger durant huit ans.

J’ai à mon actif plus de cent œuvres et il ne m’est pas agréable de le rappeler, cela pouvant passer comme une attitude prétentieuse. Cependant, je considère nécessaire de le faire, car toutes les générations ne sont pas censées être informées de ma production.

Je tiens aussi à dire que je ne suis pas raciste, je suis universaliste dans la mesure où toutes les cultures des peuples du monde sont prises en considération. Pour moi, il n’existe qu’une seule et unique race humaine.

Je ne suis hostile à aucune langue, car elles ne sont que des véhicules de communication pour faciliter les échanges.

Cela dit, je ne peux rester indifférent ni assez lâche pour me taire à propos de la gouvernance de l’Algérie depuis 1962 aux mains de maffieux, corrompus, criminels, colonialistes dont le seul souci est la chasse aux Kabyles.

Le plus grave reste que la population lorsque la Kabylie est agressée demeure spectatrice ce qui n’est pas le cas lorsqu’un autre peuple demande son indépendance.

Je me demande pourquoi les mots liberté et indépendance vous effraient lorsqu’il s’agit des Kabyles alors que vous vous déclarez solidaires d’autres peuples.

Honte à vous ! Les Chinois arrivés hier parlent kabyle et vous vous acharnez à tenter de faire disparaître cette langue qui vous appartient au même titre que ceux qui la revendiquent.

Vous détestez les racines amazighes et rêvez de les effacer à jamais.

Je ne peux quantifier le nombre de crimes commis contre les hommes et les femmes qui se sont battus des siècles durant afin de préserver notre histoire, notre culture, notre identité millénaire léguée par nos ancêtres.

Je ne peux laisser des va-nu-pieds ignorants, ne sachant même pas d’où ils viennent faire disparaître notre patrimoine amazigh qui s’étend sur neuf pays du nord de l’Afrique.

Mes critiques s’adressent uniquement aux criminels corrompus et incompétents qui ont dévasté cette partie du monde. Leurs pillages, leurs crimes, sont connus de tous.
Je ne peux me taire lorsque la mer Méditerranée devient le cimetière de nos enfants.

Vous, messieurs qui nous accusez de tous les maux, comment faites-vous pour rester insensibles à tant de misère que font subir les maffieux qui colonisent, pillent, assassinent nos peuples alors qu’une bonne partie de ceux qui se disent intellectuels ou artistes restent indifférents ?

Je me demande s’il reste en vous une parcelle d’humanité.

Sachez messieurs les assassins et corrompus, même à titre posthume, vous serez tous jugés et tous les biens détournés seront restitués à qui de droit.

Chacun sait qui est à la tête de l’État depuis 1962 ; cela s’est soldé par des centaines de milliers de crimes notamment lors de la décennie noire et du Printemps noir kabyle de 2001.

Jusqu’à mon dernier souffle, je ne cesserai de vous dénoncer et de mettre en lumière vos monstrueux crimes. Sans rancune pour les innocents, j’assume tous mes propos.

Shamy Chemini
Ministre de la Culture et de la langue kabyle de l’Anavad GPK
août 2018

Rubriques

Commentaires

Soumis par Anonyme (non vérifié) dim 05/08/2018 - 12:01

Azul Shamy,
Les kabyles sont devenus des moutons à quatre pattes, très complaisants avec leurs tyrans arabo-islamistes, et satisfaits de leur sort. Ils ne ressemblent plus à des kabyles. Tu te bats pour une cause à laquelle la majorité des kabyles n'adhèrent pourtant pas.

Soumis par Idir62 (non vérifié) dim 05/08/2018 - 12:29

Mr shamy, Mr le Ministre , devrai-je dire, vous êtes un homme public. Il est donc normal que vous Soyez critique.
Quand une critique mérite une clarification apportez-la, sinon tirez la chasse.
Ayez tjrs en tête que plus vous êtes critiques plus vous êtes important. C'est tout a votre honneur.

Soumis par tarare (non vérifié) dim 12/08/2018 - 20:03

Azul à tous chère amies j'adhère a la démarche d'un homme responsable de culture avec qui ont peut compter le pouvoir cherche à couper l'herbe sous les pieds comme dit l'adage ne donnons pas le bâton pour ce faire battre . au contraire le mépris en réponse .

Soumis par Lyies Uzaffoune (non vérifié) mar 14/08/2018 - 18:55

Comment vous puvez affirmer que la majorite des kabyles n'adherent pas au projet de Shamy ? Est-ce que vous avez lu quelque part qu'une institut de sondage reconnue par son serieux a relevee que la majorite des kabyle rejettent les idees de l’Anavad GPK ?. Ou vous etes en train de faire de l'intox pour semer le doute dans l'esprit des lecteurs.

Soumis par alkapeca (non vérifié) mer 15/08/2018 - 03:54

Un seul mot qui nous vient à notre esprit de kabyles résistants à l'araboislamisme colonial en vous lisant cher chemini ,RESPECT!

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.