A la découverte de Tamda Oussarghi, un site touristique enchanteur

A la découverte de Tamda Oussarghi, un site touristique enchanteur

Baignade et contemplation

Tamda Oussarghi

Tamda Oussarghi est un endroit  mythique. De l’eau douce, provenant directement du célèbre summum de Lala Khadîdja, coulant à flot entre deux grands blocs rocheux et forme une rivière calme et régulièr . Ce lieu touristique charmant offre à la population de la région et visiteurs un moment de baignade et de distraction.

Cet endroit  se trouve au  pied de village traditionnel d’Ait El Kaid  qui s’approche de l’imposante montagne du Djurdjura, situe a 07 Km de de la ville des Ouadhias à une trentaine de kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. Ce lieu peu connu et absent des carte touristiques de la Kabylie connait de cruelles insuffisances en matière d’entretien. Les parkings manquent ainsi que les boutiques pour la vente des produits de consommation nécessaires. Le nombre de visiteurs qui fréquentent ce havre de paix augmente chaque année surtout pendant les mois chauds pour se distraire et même s’offrir une baignade dans ces eaux provenant directement des hautes montagnes.  L’eau douce coule directement de la célèbre montagne de Lala Khedidja et  forme une rivière régulière qui se jette dans l’oued longeant la route de Takhoukht ; Elle alimente aussi le grand barrage de Taksebt.  La longue distance (70 km) qui sépare cette localité de  sud du littoral (la mer) de Tizi Ouzou, a contribué à l’affluence des visiteurs à Tamda Oussarghi. Le pont traversant ce cours d’eau est une « tribune » pour les hôtes qui viennent admirer ce spectacle naturel. Il fait face à une mare dont la profondeur ne dépasse pas un mètre. Pour retenir un peu cette eau et afin de former une espèce du bassin suffisant pour  une plonge,  les villageois ont construit une petite digue.

Tamda Oussarghi est la dernière en aval d’une série de mares dont l’amont est la montagne du Djurdjura. Leur profondeur est différente l’une à l’autre. « Il y a celles qui ont des bas-fonds de trois à quatre mètres et où la baignade devient dangereuse », nous dira un jeune de la région. Il y a au total sept mares dont une seule où les enfants peuvent se baigner. Les autres sont l’exclusivité des adultes.  En surmontant la rivière, les deux blocs rocheux se rétrécissent au fur et à mesure qu’on avance vers le haut et a la fin c’est l’Ifri n’Tariel (la grotte de l’ogresse) qui clôture cette rivière. Seulement cette grotte qui offre des images dignes des contes féeriques n’est pas à ce jour explorée. Tout comme cette mare qui est d’ailleurs livrée à elle-même, sans aucun entretien, cette grotte méconnue témoigne du peu d’importance que nos responsables accordent au tourisme de montagne. En dépit de ces eaux douces et calmes, cet endroit présente des risques imminents tel que des noyades en l'absence d'agents de sécurité et de maîtres nageurs. Il faudrait mieux protéger les estivants pauvres qui ont choisi ce lieu perdu dans la nature au pied de nos montagnes kabyles.

H.Sediki Kabyle.com Tizi Ouzou

Tamda Oussarghi, un site touristique enchanteur
Attachment Size
tamdha_ouserghi_ouadhias_kabylie.jpg 506.06 Ko
Thèmes associés
Edition locale

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd><br /> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.