Sa conscience de femme kabyle

Sa conscience de femme kabyle

Elle est née à Tizi, en haute Kabylie. C'est un bout de l'histoire de cette terre, la vie de ma mère. Car elle est comme toutes les femmes kabyles, ma mère...

Quand elle n'est pas bien, elle sait le cacher. Ne pas craquer. Ne pas pleurer. Ne pas s'énerver. Ne pas s'indigner. Elle passe sa vie à sourire, ma mère. A faire de l'endurance. Enfermer ses soucis. Nuancer ses propos et ses émotions. Cacher ses sentiments. On ne s'encombre pas de sentiments, chez nous. On lui demande des choses utiles, à la femme. Du travail, du silence et de la résistance. De la retenue aussi. Pour assurer des responsabilités et tenir à tous les coups. Les coups de la vie, les coups de la famille et plus tard, ceux de sa santé. Elle est forte, ma mère. C'est la coutume qui le dit. C'est la coutume qui le veut. Forte pour se laisser flétrir. Seule.

Comme toutes les femmes kabyles...

Souffrir avant de triompher, elle y croit dur, ma mère. "La récompense finit toujours par arriver" se convainc t-elle. Alors, elle cultive une formidable capacité à nier les évidences. A faire des provisions de patience. A nourrir d'illusions sa persévérance. Pour colorier son monde. Quand le pire devient immonde. Quand quelqu'un lui demande comment elle va, elle a toujours su répondre: "hamdoullah." Parce que, ne pas avoir le moral, être en dépression, être mal, c'est pas permis chez nous. Pour la femme.

Le mal-être est une honte. C'est un échec. C'est un manque de fierté. Se laisser submerger est un manque d'éducation. La douleur morale est un tabou, chez nous. Pour la femme.

Et il y a comme ça, plein d'autres choses et d'autres raisons interdites à la femme, chez nous. Mais elle ne veut pas d'histoire, la femme. Parce qu'elle a un rôle important dans l'Histoire. La mémoire, c'est elle, qu'on lui dit. Elle, la gardienne des traditions. Des coutumes. Des mœurs et des modes de vie de la communauté. Obsédée par la norme, guidée par la morale, marquée par les conventions, elle ne doit rien renier du passé ou des sacrifices des ancêtres. Elle se doit d'assumer et perpétuer cet héritage qui l'avilie, qui la déprécie, qui l'empêche d'avancer...Au fil des ans, elle s'est résignée à porter le joug presque avec fierté.

Si elle sort, il a peur et il a mal au bide, son homme. Il faut qu'elle se fasse discrète, effacée presque muette. "Comment va t-elle se comporter? " "A qui va t-elle parler ou plaire?" Il y a partout des malintentionnés. Et des collègues et des parents et des amis pour la surveiller. Pour la remarquer. Pour la critiquer. Pour s'interroger. L'homme n'oublie jamais ça. Et il n'est jamais tranquille. C'est plus fort que lui. Il a toujours peur que le ciel lui tombe sur la tête. Par sa femme. Par sa fille. Ou par sa sœur. Si elle travaille, surtout pas de métiers d'hommes ! Avec les mômes, oui. ça lui va bien  d'être enseignante, la femme. Chez nous.

Les hommes, eux, se couchent tard, se lèvent tard, bouffent du foot à la télé et tapent la conversation au café. A la maison, ils peuvent hurler et même cogner si ça peut les soulager. Ils aimeraient tous que la femme sache rester bien à sa place. Se taire et ne rien revendiquer. Elle a déjà un lave-linge et un aspirateur. C'est mieux que ses voisines. Quoi de plus comme tendresse? Il a des champs d'oliviers. Et il lui offre une deuxième famille. Pour la solidarité. On ne sait jamais ! Elle doit donc s'intégrer. Entrer dans les jeux. Deviner les trajectoires. Donner son amour. Et sa force. Et son temps.  C'est une richesse, les champs d'oliviers. C'est magique, la famille élargie. Les parents, les beaux-parents. Les frères, les beaux-frères. Elle ne s'ennuie jamais ! Honorer sans rechigner. S'incliner sans rouspéter. Créer l'osmose et la synergie dans sa nouvelle tribu, c'est son rôle aussi. Faire vivre la solidarité. La culture et l'identité. La baraka, elle vient des aïeux et il faut la mériter. Un mari, c'est jamais gratos. Chez nous.

Elle a tout bien, ma mère. Sauf qu'elle a fait sa vie en marge de la vie. Avec le silence. Sans doléance. Sans désespérance. Pour avoir trop pris l'habitude d'être femme. Comme toutes les femmes kabyles...

Katia Bouaziz

1867 - Brunier Illustration (c) Can stock Photo / marzolino

Rubriques

Commentaires

Soumis par Amazigh1980 (non vérifié) ven 30/03/2018 - 22:34

C'est grace à ces femmes que notre langue et société a survécu jusqu'à maintenant.
Mais, malheureusement, il en reste de moins en moins.
Beaucoup de femmes d'aujourd'hui (pas toutes) sont arabo-islamisées par l'école et oublient même de parler leur langue, ne serait-ce qu'à leurs enfants. De plus, c'est doucement le matin et pas trop vite le soir, partisanes du moindre effort. Ne parlons pas de la persévérance, force de caractère et l'amour du travail bien fait. La femme d'aujourd´hui commence à ressembler à l'homme oisif décrit dans ce texte.

Soumis par Juba II (non vérifié) sam 31/03/2018 - 12:55

Cette métaphore Kabyle: Femmes piliers de la maison, hommes portes de la maison.
Mais depuis la colonisation arabes celles-ci sont devenues avec le temps des esclaves de la maison doublement soumises par l'ignorance de l'homme soumis=musulman.

Soumis par Hamid Idirene (non vérifié) lun 02/04/2018 - 17:45

En réponse à par Juba II (non vérifié)

C'est une erreur de dire, par un Azwaw, colonisation arabe. La raison est, qu'aucun livre de l’histoire des berbères reconnu, ni l'histoire orale thazwawt si l'on suppose qu'elle existe, ne parle de celle-ci, ni de la résistance armée n'Izwawen à l'armée arabe conquérante au 7 ième siècle après J.C., ni même aux sauvages hilaliens au XI ième siècle après J.C. Au contraire, toutes les grandes tribus berbères avaient résisté aux arabes, comme la tribu Awraven de Koceila, puis, Idjrawen de la Kahina qui est une branche de la grande tribu Iznaten, puis tous les autres tribus. Quant aux hilaliens, ce sont des branches des Iznaten des l'Atlas qui leurs ont résisté,entre autres Ilaghwaten de Laghwat, Imaghrawen, des hauts plateaux et de l'Ouest, puis Beni Ifrène de Tlemcen et l'ouest Algérien. Enfin, c'est un chef Zénète fils de Abd al Mumin ibn Ali al Kumi de Nedroma à la tête de l'armée n'Imwahden du Maroc majoritairement des berbères e Masmudas (Imesmuden), qui abattu les sauvages Hillaliens. Donc, Izwawen, n'ont jamais combattu les Arabes, au contraire, puisque dans chaque village de leur région Tizi et Bougie, il y a une mosquée, une preuve, qu'il avaient embrassé l'Islam de bon gré .
Je défie quiconque de prouver le contraire en donnant des preuves historiques scientifiques.

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
French

Gagnez des cadeaux - Jeux-concours