Festival international du cinéma amazigh ou Festival de censure ?

Festival international du cinéma amazigh ou Festival de censure ?

À Agadir, au Festival international du film amazigh, dès l’ouverture, le couperet tombe !
En fin de soirée, monsieur Rachid Bouksim, le président du Festival annonce à l’assistance que ce dernier risque de ne pas avoir lieu.
Les prétextes sont divers : certains films n’auraient pas pu obtenir de visa, pour d’autres il fallait supprimer des scènes…
En fin de compte, la vraie raison demeure opaque, chaque organisme rejetant la responsabilité sur l’autre !

Toujours est-il, un grand bravo pour les organisateurs et à leur tête Rachid Bouksim. Avec courage et abnégation, ils ne baissèrent pas les bras. Ils ont œuvré avec tact et sagesse dans une totale discrétion afin de ne pas provoquer de crainte chez les festivaliers, bien décidés à tout faire pour que cela soit maintenu.

Après deux jours de tractation avec les autorités concernées, ils ont pris une décision habile et efficace : les membres du jury devraient faire le visionnage dans leur propre chambre d’hôtel.

Malgré deux journées perdues, tout a pu se dérouler au mieux. La clôture fut magistrale à l’image de l’opiniâtreté des organisateurs et de l’accueil légendaire de nos frères amazighs du Maroc.

Dans ces circonstances tendues, il semble que les œuvres primées passent au second plan.

À l’insu des organisateurs, le pouvoir colonial d’Alger n’avait pas manqué d’envoyer son armada de KDS.

Le 10 mars dernier, à Harfleur, en Normandie, France, il s’est passé un acte similaire. Christine Morel, maire de la ville, a décidé, la veille de la rencontre culturelle dédiée à la
Journée de la lutte des femmes pour leurs droits et à la découverte de la culture berbère, organisée par la mairie et l’association ACB 76, d’annuler cette manifestation culturelle qui devait durer un mois. Sans même prévenir madame Stambouli la présidente de l’ACB 76.

Le prétexte ?
Cette élue ne souhaitait ni la présence de monsieur Ferhat Mhenni ni la projection de mon film documentaire Messages Kabyles. De plus, elle nous a qualifiés de personnes
appartenant à un mouvement d’extrême droite algérien.

Affaire à suivre !

Shamy Chemini
Ministre de la Culture d’Anavad GPK
Exil le 12 avril 2968 année kabyle

Rubriques

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
French

Gagnez des cadeaux - Jeux-concours