Tafsut

Voeux du CMA pour Yennayer 2972-2022

Durant l’année qui vient de s’écouler, les Amazighs de tous les pays ont connu les injustices et les souffrances générées par la marginalisation, les spoliations de leurs droits et la répression.

En cette nouvelle année, nous pensons d’abord aux prisonniers politiques Rifains au Maroc, aux Kabyles, Chawis et At-Mzab en Algérie, condamnés ou en détention provisoire de manière tout à fait arbitraire. Nous exigeons leur libération immédiate et sans conditions et la réparation des préjudices qu’ils ont subis.

Il est du devoir de chaque citoyen, organisation de la société civile, élus indépendants, artistes et autres personnalités, d’être aux côtés des prisonniers politiques Amazighs et de prendre des initiatives courageuses pour leur exprimer notre solidarité, notre fraternité et pour dénoncer sans relâche les abus gouvernementaux.

Le Congrès Mondial Amazigh (CMA) rend un vibrant hommage à toutes celles et à tous ceux qui luttent et contribuent malgré les risques, pour protéger nos libertés et nos droits et qui en payent souvent le prix fort. Conformément à sa mission, le CMA poursuivra sans répit ses actions d’information et de sensibilisation des instances internationales afin d’obliger les gouvernements
dictatoriaux qui se sont imposés dans nos pays, à mettre un terme au racisme et aux violences d’Etat contre les Amazighs.

Le CMA rappelle que les frontières des Etats dans Tamazgha (nord de l’Afrique et Sahara) sont des frontières coloniales et exige leur ouverture immédiate, et notamment la frontière entre l’Algérie et le Maroc, ainsi que celle avec le Mali, le Niger et la Libye et l’abolition des visas et de toute forme d’entrave à la liberté de circulation dans cette région.

Après la reconnaissance officielle de Yennayer, Jour de l’An Amazigh, comme « jour de fête nationale » en Algérie, le CMA réclame instamment le même statut pour Yennayer dans tous les pays de Tamazgha.

Au niveau international, le CMA réaffirme que le dialogue international ne doit en aucun cas rester le monopole des Etats, excluant les peuples.

En conséquence, le CMA continuera de militer en faveur d’une représentation officielle des peuples autochtones au sein de l’Organisation des Nations Unies et de l’Union Africaine.

Pour porter ces ambitions fortes et poursuivre nos combats pour le respect de nos droits individuels et collectifs, le Congrès Mondial Amazigh souhaite à toutes et à tous une bonne santé, une forte détermination et beaucoup de courage pour faire de la nouvelle année 2972/2022, une année de reconquête de tous les droits des Amazighs.

Aseggas amimun, ameggaz, yeh’lan, ighudan, ifulkin…
Happy new year, Bonne année, Feliz año nuevo !

Paris, 1/01/2972 – 12/01/2022
Le Bureau et le Conseil Fédéral du CMA.

Photographie Tafsut Montréal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici