Actualités Algérie

20 chercheurs de renommée exclus du Centre de Recherche en Economie Appliquée à Alger

Le professeur d'économie Mourad Boukella, est, avec d'autres chercheurs du CREAD d'Alger, victime d'une méthode stalinienne d'expulsion de son centre de recherches de Bouzaréah (Alger). Les plus anciens, les plus titrés et les plus qualifiés dans le domaine respectifs », à l’instar de Fatma Oussedik, Safar-Zitoune Madani, Mourad Boukella, Tayeb Kennouche, Zoubir Arous ont été congédiés avec grande brutalité.  « Véritable mémoire du centre, la plupart d’entre eux étaient présents non seulement à la création du CREAD en 1984, mais aussi à celle de son ancêtre, le CREA en 1975 ».

Les cimetières chrétiens et juifs profanés par la mafia du foncier à Thamslit

Le président du bureau de la Ligue nationale de défense des droits de l’homme (LADDH) de Thamslit (M’Sila), Amroune Layachi, monte une nouvelle fois au créneau dans le dossier dit de la profanation du cimetière juif de M’Sila. Après le refus du procureur de la République d’instruire l’affaire, le militant accuse la justice de fuir ses responsabilités.

Un timbre vicié

Un timbre vicié

Puisque nous lisons de haut en bas, le premier mot à lire est « Algérie » en français pour ceux qui ont acquis une latéralisation de gauche à droite ou en arabe pour ceux qui ont un réflexe contraire (de droite à gauche). Cette dernière catégorie sociale est plus importante depuis l’arabisation de l’école. En dessous, on trouve l’intitulé du sujet en arabe (Première année de l’officialisation de tamazight). Cet intitulé, qui s’étale sur presque tout l’espace de la largeur du timbre, est suivi (en dessous) de sa traduction en tamazight transcrite en caractères tifinagh. Le lecteur bilingue peut faire un aller retour en commençant par la droite (latéralisation de l’arabe). La dimension des caractères est la même jusque-là mais ils sont gras et plus épais en arabe et en latin qu’en tifinagh, ce qui indique une volonté de hiérarchisation à intégrer dans le subconscient de celui qui voit ce timbre qui est censé célébrer le premier anniversaire de l’officialisation de tamazight.

Algérie - Yennayer célébré dans 28.000 établissements scolaires

La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, qui a rehaussé de sa présence une journée d’étude sur les “procédés de classement et de valorisation de la fête de Yennayer” au centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) à Oran, s’est fait une joie d’annoncer que la fête du nouvel an amazigh a été célébrée dans 28 000 établissements scolaires à travers le territoire national.

Pour une convention politique des autonomistes Kabyles ouverte et rassembleuse !

Pour une convention politique des autonomistes Kabyles ouverte et rassembleuse !

A l’issue de la réunion tenue le 30/12/2016 à Tizi-Ouzou, les animateurs du Manifeste Kabyle ont réaffirmé leur décision d’aller à une Convention Politique - qui se tiendra au mois de février prochain- et ont, pour la circonstance, rendu public l’appel suivant : Le 7 décembre 2014, nous avons rendu publique le ‘’Manifeste pour la reconnaissance constitutionnelle d’un statut politique particulier de la Kabylie’’. Ce texte, qui s’inspire largement des contributions individuelles et collectives de militants et universitaires autonomistes, a reçu un écho favorable certain dans les milieux politiques et dans la société civile kabyles. Il a permis d’ouvrir le débat sur des questions de fond donnant une vision basée sur des paradigmes nouveaux. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il a été apprécié comme une contribution intellectuelle pouvant servir de référence à un texte politique fondateur.

Algérie: plus de 54000 personnes poursuivies pour terrorisme depuis 1992

En Algérie, le ministre de la Justice Tayeb Louh a révélé devant la deuxième chambre du Parlement l'existence d'une base de données sur le terrorisme. Un fichier qui recense toutes les personnes poursuivies en justice depuis 1992, soit plus de 54 000.

Au 21 décembre, 54 457 personnes ont été poursuivies en justice pour terrorisme depuis 1992, a annoncé le ministère de Justice algérien mardi 27 décembre. Ce chiffre regroupe des Algériens qui ont été jugés pour terrorisme, ceux qui n’ont pas encore été jugés ou ceux qui se sont repentis.

«Le berbère est langue des Juifs et des démons » selon les détracteurs de la Ministre

Nouria Benghabrit
La Ministre de l’éducation nationale, en l’occurrence Nouria Benghebrit est menacée de mort par les islamo arabo baathiste, adeptes de la république Algérienne arabo islamique. En effet, depuis son installation à la tète du ministère régalien sur décision du président Bouteflika, Mme la ministre est dans le viseur des pana arabistes et autres islamo radicaux.

Interview de Larbi Yahioun, enseignant et auteur kabyle

Interview de Larbi Yahioun, enseignant et auteur kabyle
Sabah Boudris, une jeune enseignante dans une école primaire de Tabarkant (Barika) en pays chaoui berbère, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Batna, est au coeur d’une vive polémique en Algérie. Cette « institutrice », portant un hidjab noir sur la tête, s'est filmée en classe avec ses élèves. On la voit mettre en pratique sa méthode d'endoctrinement pour laver le cerveau des jeunes Amazighs. “Quelle est la langue du paradis?”: l’arabe. “Quelle est la meilleure langue du monde ? ” : l’arabe . Larbi Yahioun, enseignant de la langue kabyle et écrivain, revient dans cette interview sur cette affaire dite "Sabah".

Algérie - Les candidats à l’élection présidentielle devront être musulmans

Algérie - Arsenal de lois économiques antinationales et de lois bafouant les libertés démocratiques

Le gouvernement vient de faire avaliser des amendements qui accentuent nettement le contenu antinational et antidémocratique des lois en vigueur au plan économique et au plan institutionnel. Un parlement qui n'exprime en aucune façon les aspirations populaires les a adoptés au pas de charge et sans aucune discussion sérieuse. L’opération a été menée sous couvert de mettre les lois en conformité avec la Constitution révisée.

L’Algérie s’enlise silencieusement

Le contre-choc pétrolier le plus violent de ces trente dernières années, un président absent, un déficit budgétaire de trente milliards de dollars et des candidats à la succession qui ne s’accordent sur rien, sauf sur un immobilisme dangereux, rendent la fin du quatrième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika particulièrement incertaine. Malgré certains articles de la presse française qui tendent à faire croire le contraire.